Accueil / Actualités / Actu internationales / La Turquie est l’un des premiers exportateurs de pêches et nectarines

La Turquie est l’un des premiers exportateurs de pêches et nectarines

La Turquie est l’un des dix premiers exportateurs moniaux de pêches et nectarines.

La Turquie figure parmi les dix premiers exportateurs mondiaux et représente environ 3% de la production mondiale totale de pêches. 

La superficie cultivée pour la production de pêches en Turquie continue d’augmenter progressivement en raison des nouveaux investissements.

Les prévisions de production totale de pêches et de nectarines pour la campagne 2018/19 sont de 600 000 tonnes, dont 530 000 tonnes de pêches et 70 000 tonnes de nectarines en raison de conditions météorologiques favorables en hiver et au printemps. Les producteurs de pêches ont bénéficié de bonnes conditions de croissance.

Selon les données officielles turques, le nombre d’arbres a augmenté de 20% au cours de la dernière décennie. Les agriculteurs ont progressivement remplacé les vieux arbres par des variétés plus populaires sur les marchés d’exportation. Le nombre de nectarines a doublé au cours des dix dernières années, sous l’effet de la croissance de la demande à l’exportation.

Les provinces de Bursa, Canakkale (toutes deux situées dans la région de Marmara), Izmir (région égéenne) et Mersin (région méditerranéenne) sont les principales zones de culture en Turquie.

En règle générale, les pêches et les nectarines sont récoltées entre fin mai et début octobre. Cette large période résulte du fait que les pêchers peuvent être cultivés dans différentes parties de la Turquie avec différentes conditions physiques et climatiques.

La majorité des variétés de pêches plantées en Turquie sont Early Amber, Spring Crest, May Crest, Red Haven, Cardinal, J.H.Hale et Early Red.

En tant que fruit sensible, la production de pêches fluctue en Turquie en fonction des conditions météorologiques. L’estimation de la production pour la campagne 2017/18 est de 505 000 tonnes, ce qui est légèrement inférieur à l’année précédente. Cette diminution est principalement due au fait que certains agriculteurs ont subi des dégâts de grêle dans la région de Marmara en juin, comme dans la région de Lapseki, malgré une pollinisation réussie au printemps. Cependant, les agriculteurs des autres grandes zones de culture sont généralement satisfaits des rendements.

Regardez aussi

Organisation du secteur des fruits et légumes au Maroc

Comment s’organise le secteur des fruits et légumes au Maroc? Afin d’assurer une meilleure organisation …