Accueil / Technique / Dossier / Tomate: Evolution de la filière marocaine
Tomate: Evolution de la filière marocaine

Tomate: Evolution de la filière marocaine

Evolution de la filière tomate au Maroc.

La filière de la tomate au Maroc a beaucoup évolué au cours des dernières décennies. Que ce soit pour l’exploitation primeur, industrielle ou de saison, les techniques et équipements se sont modernisés. Toutefois et malgré les progrès incommensurables, il reste encore des défis à relever.

La tomate est le deuxième « légume » le plus consommé dans le monde. Chaque année, plus de 130 millions de tonnes (2015-2016) sont produites. Au Maroc, cette culture occupe une place centrale.

La tomate est l’une des cultures prédominantes de l’agriculture marocaine. C’est la culture maraîchère la plus importante avec 18 642 ha pour une production annuelle d’environ 1,3 million de T (2007-2008). La filière a un impact socio-économique important puisqu’elle procure des milliers d’emplois et donc des revenus à de nombreuses familles. Elle permet également d’injecter des milliards de Dh en devises étrangères dans l’économie nationale grâce aux exportations.

Les exploitations de tomate sont divisées en trois types au Maroc : primeurs, sous serre ou en plein champs, tomate de saison ou tomates industrielles.

La Tomate Primeur

La tomate primeur est produite sous-serre dans les régions du Souss-Massa et des Doukkala-Abda. Elle est principalement dédiée à l’exportation vers l’Union Européenne, la Russie, le Canada…

Dans les régions du Moulouya, Temara-Skhirat et Casablanca, les tomates primeurs sont majoritairement cultivées en plein champs et servent à alimenter le marché national.

En près de 10 ans, depuis l’établissement du Plan Maroc Vert, la production et la superficie cultivée en tomates primeurs ont évolué respectivement de 14 ,4% et 20%.

tomate primeurs

Tomate de saison

Ce type de production est en général effectué dans les petites fermes situées le long de la côte Atlantique de Safi à Témara-Skhirat. Cette production alimente le marché national.

La production de tomate de saison est bien plus faible que celle des primeurs. Depuis la campagne 2008/2009, la production est restée relativement stable bien qu’il y ait eu un pic de production en 2009/2010. En revanche, la superficie cultivée a considérablement baissé : -23% de terres dédiées aux tomates primeurs. Cela traduit une nette hausse du rendement qui est passé de 26,4 T/ha à 32,2 T/ha soit une augmentation de 22%.

tomate de saison

Tomate industrielle

Les tomates industrielles sont dédiées à la transformation alimentaire (concentré, sauce, etc). Elles sont principalement produites dans les régions de Meknès, Marrakech et Beni Mellal.

Les tomates industrielles ont perdu leur cote. Le nombre d’hectares cultivés a baissé de plus 100% : de 4503 ha, il est passé à 420 ha. Par conséquent, la production a elle aussi baissé et ce, d’environ 75%. Le Plan Maroc Vert semble avoir été bénéfique à ce type de tomate car le rendement est passé de 30,97 T/ha à 84,02 T/ha !

tomate industrielle

Rendements

Le rendement a évolué de façon différente en fonction des types de tomates. Le rendement des tomates industrielles a considérablement augmenté tandis que celui des tomates de saison a connu une hausse légère et celui des tomates primeurs est resté stable.

D’une manière générale, tout type de culture confondu, le rendement a augmenté et est passé de 60,62 T/Ha en 2008/2009 à 80,79 T/Ha en 2015/2016 soit une hausse de 33,3%. Evidemment, ce paramètre dépend de l’évolution des pratiques culturales mais aussi des conditions météorologiques qui ne sont pas maitrisables par l’Homme.

evolution rendement

Exportations

Depuis la mise en place du Plan Maroc Vert en 2008, la tomate marocaine a réussi à s’imposer sur le marché international. En effet, le tonnage des exportations a connu une progression de 56% en 10 ans. Lors de la campagne 2007-2008, quelques 344 000 T étaient envoyées sur le marché international, désormais, il y en a 537 000 T.

En termes de chiffre d’affaires, l’augmentation est encore plus considérable. En 2008, les exportations ont généré 2,036 milliards de Dh. En 2016, ce chiffre s’est élevé à 4,867 milliards de Dh ce qui représente une progression de 139% !

Avec l’ONSSA et le ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts.

Regardez aussi

Filière des petits fruits rouges au Nord du Maroc

La filière des petits fruits rouges est  en expansion dans le périmètre du Loukkos . …