AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu Maroc / Les exportations de melons marocains vers l’Espagne battent des records
Melons - Photo illustration : DR

Les exportations de melons marocains vers l’Espagne battent des records

Le Maroc a récemment atteint de nouveaux sommets dans le domaine des exportations de melons. Au cours des neuf premiers mois de 2023, les exportateurs marocains ont expédié une quantité impressionnante de 13,8 mille tonnes de melons vers l’Espagne, générant ainsi une recette d’exportation substantielle de 10 millions de dollars.

Historiquement, le Maroc a régulièrement exporté des melons vers l’Espagne, avec des volumes annuels oscillant entre 4 et 8 000 tonnes au cours des dernières années. L’année 2018 avait été une exception notable, avec plus de 12 000 tonnes de melons atteignant les marchés espagnols. Cette hausse s’explique par une sécheresse sévère en Espagne en 2017-2018, entraînant une pénurie d’eau et une production locale insuffisante, obligeant le pays à intensifier ses importations.

Traditionnellement, la majeure partie des melons marocains était importée en Espagne au printemps, suivie par les produits locaux. Cependant, en 2023, des conditions météorologiques défavorables ont affecté la récolte espagnole, incitant le pays à importer des melons même en été précise un article de EastFruit. Avec la saison de récolte au Sénégal déjà terminée et le Brésil n’ayant pas encore commencé sa production, le Maroc a saisi l’opportunité de devenir le principal fournisseur, livrant plus de la moitié du volume total en juillet seulement, soit 8 000 tonnes.

13,8 mille tonnes de melons (exportés) vers l’Espagne

L’Espagne, acteur majeur sur le marché mondial du melon, se classait au deuxième rang des exportateurs en 2022, juste derrière le Guatemala. Cependant, en 2023, les conditions climatiques adverses en Espagne ont augmenté la demande de melons importés, propulsant le Maroc au statut de principal fournisseur.

Au cours des neuf premiers mois de l’année en cours, l’Espagne a importé un total record de 78 000 tonnes de melons, plaçant le pays au septième rang mondial des importateurs. La majorité de ces importations provient généralement du Brésil, représentant les deux tiers du volume total. Bien que l’Espagne importe également des melons du Sénégal, aucun approvisionnement n’est prévu dans cette direction cette année mais il convient toutefois de s’intéresser à l’agriculture sénégalaise qui peut représenter un partenaire important pour les groupes de production marocains.

Lire aussi : Découvrez les variétés du melon charentais de Vilmorin-Mikado : SULTAN F1, CHAMAN F1 et GECKO F1 !

Avec l’apport massif du Maroc, la part du pays dans les importations espagnoles de melons est passée de 6 à 8 % à une impressionnante proportion de 18 %. Cette percée a propulsé le Maroc à la troisième place parmi les fournisseurs de melons de l’Espagne, dépassant même les Pays-Bas, et cette tendance devrait se maintenir jusqu’à la fin de l’année.

Les producteurs marocains se positionnent également comme des acteurs majeurs sur la scène mondiale des exportations de melons, occupant actuellement la 12ème place précise toujours la même source. En 2023, près de 57 mille tonnes de melons ont déjà été expédiées à l’étranger, rapportant au Maroc une impressionnante somme de 61 millions de dollars. La France reste le principal importateur de melons marocains, mais en 2023, ces délicieuses récoltes ont conquis les marchés de 40 pays, témoignant de la croissance et de la diversification continues du secteur marocain des melons sur la scène internationale.

Partager

Regardez aussi

Espagne : Les manifestations contre les produits agricoles marocains reprennent

Le Maroc dénonce les attaques d’agriculteurs européens contre ses exportations de fruits et légumes

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a vivement critiqué les récentes attaques perpétrées …

Un commentaire

  1. L’Espagne dispose de plus de 100 milliards de cubes d’eaux renouvelables par an et malgré celà elle a imposé des restrictions sur ses ressources en eau souterraines pour les garder comme réserves stratégiques et pour protéger ses écosystèmes aquatiques, même si elle doit importer des produits agricoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.