AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
vendredi 1 décembre 2023
Accueil / Technique / Dossier / Lycorma delicatula : Un insecte qui menace les agriculteurs du monde

Lycorma delicatula : Un insecte qui menace les agriculteurs du monde

Le lycorma delicatula ou fulgore tacheté, un insecte envahissant, suscite des inquiétudes aux États-Unis.

Connu également sous le nom de lycorma delicatula, ce petit insecte a fait son apparition en 2014 aux États-Unis, dans le comté côtier de Berks en Pennsylvanie. À première vue, la lycorma delicatula ressemble à un élégant papillon tacheté de noir, blanc et rouge. Cependant, cette créature originaire d’Asie représente une menace pour la flore et l’agriculture américaine selon l’AFP, obligeant les autorités à prendre des mesures pour contenir sa propagation.

Amy Korman, une entomologiste de l’école des sciences agricoles de l’université d’État de Pennsylvanie, le dit sans détour : « Une bonne lycorma est une lycorma morte. » Détectée pour la première fois en 2014, la lycorma delicatula a été introduite aux États-Unis deux ans plus tôt, transportée dans une cargaison de pierres en provenance d’Asie, selon les chercheurs qui ont retracé son origine. Bien que cet insecte ne représente pas une menace directe pour les humains ou les animaux, il a causé des centaines de millions de dollars de dégâts à l’industrie agricole. Pour le moment, elle s’est propagée principalement dans une quinzaine d’États de la côte est des États-Unis.

Selon une étude de l’Université de Pennsylvanie menée en 2020, les dégâts causés par la lycorma delicatula coûtent chaque année 554 millions de dollars à cet État, entraînant la perte de près de 5000 emplois. Malgré les quarantaines et les efforts déployés, l’insecte continue de se répandre. Amy Korman souligne la capacité de l’insecte à se propager en se faisant transporter par l’homme, notamment par le biais de ses œufs. Les œufs, ressemblant à de petits grains de riz brunâtre, sont déposés sur des surfaces planes telles que des troncs d’arbres, des pierres et même des véhicules, et ils ont réussi à survivre à des hivers rigoureux.

À l’âge adulte, la lycorma delicatula se nourrit de la sève des plantes, privant ainsi les végétaux de cette précieuse source nutritive. Lorsque plusieurs spécimens se nourrissent sur une même plante, celle-ci dépérit. Cet insecte, mesurant environ 25 mm de long sur 15 mm de large, se nourrit de plus de 70 espèces de plantes ornementales, d’arbres fruitiers, de cultures fruitières à coques et de forêts. Il a une préférence marquée pour les vignes, avec des observations d’essaims de dizaines, voire de centaines d’individus sur une seule vigne.

Plusieurs vignobles de Pennsylvanie et du Maryland ont perdu une grande partie de leur production, en raison de la mort des plantes et de la diminution du rendement des plantes qui ont survécu. L’insecte affecte également la flore en laissant des déjections qui produisent une substance sucrée appelée miellat, provoquant la formation de moisissure, connue sous le nom de fumagine, qui recouvre les feuilles et entrave la photosynthèse.

Les scientifiques avouent avoir du mal à comprendre le comportement de cet insecte

Face à cette menace, plusieurs États ont missionné des scientifiques pour trouver des méthodes d’éradication, car des modèles prévoient son arrivée sur la côte ouest des États-Unis d’ici 2027-2030. Les vastes vignobles de Californie, ainsi que ses amandiers et vergers en Oregon, sont particulièrement vulnérables. Même le Canada s’inquiète de l’impact potentiel. L’industrie viticole de Californie génère 170,5 milliards de dollars pour l’économie américaine et emploie 1,1 million de personnes, selon le Wine Institute, l’organisme de représentation du secteur.

Le ministère américain de l’Agriculture a annoncé une stratégie quinquennale en juin pour étudier et lutter contre la lycorma. Cependant, les scientifiques avouent avoir du mal à comprendre le comportement de cet insecte. Les informations sur les variations de la population d’une année à l’autre et sur leur répartition sont encore rares, même après des études menées en Asie.

Sur le terrain, les habitants se mobilisent pour éliminer l’insecte. Bien que peu mobiles, les lycorma delicatula sont relativement faciles à écraser, malgré leur taille qui peut rendre l’opération peu plaisante. Dans le comté de Westchester, près de New York, des chiens renifleurs sont utilisés pour repérer les œufs, et de puissants aspirateurs sont déployés pour éliminer les nymphes et les adultes, rappelant les équipements des « SOS Fantômes ». Certains tentent même de contrecarrer l’insecte en empoisonnant la sève de l’ailante glanduleux, un arbre envahissant d’origine asiatique, très apprécié de la lycorma et qui n’a pas de prédateur naturel sur le continent américain.

Partager

Regardez aussi

La Fourmi de Feu inquiète les pays de la Méditerranée

La « Fourmi de Feu » menace les pays du pourtour méditerranéen : 88 nids repérés près …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.