Accueil / Actualités / Actu Maroc / Rendements et production record de sucre dans le GHARB 1,5 million de tonnes
image_not_found

Rendements et production record de sucre dans le GHARB 1,5 million de tonnes

Campagne sucrière 2018-2019 dans le Gharb: Rendements et production record de sucre dans le GHARB 1,5 million de tonnes.

La production prévisionnelle pour la campagne en cours de la canne à sucre est de 53000 mille tonnes et celle de la betterave à sucre de 975 mille tonnes. Ce sont les résultats présentés au Comité Technique Régional des Cultures Sucrières du Gharb qui s’est réuni le 03 Avril 2019 à Kénitra pour déterminer la date de démarrage de la campagne d’usinage de la betterave à sucre et de s’enquérir de l’état d’avancement de la campagne d’usinage de la canne à sucre. Le Gharb assurera environ 30% de la production nationale en sucre.

Le rendement moyen record de 65 tonnes par hectare pour la betterave à sucre et de 70 tonnes par hectare pour la canne à sucre n’a pas été enregistré au niveau du périmètre durant les 15 dernières années dépassant largement l’objectif tracé dans le cadre du contrat-programme pour la betterave à sucre et qui est de 55 tonnes par hectares. Les pics de rendement de 140 t/ha pour la canne à sucre et 90 t/ha pour la betterave à sucre au niveau des parcelles équipées en irrigation localisée.

Ces bonnes performances de la campagne sucrière 2018-2019 ont été rendues possibles grâce aux efforts entrepris par les agriculteurs, l’Office Régional de Mise Valeur Agricole du Gharb (programme soutenu des irrigations des cultures sucrières, etc…) et les sucreries, ainsi qu’aux mesures incitatives et d’accompagnement prises par le Département de l’Agriculture et l’interprofession et aux efforts d’accompagnement de tous les membres du CTRCSG. La superficie consacrée aux cultures sucrières a atteint 25000 hectares cette campagne répartie entre 10000 hectares de canne et 15000 hectares de betterave, dépassant ainsi la moyenne des 10 dernières années et qui est de 19 500 hectares.

Météorologie favorable

Le périmètre du Gharb a connu au cours de cette campagne une pluviométrie moyenne de 447 mm à cette date, soit un niveau équivalent à la moyenne des 30 dernières années. Ces conditions climatiques favorables, ont également concouru à la réalisation du programme de semis de la betterave à sucre et à l’amélioration de l’état végétatif des cultures sucrières.

Usinage des cultures

Vue les productions importantes des cultures sucrières attendues et afin d’éviter les récoltes tardives, la campagne d’usinage de la canne à sucre a démarré précocement (le 26 Février 2019).Quant à l’usinage de la betterave à sucre, il a débutéle 26 avril 2019.

Les cultures sucrières ont atteint un niveau de développement intéressant dû notamment à la mécanisation des cultures, à l’introduction des nouvelles technologies de production, à l’amélioration variétale et au renforcement de la technicité des agriculteurs. La combinaison de tous ces facteurs contribue à l’amélioration des revenus bruts des producteurs de plus de 10% pour les deux cultures et à redonner au secteur sucrier sa compétitivité et sa place privilégié dans l’assolement du périmètre.

Il est à noter que dans le volet mécanisation, les semis de la betterave à sucre se font à 100% mécaniquement et en semences monogermes et que le taux de récolte mécanique de la canne à sucre et de la betterave à sucre est en progression atteignant respectivement 50% et 30% de la production récoltée. Il faudrait d’ailleurs dans ce sens saluer le soutien apporté par le Fond de Développement Agricole dans la progression de la mécanisation et la modernisation des exploitations. Ces aides financières de l’Etat qu’elles soient destinées à l’équipement en irrigation localisée, l’acquisition de matériels agricoles de tous genres ou la subvention aux nouvelles plantations de canne à sucre ont considérablement contribué à la relance de la filière. Reste maintenant à consolider ces acquis et à maintenir les efforts dans l’objectif de la réalisation des objectifs annoncés dans le contrat-programme.

Aussi, le secteur sucrier s’est doté d’un système de digitalisation lui permettant ainsi que la maitrise du suivi et de pilotage des opérations de récolte, de transport et de gestion de la distribution des intrants.

Avec Dr SAGHIR  Fatima, Membre du Conseil Supérieur de la Fonction Publique
Chef de Service Communication & Promotion-DRA de Rabat-Salé-Kénitra

Regardez aussi

Maroc : Le potentiel de la figue de barbarie et de son huile dévoilé

Maroc : Le potentiel de la figue de barbarie et de son huile dévoilé

L’huile de graines de figue de barbarie vaut 1000 dollars le litre sur les marchés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *