Accueil / Actualités / Actu internationales / États-Unis : le flétrissement bactérien fait des ravages au niveau des cultures
États-Unis : le flétrissement bactérien fait des ravages au niveau des cultures
États-Unis : le flétrissement bactérien fait des ravages au niveau des cultures.

États-Unis : le flétrissement bactérien fait des ravages au niveau des cultures

Le flétrissement bactérien méridional cause des problèmes aux légumes.

C’est la panique aux États-Unis. Le flétrissement bactérien méridional, qui se trouve être l’une des maladies les plus graves pour  les cultures telles que les tomates, les aubergines et les poivrons, fait actuellement des ravages, en raison du temps humide en Louisiane et dans le sud-est du Texas.

La maladie causée par la bactérie du sol « Ralstonia solanacearum » pour les légumes Solanaceae, comme l‘aubergine, les pommes de terre, les tomates, les poivrons, la bactérie peut causer des maladies dans une large gamme de plantes ornementales comme le rapporte Hortidaily,

L’agent pathogène se propage dans les champs agricoles par le mouvement du sol infesté, dans les eaux de surface et par la manipulation de plantes infectées. Les plantes infectées se flétrissent rapidement en raison de la perte de turgescence des feuilles et des tiges, donnant aux plantes un aspect mou.

Lire aussi : Maroc : six ravageurs menacent les exportations d’aubergines vers les États-Unis

Au début, ces plantes peuvent se rétablir pendant la nuit, mais au fur et à mesure que la maladie se développe, un dessèchement rapide du feuillage se produit, entraînant un flétrissement permanent et la mort de la plante. Des chancres bruns et enfoncés sont souvent visibles à la base de la plante, près de la ligne du sol.

Les plantes symptomatiques présentent une décoloration du système vasculaire et de la moelle. La gestion du flétrissement bactérien méridional dans des sols déjà infectés par la bactérie représente un véritable défi.

A ce jour, « il n’y a pas de produits chimiques efficaces enregistrés pour les producteurs commerciaux ainsi que pour les producteurs domestiques », indique la même source. Dès lors, les producteurs commerciaux, ainsi que les producteurs privés, doivent suivre de bonnes pratiques sanitaires pour réduire la propagation de la maladie, notamment en évitant de déplacer des sols infestés, en évitant de déplacer des piquets de sites infestés connus vers de nouveaux sites et en nettoyant correctement les outils et matériaux agricoles.

Regardez aussi

Agrégation agricole nouvelles modalités octroi des subventions au Maroc

Agrégation agricole : nouvelles modalités d’octroi des subventions au Maroc

De nouvelles modalités d’octroi des subventions pour l’agrégation agricole ont vu le jour au Maroc. …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *