AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu internationales / Des gouffres géants se forment en Turquie en raison de la surexploitation des nappes phréatiques
forage puit maroc
Photo illustration : forage-puits-maroc.com

Des gouffres géants se forment en Turquie en raison de la surexploitation des nappes phréatiques

En Turquie, l’agriculture intensive provoque des effondrements de terrain.

Des gouffres géants se forment en Turquie en raison de la surexploitation des nappes phréatiques pour l’irrigation, suscitant des inquiétudes croissantes parmi les habitants de la région d’Anatolie centrale.

Le 14 septembre dernier, un énorme cratère, mesurant 50 mètres de large et 40 mètres de profondeur, est apparu dans les terres d’un agriculteur à Konya Karapınar, en Turquie. Ce trou béant, appelé « doline », n’est malheureusement pas un cas isolé dans la région. Selon le Centre de recherche sur les dolines de l’université technique de Konya, leur nombre ne cesse d’augmenter. En 2021, 2 550 dolines ont été recensées, comparées à seulement 299 en 2017.

La cause principale de cette prolifération de cratères est l’agriculture intensive. À l’origine, ces dolines se forment naturellement par l’érosion du calcaire dans les régions karstiques. Lorsque l’eau s’infiltre dans le sol, elle crée des cavités souterraines. Avec le temps, la surface du sol au-dessus de ces grottes s’effondre sous son propre poids. Cependant, ces dernières années, les nouvelles dolines résultent du pompage excessif des nappes phréatiques pour l’irrigation.

Dans les années 1960, l’introduction de l’agriculture intensive a incité les agriculteurs à creuser des puits de plus en plus profonds. Le niveau des nappes phréatiques a commencé à baisser dès les années 1980, selon le professeur Fetullah Arik, directeur du département d’ingénierie géologique de l’université de Konya. Il explique : « Au départ, ces baisses ont été négligées car elles étaient peu significatives. Cependant, après les années 2000, nous avons constaté des baisses annuelles allant jusqu’à 20 mètres dans certains puits d’observation. »

Une demande croissante et des puits illégaux

Konya Karapınar, surnommée le grenier à blé de la Turquie, utilise près de 90 % de l’eau à des fins agricoles, dont environ la moitié provient des nappes phréatiques, selon un rapport du WWF publié en 2014. Fetullah Arik souligne que les cultures les plus courantes, telles que la betterave à sucre, le maïs, la luzerne et le tournesol, nécessitent une irrigation constante. De plus, les faibles précipitations au printemps et en hiver ces dernières années ont rendu nécessaire l’irrigation des cultures de blé et d’orge. Par conséquent, la demande en eau dans la région ne cesse de croître.

Cette augmentation de la demande entraîne également la foration illégale de puits à des fins agricoles. En Turquie, toute foration de puits doit être autorisée par l’Office national des affaires hydrauliques. Dans la région de Konya Karapınar, environ 35 000 puits ont reçu cette autorisation, mais selon Fetullah Arik, le nombre de puits illégalement forés serait trois fois plus élevé, soit plus de 100 000, d’après les données de l’Office national des affaires hydrauliques.

Des conséquences importantes

Les dolines ont des conséquences significatives, notamment des dommages aux habitations, aux infrastructures et aux terres agricoles, selon Fetullah Arik. Les cavités formées à proximité des routes endommagent également les lignes électriques, les canalisations d’eau et les égouts.

Ces cratères représentent également un danger pour les habitants, car ils pourraient tomber à l’intérieur. Jusqu’à présent, aucune perte de vie n’a été enregistrée à cause de ces dolines, mais la formation fréquente de ces gouffres suscite la peur parmi la population. Certains habitants ont même été contraints de quitter leur domicile, comme une famille de Konya Karapınar, qui a dû déménager après la formation d’une doline à proximité de sa maison. En outre, une mosquée a également dû être évacuée la même année en raison de la formation d’une doline.

Les inquiétudes sont nombreuses, car Konya n’est pas la seule ville turque touchée par ce phénomène. Les villes de Karaman, Niğde et Aksaray sont également victimes de ces incidents. Des situations similaires se sont produites dans d’autres pays, notamment en Australie en raison de mines abandonnées ou aux États-Unis en Floride en raison du pompage excessif des nappes phréatiques.

Source : Reporterre
Partager

Regardez aussi

ovins

Le Maroc dans le Top 3 des pays arabes possédant le plus de bétail en 2024

Selon le site “World Population Review” le classement des pays arabes possédant le plus de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *