Accueil / Technique / Dossier / Marché mondial : la myrtille
myrtille maroc

Marché mondial : la myrtille

Marché mondial de la myrtille

La situation mondiale sur le marché de la myrtille est plutôt positive. Certains pays sont confrontés à des problèmes occasionnés par des conditions météorologiques extrêmes, comme aux États-Unis, où l’offre est légèrement inférieure du fait de dommages causés par les récentes vagues de chaleur, ou à des problèmes de logistique, comme au Royaume-Uni. Dans de nombreux secteurs, l’offre légèrement réduite a entraîné une hausse des prix. 

Pays-Bas : bonne récolte de myrtilles, mais arrivée importante de divers pays

Après une période prolongée avec les baies espagnoles et portugaises, les saisons des deux pays sont maintenant terminées. Qualitativement parlant, la saison est terminée. « Des baies bon marché seront encore proposées, mais la qualité n’est plus au rendez-vous », déclare un négociant en fruits néerlandais. « Pendant 2 ou 3 semaines, nous avons eu de très bons volumes de myrtilles en provenance de Serbie et de Roumanie. En ce qui concerne les prix, nous avons atteint un niveau élevé ces dernières semaines. Mais dans les semaines à venir, la pression sur le marché va s’accentuer lorsque la Serbie, la Roumanie, l’Ukraine, la Pologne, les Pays-Bas et l’Allemagne seront tous présents sur le marché. Une planification correcte avec la vente au détail sera nécessaire pour faire sortir le volume avec des prix corrects pour les producteurs. Les producteurs néerlandais ont de beaux fruits sur les buissons en ce moment, espérons que cette année la météo ne viendra pas bouleverser les choses à cause de la pluie. Les prochaines semaines révéleront où en sont les myrtilles sur le marché et si le volume va s’accumuler ou continuer à bien se porter. La consommation et la taille des barquettes seront déterminantes à cet égard. »

Royaume-Uni : marché tendu avec des lacunes potentielles dans l’offre

La récolte de myrtilles est en cours au Royaume-Uni, avec la culture précoce des tunnels légèrement en retard par rapport à l’année dernière.

Les myrtilles des tunnels ont été protégées des intempéries, mais la récolte en pleine terre pourrait avoir deux semaines de retard, ce qui risque de provoquer un léger déficit d’approvisionnement.

Les conditions de culture actuelles ne sont que moyennes. Le Royaume-Uni connaît quelques très fortes averses avec de faibles niveaux de lumière et des températures légèrement plus fraîches, mais rien d’extrême.

Le marché est relativement tendu en ce moment avec une faible production britannique, ce qui est normal à ce stade précoce de la saison. On trouve quelques myrtilles espagnoles, mais les principales baies d’Europe centrale ne sont pas encore sur le marché. Les choses vont s’accélérer à la fin du mois de juillet et au début du mois d’août, lorsque les producteurs commenceront à récolter les principaux fruits de pleine terre.

Les producteurs se préoccupent comme toujours de la main-d’œuvre. Le programme SAWS, qui assure la disponibilité d’une main-d’œuvre non européenne, s’est avéré vital car il ne reste que très peu de travailleurs européens au Royaume-Uni.

Le transport est également une préoccupation majeure en ce moment, non seulement dans le secteur des produits frais mais aussi dans toutes les industries du Royaume-Uni.

Un producteur a déclaré que la flexibilité n’existe plus en matière de main-d’œuvre ou de transport, ce qui impose de s’en tenir au plan – une tâche difficile dans le secteur des produits frais. Les coûts ont augmenté et des gains d’efficacité doivent être réalisés, augmentant ainsi la pression à tous les niveaux.

Espagne : la saison se termine sur une note positive alors que la demande continue de croître

La saison espagnole des myrtilles est terminée. La récolte a été assez échelonnée, sans chevauchement entre les variétés et avec une production suffisante à chaque moment de la saison. Il y a eu un excès de fruits à la fin du mois de mai, comme cela se produit habituellement tous les ans. En raison de l’influence de la météo, les volumes ont été similaires à ceux de l’année dernière, comme prévu initialement. Cependant, la consommation de myrtilles continue de croître chaque année. Bien que les prix aient été un peu tendus à la fin de la saison, la demande suit et la croissance continue. La production mondiale est très importante et le marché est toujours approvisionné par des origines diverses, ce qui laisse moins de déficits de production, facilitant ainsi une consommation régulière tout au long de l’année. Cela permet au consommateur de se familiariser avec le produit et de le consommer plus régulièrement. Tous les producteurs des différents pays en profitent. En Espagne, le fruit est déjà présent dans les rayons de toutes les chaînes de supermarchés tout au long de l’année, même si, en termes de volume, il reste loin derrière les autres pays d’Europe centrale et du Nord.

Cette année, la tempête Filomena, qui a traversé la péninsule ibérique en janvier, provoquant une chute des températures, a retardé de plus d’un mois la production des variétés précoces. Parallèlement, le froid a avancé la production des variétés tardives. Les principales entreprises du secteur ont convenu qu’il s’agissait d’une campagne risquée, car à ce moment-là, il semblait que toutes les variétés allaient arriver en avril, et que les variétés précoces et tardives allaient enregistrer des pics de production au même moment. Or, les températures en mars et avril ont été très douces, si bien que le pic attendu n’a finalement pas été atteint. Les prévisions faisaient état d’une année avec un volume supérieur de 40 à 50 % en raison de l’âge des arbres, des hectares en production et des variétés plantées, surtout en tenant compte des chiffres antérieurs, mais cela n’a pas été le cas. On a assisté à un déficit de production et à un approvisionnement lent et stable, sans pics. Mais le plus important est que les prix sont restés stables. Alors que les températures printanières ont permis à la campagne de myrtilles de Huelva d’éviter la concentration de l’offre que l’on craignait en début d’année, dans le reste de l’Europe, le froid a retardé les productions en pleine terre et celles sous tunnels. Cela a permis à l’Espagne de rester sur le marché pendant plus d’un mois supplémentaire avec de bons programmes.

Italie : la production de myrtilles bat son plein et les prix du marché se maintiennent

Actuellement, en Italie, le produit national est commercialisé puisque les myrtilles sont maintenant cultivées dans tout le pays. La consommation est en nette augmentation, et le produit espagnol est aussi présent sur les marchés de gros. Compte tenu de la demande exceptionnelle de produits italiens, des chaînes d’approvisionnement en altitude sont mises en place, comme celle de Val Brembana, en Lombardie.

Un producteur d’Émilie-Romagne indique que la récolte a commencé avec la variété Duke il y a une vingtaine de jours et qu’elle se poursuit maintenant avec la variété Bluecrop. La récolte devrait se poursuivre au-delà de la mi-juillet. Leur produit est acheté à environ 6 euros/kg par un grand groupe commercial. Un grossiste de Vénétie affirme que toutes, ou presque toutes, les zones de production en Italie sont en train de récolter. « Il n’y a pas de pénurie de myrtilles et les prix de gros varient en fonction de la qualité et de la taille. Les prix les plus élevés pour une première catégorie se situent autour de 10 euros/kg. Le produit est abondant, mais pour l’instant le marché l’absorbe. »

Dans le Piémont, la vente de myrtilles se passe plutôt bien, tant en Italie qu’à l’étranger. La demande est constante, le marché est bon et la qualité du produit est adéquate. La demande de myrtilles à l’exportation est énorme : par exemple, le Royaume-Uni préfère acheter ce fruit à chair tendre plutôt que tout autre. La semaine dernière, les prix ont légèrement baissé en raison de l’arrivée de myrtilles de Serbie, de Croatie et de Roumanie à des prix inférieurs. « Jusqu’à présent, tout se passe bien. Nous enregistrons une légère baisse de la production en raison du gel de printemps. Nous connaissons des hauts et des bas pour trouver de la main-d’œuvre, mais c’est une constante chaque année », a déclaré un producteur.

La production de myrtilles en Sicile est terminée depuis un mois maintenant et les activités sont déjà en cours pour la prochaine campagne. Un producteur qui approvisionne une coopérative bien connue spécialisée dans la commercialisation de fruits rouges, a déclaré que le rendement moyen cette année était d’environ 4 kg par plante. Il vise à atteindre un prix de liquidation moyen compris entre 6 et 7 euros/kg.

Pologne : les myrtilles épargnées par les gelées nocturnes

Les gelées nocturnes qui ont eu lieu plus tôt dans la saison n’ont pas eu d’effet majeur sur le rendement des myrtilles polonaises cette année. La production de myrtilles en Pologne a augmenté régulièrement ces dernières années. Actuellement, cette croissance se ralentit quelque peu, mais il faudra du temps avant que cet effet ne se fasse sentir sur le marché. Le dernier défi de la culture des myrtilles en Pologne est la lutte contre la drosophile à ailes tachetées, qui a commencé à apparaître en 2020. C’est une véritable préoccupation pour les producteurs. La saison devrait de nouveau commencer à un moment normal, c’est-à-dire le 10 juillet.

Afrique du Sud : forte augmentation de la production de myrtilles cette saison

La récolte de myrtilles en Afrique du Sud vient de commencer, avec environ 6 tonnes déjà exportées, alors que l’hémisphère nord entre dans sa dernière saison. Les producteurs de myrtilles se disent enthousiasmés par la récolte et la façon dont les volumes augmentent.

L’estimation de la production est de 36 000 tonnes et celle des exportations de 25 000 tonnes, ce qui représente un bond important dans la mesure où de nombreux jeunes vergers atteignent maintenant leur plein développement.

L’Afrique du Sud n’est pas encore un acteur important, mais l’industrie souhaite élargir l’empreinte du pays.

L’industrie nationale de la myrtille a beaucoup changé ces dernières années avec l’arrivée de nombreux nouveaux acteurs et la disponibilité croissante de cultivars de myrtilles en dehors d’un modèle producteur-exportateur étroitement contrôlé.

Sur le marché municipal de Johannesburg, le prix est actuellement de 92,90 R (5,5 euros) par kilogramme.

Chine : Petit écart entre la production de myrtilles de serre et de plein champ

Pour l’instant, les myrtilles de serre du sud de la Chine (au sud du fleuve Yangzi) sont pour la plupart absentes du marché. Les myrtilles de plein champ arriveront bientôt sur les étals.

Les mois de juillet et août sont la saison de pointe pour les myrtilles de la région du nord-est. Actuellement, la récolte des myrtilles de plein champ ne fait que commencer, laissant le marché avec un petit écart entre les productions.

Ces dernières années, de nombreux investissements étrangers ont commencé à former des entreprises communes avec des sociétés chinoises, afin de construire des serres de production de myrtilles dans la province du Yunnan. Le volume de production et la qualité de la myrtille du Yunnan s’améliorent progressivement d’année en année.

Pour la production de myrtilles en plein champ, le Shandong est une zone de production importante. Les conditions sont excellentes pour la culture des myrtilles. Le climat côtier est doux et bien adapté à la production de myrtilles.

Les entreprises chinoises recherchent davantage de nouvelles variétés de myrtilles.

Amérique du Nord : la baisse de l’offre due à la canicule entraîne une stabilité des prix

Alors que les myrtilles remontent vers le nord de l’Amérique du Nord, l’offre est pour l’instant plus restreinte que prévu.

Selon un négociant basé en Californie, la saison californienne s’est terminée il y a deux semaines, tandis que les approvisionnements ont commencé le 18 juin dans l’Oregon. À la fin du mois de juin, la vague de chaleur qui a touché une grande partie de la côte ouest a frappé. Selon le négociant, les producteurs n’ont pas tous signalé les mêmes problèmes : certains ont rapporté n’avoir eu aucun problème avec leurs cultures, tandis que d’autres ont découvert des cultures entières de myrtilles brûlées par le soleil. L’Oregon reste généralement en phase de production jusqu’à la fin du mois de juillet.

La production de l’État de Washington débutera également plus tard cette semaine. « Les rapports que je reçois jusqu’à présent indiquent que les fruits ne sont pas endommagés, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il n’y a pas de problèmes », déclare le négociant. La Colombie-Britannique commence aussi à produire et après avoir connu la même vague de chaleur, les producteurs de l’ouest de cette province semblent être plus touchés que ceux de l’est. « Plus vous êtes proche de l’eau, moins vous avez souffert », notent-ils.

Cela dit, les yeux sont rivés sur toutes les cultures du nord-ouest du Pacifique pour mesurer les effets de la chaleur.

À l’autre bout du pays, le négociant indique qu’il y a encore une faible production en provenance du Sud-Est, même si ces fruits approvisionnent principalement les clients de cette région. Le New Jersey approvisionne le Nord-Est, bien que les rapports indiquent qu’il y a moins de fruits que prévu initialement, et le Michigan commence également à produire.

De l’autre côté de l’équation, la demande est actuellement plus forte que d’habitude, même après le week-end du 4 juillet.

Il reste à déterminer si cette demande restera forte. « Depuis un an ou deux, on constate un intérêt accru pour les gros packs. Pour moi, les plus gros emballages reflètent la consommation à domicile », explique le négociant. « Et si l’offre reste tendue, la demande de fruits sera forte jusqu’à la fin de l’été. »

Tout cela permet aux prix de rester stables.

En ce qui concerne les importations, alors que septembre est le moment où les détaillants commencent à travailler sur le passage aux fruits importés du Pérou, ce dernier continue de changer l’endroit de destination de ses envois. « Ils auront de nouveau du volume plus tôt. Mais ils concentrent aussi davantage leurs premiers mois sur l’Asie parce que les États-Unis ont encore une production nationale à ce moment-là », conclut le négociant. « Je pense que chaque année, ils font de plus en plus cela jusqu’à ce que les États-Unis commencent à manquer de production. »

Australie et Nouvelle-Zélande : la valeur des exportations de myrtilles néo-zélandaises continue de croître de manière significative

Selon les derniers rapports de données, la valeur des exportations de myrtilles de la Nouvelle-Zélande continue de croître chaque année. Pour l’année se terminant en juin 2020, la valeur a atteint 44 millions de dollars néo-zélandais, contre 38,9 millions en 2019. Elle a progressivement grimpé et ne représentait que 6 millions de dollars en 2000 et 23,4 millions de dollars en 2015. L’Australie était la principale destination des exportations de myrtilles l’année dernière, représentant 39 millions de dollars de la valeur. Le rapport a également montré que 80 producteurs à l’échelle nationale ont produit 3 640 tonnes ; les ventes intérieures de ce fruit ont atteint 35,3 millions de dollars.

En Australie, la saison dans le nord de la Nouvelle-Galles du Sud a débuté le mois dernier, ce qui a permis de réduire les prix de détail à 4,00-4,50 dollars australiens, après avoir augmenté tout au long de l’automne, lorsque le fruit n’était pas de saison suite à l’achèvement des saisons de production dans les États du sud.

Freshplaza

Regardez aussi

Marché mondial des mandarines : prix, offre, demande

Marché mondial des mandarines : prix, offre, demande

Il y a une prédominance des mandarines de petite taille sur le marché, cette année. …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *