Accueil / Technique / Cahier Technique / Moringa oleifera : Les étapes pour réussir sa plantation
Moringa oleifera : Les étapes pour réussir sa plantation
Moringa oleifera : Les étapes pour réussir sa plantation

Moringa oleifera : Les étapes pour réussir sa plantation

Moringa oleifera : Les étapes pour réussir sa plantation

Les diverses potentialités reconnues dans le monde pour Moringa pourraient encourager son développement et son exploitation au Maroc. Cependant, un itinéraire technique bien ficelé s’impose pour une bonne production. 

Dans un précédant dossier sur Moringa oleifera, nous avons mis le point sur les exigences écologiques de cette culture, ses bienfaits ainsi que ses différents usages. Aujourd’hui, dans le présent dossier, nous allons couvrir la partie préparation du sol, semis et plantation. Ainsi, les pratiques recommandées ici contribueront à promouvoir de bonnes habitudes de production agricole.

1. Préparation du sol

La facilité d’enracinement est une condition nécessaire à la croissance et au développement de la plante. En effet, le moringa demande ainsi un sol bien drainé, limoneux ou sableux, pour avoir une croissance optimale.

Par ailleurs, le terrain doit être défriché si nécessaire et débarrassé de tous les matériaux végétaux indésirables. Si la densité de plantation est forte, le terrain doit être labouré et hersé à une profondeur maximale de 30 cm. En plus de cela, si la densité de plantation est faible (> 1 m x 1 m), il vaut mieux creuser des trous et les remplir à nouveau avec la terre, pour assurer une bonne pénétration du système racinaire sans causer trop d’érosion. Dans ce cas, les trous sont creusés sur 30 à 50 cm de profondeur et 20 à 40 cm de largeur. Au moment de reboucher le trou, mélanger la terre avec du fumier.

Pour la production à grande échelle, il est recommandé d’effectuer des analyses de terre et des tests de germination pour assurer un bon retour sur investissement.

2. Propagation du Moringa

Le moringa peut être propagé par graines ou par boutures ligneuses (bois dur).

Propagation par graines

Il faut acheter ou collecter les semences à partir de sources fiables. Une bonne graine doit être viable, propre et sans maladie. En conséquence, les graines ne doivent pas être stockées pendant de longues périodes car elles perdent leur viabilité (pouvoir germinatif) après environ un an. Il y a environ 4000 graines de moringa (avec leur enveloppe) dans un kilo.

Les graines peuvent être semées en sachets, en planches ou directement dans le champ.

Le semis direct au champ est préférable lorsque le pouvoir germinatif est élevé, ce qui est le cas du Moringa oleifera.

La technique de pépinière en planches présente les inconvénients suivants :
• Nécessite plus de temps de travail, principalement pour les activités de repiquage ;
• Met en danger la racine principale (racine pivotante) lors du repiquage. Or cette racine, qui est fragile, est la condition de la bonne production ultérieure du plant et de sa résistance, notamment à la sécheresse.

La technique de pépinière en sachets présente les inconvénients suivants :

  • Très consommatrice en temps de travail pour sa mise en place (remplissage et disposition des sachets), son entretien, ainsi que pour les activités de plantation (transport et mise en terre des sachets);
  • Coûte plus cher en main d’œuvre et en matériel.

Semis direct

Les graines doivent être semées à une profondeur maximale de 2 cm. En effet, un semis plus profond réduit fortement le taux de germination. On sème 1 à 2 graines par poquet ou trou de semis. Si les graines sont chères ou difficiles à obtenir, la meilleure option consiste à ne semer qu’une graine par poquet et d’attendre deux semaines pour que la germination ait lieu. Ensuite seulement, les espaces vides sont ressemés. Lorsque la qualité des graines est plus incertaine ou que la saison de plantation n’est pas optimale, utiliser deux graines par poquet.

Si les 2 graines du poquet germent, on arrache le plant le plus grêle pour ne garder que le plus vigoureux lorsque les plants atteignent une hauteur d’environ 30 cm. Cet arrachage doit être délicat pour abîmer le moins possible le système racinaire du plant qui reste en place. En effet, le repiquage de plants issus de semis direct au champ est déconseillé, encore une fois pour préserver la racine principale.
Une graine de moringa germe en moyenne 5 à 12 jours après la mise en terre. Si la graine n’a pas germé au bout de 15 jours (maximum), elle ne germera pas et doit être remplacée.

Lorsque aucune des 2 graines du poquet n’a germé, il faut déterrer les graines et les observer pour vérifier avant de ressemer qu’il n’y a pas un problème localisé d’attaque d’insectes (fourmis ou termites). Si c’est le cas il faut traiter le trou de plantation.

Propagation en sachet

Le sachet doit être en polyéthylène et rempli d’un mélange humide de terre limoneuse ou de terreau. La profondeur de semis ne doit pas dépasser 2 cm. Les graines doivent germer de 5 à 12 jours après le semis. Ensuite, il faudra placer les sachets dans un lieu légèrement ombragé et protégé des fortes pluies. Si ce n’est pas possible, pratiquer deux ou trois petites incisions dans le sachet pour faciliter le drainage. De même, il faut arroser tous les 2 ou 3 jours selon l’humidité du sol, environ 10 à 20 ml par sachet. En effet, à ce stade, le jeune plant doit être bien protégé des sauterelles, criquets, termites et ruminants. L’arrosage doit se faire avec beaucoup de soin pour ne pas faire plier les jeunes pousses. Celles qui sont endommagées doivent être soutenues par un tuteur.

Les jeunes plants de moringa doivent être élevés pendant 4 à 6 semaines avant d’être transplantés lorsqu’ils atteignent environ 30 cm de haut. Il faut ôter le sachet au moment de la plantation en s’assurant que la racine n’est pas endommagée.

Propagation par bouturage

Les boutures ligneuses, en bois dur, doivent faire un mètre de long et au moins 4 à 5 cm de diamètre. Un tiers de la longueur doit être mis en terre. Les plantes issues de bouturage n’ont pas un système racinaire profond et sont plus sensibles au vent et à la sécheresse. Ainsi, elles sont aussi plus sensibles aux attaques de termites.

1 Boutures en attente d’être mises en terre    2 Boutures en reprise

3. Plantation

Pour la production de feuilles, plusieurs options peuvent être considérées.

Production intensive

L’espacement des plants doit être de 15 x 15 cm ou de 20 x 10 cm, avec des allées à intervalles réguliers (par exemple tous les 4 mètres) pour faciliter l’entretien et les récoltes. Une autre option est d’espacer les lignes de semis de 45 cm et de semer tous les 5 cm sur ces lignes. On peut aussi espacer les lignes un peu moins (30 cm) et espacer les plants un peu plus (10 à 20 cm). Par conséquent, ces systèmes intensifs sont adaptés pour une production industrielle mais demandent une gestion attentive : sarclage, engraissement, prévention des maladies demandent plus de soins à cause de la forte densité.

Production semi-intensive

L’espacement des plants est compris entre 50 cm et 1 m. Ce système est plus adapté pour les petits agriculteurs et donne de bons résultats avec moins de soins.

Agro-foresterie

Les arbres de moringa peuvent être semés en allées et associés à d’autres cultures. Par ailleurs, la distance entre les rangs de moringa peut être comprise entre 2 et 4 mètres. Les lignes de plantation doivent être orientées d’est en ouest, pour un éclairement optimal des cultures pratiquées entre les lignes de plantation.

En agro-foresterie, il faut éviter d’associer au moringa les cultures suivantes :

  • Intercalaires très demandeuses d’azote, telles que le maïs;
  • Susceptibles de nécessiter des traitements chimiques;
  • Qui montent trop en hauteur et concurrenceraient les plants de moringa pour la lumière.

On préférera associer des plantes basses et dont les résidus de culture peuvent enrichir le sol en minéraux (spécialement en azote) : des légumineuses comme l’arachide, le soja…

Production de graines

L’espacement doit être beaucoup plus large pour la production de graines. Ainsi, les arbres doivent être espacés au minimum de 2,5 m. Pour optimiser la densité, on peut piqueter le terrain en utilisant un gabarit triangulaire de 3 m x 3 m.

Production intensive de feuilles de moringa

1 Production intensive de feuilles de moringa.
2 Culture semi-intensive de moringa au Togo (1 m x 1 m).

Produire et transformer les feuilles de moringa

Regardez aussi

Principes de l’alimentation de la poule pondeuse d’œufs de consommation

Principes de l’alimentation de la poule pondeuse d’œufs de consommation. La maîtrise de la nutrition …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *