AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu internationales / L’Egypte s’impose sur le marché Saoudien des melons et pastèques
Le temps frais en Europe a réduit la demande pastèques et de melons

L’Egypte s’impose sur le marché Saoudien des melons et pastèques

Essor remarquable des exportations de melons et de pastèques égyptiens en direction de l’Arabie saoudite pour l’année 2023.

L’Égypte vient de réaliser un sacré travail en doublant en seulement huit mois ses exportations de melons vers l’Arabie saoudite. Cette augmentation spectaculaire des envois concerne aussi bien les pastèques que les melons.

Entre janvier et août 2023, l’Égypte a exporté pas moins de 16 500 tonnes de melons vers l’Arabie saoudite, soit le double de l’année précédente et deux fois et demie plus que la moyenne des cinq années précédentes nous apprend EastFruit. Notamment, les expéditions de pastèques ont déjà dépassé de 80 % le total de l’année précédente, tandis que les exportations de melons affichent actuellement une augmentation de 2,4 fois par rapport à la période précédente. De plus, l’Égypte est bien placée pour accroître considérablement ses exportations de melons au cours des quatre mois restants de l’année, car les expéditions vers l’Arabie saoudite de septembre à décembre représentent généralement environ un quart à un tiers des envois annuels.

L’Égypte est l’un des principaux producteurs mondiaux de melons. En Afrique, en termes de volume de production, elle se classe juste derrière l’Algérie pour les pastèques et le Maroc pour les melons. Toutefois, contrairement au Maroc, les exportations égyptiennes de pastèques et de melons n’ont pas encore eu un impact significatif sur l’économie nationale. En 2022, les recettes d’exportation de ces deux catégories n’atteignaient que 7,3 millions de dollars, alors que l’Égypte exportait des pêches et des nectarines, des produits traditionnellement non associés à l’Afrique du Nord, pour près de 23 millions de dollars.

Juste derrière le Maroc pour les melons

Bien que l’Arabie saoudite ne soit pas un importateur majeur, elle demeure un acteur clé sur le marché mondial des melons et des pastèques, offrant des opportunités de placement de produits tant dans les supermarchés haut de gamme que dans les magasins moins exigeants en termes de qualité. Pour l’année 2023, le pays devrait établir de nouveaux records d’importation de pastèques et de melons. Toujours selon la même source l’année précédente, l’Arabie saoudite se classait au neuvième rang mondial en termes d’importation de melons et au deuxième rang au Moyen-Orient, juste derrière les Émirats arabes unis. En ce qui concerne les importations de pastèques, l’Arabie saoudite occupait une position plus modeste, se classant au 25e rang mondial et au troisième rang au Moyen-Orient, après les Émirats arabes unis et le Qatar.

Il convient de noter que l’Arabie saoudite est également un producteur important de melons et de pastèques, avec des volumes de production estimés à 55 000 tonnes pour les melons et 624 000 tonnes pour les pastèques en 2021. Néanmoins, ces quantités demeurent insuffisantes pour satisfaire la demande intérieure, obligeant le pays à importer jusqu’à 40 000 tonnes de pastèques et 35 000 tonnes de melons chaque année.

Parmi les principaux fournisseurs de melons sur le marché saoudien, on retrouve la Jordanie, le Yémen et l’Égypte. D’autres pays exportateurs moins importants, tels que la Syrie, Oman, l’Inde, sont également géographiquement proches du marché saoudien. Il est intéressant de noter que l’Arabie saoudite importe également plusieurs centaines de tonnes de melons des États-Unis, malgré la distance considérable entre les deux régions.

Dans le segment des pastèques, la Jordanie a maintenu sa position dominante en matière d’exportations vers l’Arabie saoudite, mais l’Égypte reprend rapidement sa part de marché. En ce qui concerne les melons, la Jordanie continue de régner en maître, fournissant entre 75 et 80 % des importations de l’Arabie saoudite.

Partager

Regardez aussi

Rencontre organisée, mardi (12/07/16) à Rabat, par le Haut-Commissariat aux eaux et forêts et la lutte contre la désertification (HCEFLD) sous le thème "Les coopératives forestières, un cadre adéquat pour faire face aux effets des changements climatiques", à l’occasion de la journée internationale des coopératives.

Béni Mellal célèbre la Journée Internationale des Coopératives

Le jeudi, Béni Mellal a vibré au rythme de la Journée internationale des coopératives, une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *