Accueil / Actualités / Actu internationales / Dessalement de l’eau : une nouvelle méthode pour éliminer les métaux toxiques
Dessalement eau une nouvelle méthode pour éliminer les métaux toxiques
Dessalement de l'eau: une nouvelle méthode pour éliminer les métaux toxiques.

Dessalement de l’eau : une nouvelle méthode pour éliminer les métaux toxiques

Des scientifiques découvrent une nouvelle méthode de dessalement de l’eau qui la laisse également exempte de métaux toxiques.

Un groupe de chimistes de l’Université de Californie à Berkeley a découvert un moyen de simplifier l’élimination des métaux toxiques, tels que le mercure et le bore, lors du dessalement pour produire de l’eau propre.

Le dessalement n’est qu’une étape dans le processus de production d’eau potable, ou d’eau pour l’agriculture ou l’industrie, à partir d’eau de mer ou d’eaux usées. Avant ou après l’élimination du sel, l’eau doit souvent être traitée pour éliminer le bore, qui est toxique pour les plantes, et les métaux lourds comme l’arsenic et le mercure, qui sont toxiques pour l’homme. Le processus laisse souvent une saumure toxique qui peut être difficile à éliminer.

Lire aussi : Pénurie d’eau : le Maroc mise sur le dessalement de l’eau de mer

En ce sens, la nouvelle technique, qui peut être facilement ajoutée aux processus actuels de dessalement par électrodialyse à membrane, élimine, comme le rapporte Hortoinfo, presque 100% de ces métaux toxiques, produisant une saumure pure avec de l’eau pure et isolant les métaux précieux pour une utilisation ultérieure ou une élimination.

Pour cela, les chimistes de l’UC Berkeley ont synthétisé des membranes polymères flexibles, comme celles actuellement utilisées dans les processus de séparation membranaire, mais avec des nanoparticules intégrées qui peuvent être ajustées pour absorber des ions métalliques spécifiques – des ions or ou uranium, par exemple. La membrane peut incorporer un seul type de nanoparticule accordée, si le métal doit être récupéré, ou plusieurs types différents, chacun étant réglé pour absorber un métal ou un composé ionique différent, si plusieurs contaminants doivent être éliminés en une seule étape.

Les chercheurs espèrent pouvoir affiner les nanoparticules pour éliminer d’autres types de produits chimiques toxiques, y compris un polluant commun des eaux souterraines: les PFAS, ou substances polyfluorées, présentes dans les plastiques. Le nouveau procédé, qu’ils appellent électrodialyse par capture d’ions, pourrait également éliminer les isotopes radioactifs des effluents des centrales nucléaires.

«L’électrodialyse est une méthode connue de dessalement, et ici, nous le faisons d’une manière qui incorpore ces nouvelles particules dans le matériau de la membrane et capture des ions toxiques spécifiques ou des solutés neutres, tels que le bore», a indiqué un chercheur. « A travers cette membrane, l’eau est également décontaminée pour, par exemple, le mercure. Mais ces membranes peuvent aussi être très sélectives pour éliminer d’autres métaux, comme le cuivre et le fer, à haute capacité », indique la même source.

Regardez aussi

Allemagne interdit le transfert de vaches gestantes au Maroc

L’Allemagne interdit le transfert de vaches gestantes au Maroc

L’Allemagne a interdit le transfert de 270 vaches gestantes au Maroc. Le transfert des animaux …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *