AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu internationales / Création d’un nouveau cadre mondial sur la gestion des produits chimiques
Maroc : bientôt une loi pour contrôler usage des pesticides agricoles
Photo : DR

Création d’un nouveau cadre mondial sur la gestion des produits chimiques

L’ONU établit un nouveau Cadre Global pour la gestion des produits chimiques.

Lors de la 5e Conférence Internationale sur la Gestion des Produits Chimiques (ICCM5) qui s’est tenue cette semaine sous l’égide de l’ONU, un consensus mondial historique a été atteint pour guider la gestion des produits chimiques à l’échelle mondiale. Réunissant des délégués gouvernementaux, des représentants d’entreprises et des membres d’organisations non-gouvernementales, cette conférence a abouti à la création d’un nouveau « cadre mondial sur les produits chimiques ».

Ce cadre, composé de 28 objectifs, offre une feuille de route complète pour les pays et les parties prenantes afin de collaborer à tous les stades du cycle de vie des produits chimiques, de leur production à leur élimination.

Eliminer les pesticides hautement dangereux (…) d’ici 2035

L’ONU-Environnement (PNUE) a exprimé sa satisfaction dans un communiqué, soulignant que ce cadre exhorte à la prévention du commerce illégal et du trafic de produits chimiques et des déchets, ainsi qu’à l’adoption de cadres juridiques nationaux visant à éliminer les pesticides hautement dangereux dans l’agriculture d’ici 2035.

En outre, il préconise la transition vers des alternatives chimiques plus sûres et durables, une gestion responsable des produits chimiques dans divers secteurs tels que l’industrie, l’agriculture et la santé, ainsi que l’amélioration de la transparence et de l’accès aux données relatives à ces produits et à leurs risques connexes.

La Directrice Exécutive du PNUE, Inger Andersen, a appelé les gouvernements, l’industrie chimique et toutes les parties prenantes à aller au-delà de ces engagements pour protéger la planète et ses habitants. Elle a averti que tout retard ou mise en œuvre partielle de ces mesures se traduirait par davantage de décès, d’impacts sur la nature et de pertes économiques.

Pour beaucoup d’experts réunis à cette occasion, c’est un pas en avant vers une planète exempte de dommages causés par les produits chimiques et les déchets.

Partager

Regardez aussi

sadiki iav 2024

Ouverture de la 3ème édition du Salon de l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II

Le salon de l’IAV Hassan II constitue une plateforme propice de rencontres entre les étudiants, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *