AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actu Entreprises / La demande de fraises marocaines augmente malgré le recul des superficies cultivées
Les emballages bioactifs prolongent la durée de conservation des fraises
Fraises : Photo illustration - DR

La demande de fraises marocaines augmente malgré le recul des superficies cultivées

Les fraises sont très prisées à l’export mais le Maroc a réduit d’environ 1.000 hectares ses superficies cultivées.

Les fraises marocaines semblent être la star des fêtes de fin d’année cette saison, avec une demande en hausse tant sur le marché local que sur le marché international. Oussama Baioua, un producteur de fraises basé à Larache, livre les détails sur le déroulement de la campagne actuelle à Freshplaza.

« La campagne marocaine débute en décembre, et c’est le moment idéal pour capitaliser sur la demande suscitée par la période des fêtes. Au cours de la quatrième semaine de récolte, la demande a été exceptionnelle, et nous continuons d’exporter des volumes satisfaisants en ce début de nouvelle année », explique Baioua.

Les fraises marocaines sont devenues prisées dans plusieurs pays européens, avec une exportation majeure vers le Royaume-Uni et la France. Baioua souligne toujours à la même source la dynamique et l’activité intense du marché en ce moment, soulignant que leurs clients sont satisfaits de la qualité des fraises proposées. Le producteur prévoit que la récolte et la demande atteindront leur apogée en février. « Les prix devraient alors baisser, avec l’arrivée de gros volumes sur le marché. Plusieurs variétés sont disponibles, parmi lesquelles San Andreas, Fortuna et Victory sont les plus produites. »

Les producteurs de la région ont décidé de réduire la culture de fraises au profit d’autres espèces, notamment les myrtilles

Bien que Larache et Moulay Bousselham, sur la côte atlantique au nord du pays, soient considérés comme les bastions de la production de fruits rouges au Maroc, cette année voit un changement de cap. Les producteurs de la région ont décidé de réduire la culture de fraises au profit d’autres espèces, notamment les myrtilles, en raison de campagnes de fraises difficiles ces dernières années. Baioua précise : « Sur l’ensemble de la région, la superficie consacrée aux fraises a diminué d’environ 1.000 hectares. »

Lire aussi : Les exportations marocaines de fraises surgelées au Japon quadruplent en trois ans

Malgré les succès dans la production de fraises, les agriculteurs commencent à ressentir les effets persistants de la sécheresse qui touche le Maroc. Larache, bien que bénéficiant de vastes réserves d’eau souterraines, commence à ressentir les impacts. « Nous sommes moins touchés par le manque d’eau que le reste du pays, mais nous commençons à nous inquiéter de la persistance de la sécheresse et du manque de précipitations », explique Baioua.

Les agriculteurs dépendant des barrages voient déjà les effets, bien que le coût de l’eau n’ait pas augmenté. Pour ceux qui ont des puits sur leurs exploitations, les activités se déroulent normalement. Cependant, si les précipitations ne s’intensifient pas, la production dans ces conditions pourrait devenir épique.

Partager

Regardez aussi

melon_agribianco

Au Maroc 70 % de la récolte de melons a déjà été réalisée

À l’approche de la saison estivale, la demande pour les fruits marocains sur le marché …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *