AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actu Entreprises / Le directeur de Lidl demande aux multinationales de baisser leurs prix

Le directeur de Lidl demande aux multinationales de baisser leurs prix

En France, après la fin des négociations entre distributeurs et industriels le 1er mars dernier, les prix ont augmenté en moyenne de 10 %. Les grands patrons des enseignes de distribution ont appelé les industriels à réviser leurs prix pour éviter que l’inflation ne se poursuive à l’automne.

Le directeur exécutif achat chez Lidl, Michel Biero, a déclaré dans une interview sur RTL qu’il fallait « forcer » les multinationales à « revenir à la table des négociations pour baisser les prix ». Après les négociations annuelles entre les industriels et les distributeurs, les prix ont augmenté en moyenne de 10 %. Le ministre français de l’économie, Bruno Le Maire, avait invité les deux parties à « faire leur part du chemin » car « tout ne peut pas être payé par l’État ». Le président français Emmanuel Macron avait également demandé à la grande distribution de contenir ses marges pour lutter contre la hausse des prix.

La semaine dernière, la première ministre française a demandé aux industriels de baisser leurs prix afin de protéger le pouvoir d’achat des Français en prenant sur leurs marges. Elle a rappelé l’enveloppe de « 46 milliards d’euros cette année » débloquée par le gouvernement pour aider les ménages à faire face à la flambée des prix de l’énergie.

Le président de l’Association nationale des industries alimentaires a annoncé que des négociations pourront être faites de nouveau, mais pas sur tous les produits, car les matières premières nécessaires à leur fabrication n’ont pas vu leurs prix diminuer.

Les prix des huiles végétales, du blé ou encore du papier ont diminué ces derniers mois

Les distributeurs estiment que les prix des industriels devraient diminuer avec le coût des matières brutes pour les négociations du second semestre. « Chez Lidl, ça fait trois semaines qu’on baisse des centaines d’articles (…) mais j’ai pris sur ma marge », a déclaré M. Biero sur RTL. Il a également envoyé un courrier à une grande marque de soda pour discuter de la baisse de prix qu’il a mise en place dans les rayons.

Les prix des huiles végétales, du blé ou encore du papier ont diminué ces derniers mois sans que cette baisse ne soit ressentie dans les rayons. Cela est dû aux contrats d’achat de gaz ou d’autres matières premières qui courent sur plusieurs mois. Cela est également dû aux marges à reconstituer pour les industriels après une hausse du coût de l’énergie en partie amortie.

Pour éviter une répercussion trop importante des prix, le gouvernement a demandé aux distributeurs la mise en place d’un trimestre anti-inflation permettant, sur certains produits, des prix les plus bas possibles. Le premier ministre a annoncé la continuation du dispositif après le 15 juin, date de fin initialement fixée.

Cette mesure est une réponse aux déclarations de Michel-Edouard Leclerc, indiquant que les prix vont continuer d’augmenter jusqu’à l’été, jusqu’à 20 % d’inflation. Une baisse pourrait avoir lieu au second semestre. La première ministre française souhaite quant à elle que cela se voie dès que possible, d’ici la fin du mois.

Partager

Regardez aussi

SIAM 2024 : Sadiki suit l’état d’avancement des travaux lors d’une visite

Le Maroc se prépare à accueillir la 16ème édition du Salon International de l’Agriculture (SIAM) …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *