Accueil / Actualités / Actu Maroc / Jeunes et secteur rural: les victimes du chômage au Maroc
Jeunes secteur rural: les victimes du chômage au Maroc

Jeunes et secteur rural: les victimes du chômage au Maroc

Les jeunes et le secteur rural : les victimes du chômage au Maroc.

Le premier trimestre est souvent encourageant mais pour celui-ci ce n’est pas du tout le cas. Surtout en termes d’emplois. Et le secteur agricole et celui qui en souffre le plus. En milieu rural, l’agriculture a enregistré d’énormes pertes d’emplois, établissant le nombre de chômeurs au niveau national de 1,16 million.

Des chiffres angoissants …

Alors qu’il avait enregistré une très légère baisse de 0,5% au 4ème trimestre 2015, le taux de chômage au Maroc se situe à 10% au premier trimestre 2016.

C’est ce que révèle la note publiée, aujourd’hui, par le Haut Commissariat au Plan (HCP) sur le marché du travail au Maroc.

Cette hausse de 1 point du taux de chômage au Maroc est le résultat de la perte de 15.000 emplois dans le secteur de « l’agriculture, forêt et pêche », 14.000 dans « l’industrie et l’artisanat »; Même si 10.000 emplois ont été crées dans le secteur des « Services » et 6000 dans les BTP.

En milieu urbain 22.000 personnes ont grossi le rang des chômeurs et en milieu rural 10.000 personnes sont sorties du chômage, ce qui a augmenté le nombre de chômeurs de 12.000 personnes supplémentaires.

Le nombre total de chômeurs au 1er trimestre 2016 au Maroc a donc atteint 1.169.000 personnes, contre, 1.157.000 au 1er trimestre 2015.

En termes de volume, entre les premiers trimestres 2015 et 2016, le Maroc a perdu 13.000 postes d’emplois alors qu’elle n’a crée  que 71.000 emplois sur les 3 dernières années.

Qui sont les victimes du chômage au Maroc ?

23% des jeunes âgés de 15 à 24 ans sont touchés par le chômage, contre 21,3% l’an dernier à la même période.

Autre données inquiétante, la tendance à la hausse du chômage des jeunes diplômés, et notamment les lauréats des grandes écoles et instituts. “Cette catégorie de population, qui traditionnellement souffrait le moins du chômage, commence à s’inscrire dans une tendance haussière semblable à celle connue par les autres catégorie des diplômés du supérieur” note le Haut Commissariat au Plan.

S’il n’atteint pas le niveau élevé des diplômés des facultés, dont le taux de chômage représente actuellement près de 2,5 fois le taux national, celui des lauréats des grandes écoles et instituts (9,5%) tend à avoisiner le taux national alors qu’il était, jusqu’en 2012, de l’ordre de 5%, rappelle le Haut Commissariat au Plan.

Le taux de sous-emplois des hommes (12,4%) représente presque le double de celui des femmes (6,4%). En milieu urbain, le taux de sous-emplois des hommes (10,1%) est presque égal à celui des femmes (9,9%), alors qu’en milieu rural, il est environ quatre fois plus important : Hommes (15,3%) et femmes (4,1%)

Les principales causes ?

Toujours selon la note du HCP, cette chute du volume d’emplois s’explique en comparant les 2 années par une perte de 28.000 emplois en milieu rural même si 15.000 emplois ont été créés en milieu urbain.

Le recul des emplois en milieu rural s’expliquerait par l’impact des conditions climatiques sur la campagne agricole précédente (Important retard des pluies, hiver particulièrement chaud).

 Crédit photo:DR

Regardez aussi

Espagne veut contrer les exportations du Maroc

L’Espagne veut contrer les exportations du Maroc

L’Espagne a déclaré une guerre commerciale au Maroc, au niveau de l’export. Encore des mesures …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *