AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu internationales / Au Nigéria, tuta absoluta devient un problème national

Au Nigéria, tuta absoluta devient un problème national

Le ministère fédéral de l’Agriculture et du Développement rural (FMARD) a récemment déclaré qu’il cherchait désespérément des financements pour lutter contre l’épidémie actuelle de la maladie mortelle de la tomate, connue sous le nom de Tuta Absoluta, qui avait déjà ravagé plus de 300 hectares de terres agricoles rien qu’à Kano. Les autres États touchés par l’épidémie sont Katsina, Kaduna et Gombe, avec la possibilité d’une nouvelle propagation.

Le Nigéria est un grand producteur de tomates sur le continent africain. Cependant le pays est en crise et l’inquiétude est grandissante au sujet de cette culture sensible. S’exprimant lors d’une conférence de presse organisée par le Nigeria Agri-Business Group (NABG) en partenariat avec le programme HortNigeria financé par les Pays-Bas, le directeur de l’horticulture, FMARD, le Dr Deola Lordbanjou, a estimé le coût du Tuta Absoluta à Kano seul à environ N1 .3 milliards selon Hortidaily.

Il a déclaré qu’au milieu des défis budgétaires actuels, le ministère s’efforçait de tirer parti du Tomato Levy Fund afin de répondre à la crise. Lordbanjou a également déclaré que le ministère de l’Agriculture est actuellement en pourparlers avec le ministère fédéral des Finances pour accéder à la taxe. Le directeur du FMARD a également réprimandé les transformateurs de tomates du pays pour avoir renié l’initiative d’intégration en amont du gouvernement fédéral. La perte de rendements a entraîné une pénurie et une augmentation du coût des tomates, un légume de base quotidien pour la plupart des familles nigérianes, ce qui a conduit les ménages à utiliser des alternatives moins nutritives.

Partager

Regardez aussi

sadiki iav 2024

Ouverture de la 3ème édition du Salon de l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II

Le salon de l’IAV Hassan II constitue une plateforme propice de rencontres entre les étudiants, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *