AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu internationales / Un climat plus favorable aux invasions de criquets pèlerins au Maroc ?
L-invasion-des-criquets-atteint-des-sommets-dangereux-pour-l-agriculture
L'invasion des criquets atteint des sommets dangereux pour l'agriculture - ph Illustration DR

Un climat plus favorable aux invasions de criquets pèlerins au Maroc ?

Le Maroc est confronté à une menace croissante alors que le changement climatique intensifie les risques d’invasions de criquets pèlerins, selon une étude récente publiée dans « Science Advances ». Les chercheurs mettent en garde contre des invasions de plus en plus difficiles à prévenir et à contrôler à mesure que le climat se réchauffe.

L’auteur de l’étude, Xiaogang He, professeur assistant à l’Université nationale de Singapour, souligne l’importance de comprendre et de traiter les impacts de la variabilité climatique sur la dynamique acridienne, en particulier en ce qui concerne la productivité agricole et la sécurité alimentaire. Il appelle à une coopération renforcée entre les pays et les organisations de lutte pour anticiper et répondre efficacement à ces crises.

L’étude, basée sur l’analyse des incidents d’invasions de criquets pèlerins de 1985 à 2020 à l’aide de l’outil de données Locust Hub de la FAO, révèle que dix pays, dont le Maroc, ont subi la majorité des crises acridiennes parmi les 48 pays touchés. Les chercheurs ont identifié un lien étroit entre l’ampleur des invasions acridiennes et les conditions météorologiques telles que la température de l’air, les précipitations, l’humidité du sol et le vent.

En 2019 et 2020, l’Afrique de l’Est a connu la pire invasion de criquets pèlerins en 25 ans, causant des ravages sur des centaines de milliers d’hectares de terres agricoles et affectant la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance. Les experts mettent en garde contre les conséquences financières dévastatrices de telles invasions, citant une réponse coûtant plus de 450 millions de dollars pour une invasion en Afrique de l’Ouest entre 2003 et 2005, avec des dommages estimés à 2,5 milliards de dollars précise un article de laquotidienne.

Les criquets pèlerins, qualifiés par la FAO de « ravageur migrateur le plus destructeur au monde », sont connus pour leur capacité à dévaster rapidement des cultures. Un essaim d’un kilomètre carré pourrait contenir jusqu’à 80 millions de criquets, capables de consommer suffisamment de cultures vivrières en une journée pour nourrir 35 000 personnes.

Les chercheurs appellent à une action rapide précise la même source, soulignant la nécessité d’une coopération régionale et continentale renforcée pour faire face à ces crises et construire des systèmes d’alerte précoce. Le Maroc et d’autres nations touchées sont confrontés à un défi imminent qui exige une réponse collective pour atténuer les conséquences potentiellement dévastatrices sur l’agriculture et la sécurité alimentaire.

Partager

Regardez aussi

Poivrons le Maroc devient 6ème exportateur mondial

Les poivrons marocains très appréciés sur le marché espagnol

Au fil des années, l’Espagne a vu ses importations de poivrons provenant d’autres pays croître …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *