Accueil / Actualités / Actu internationales / Renforcement des partenariats public-privé en Afrique
Renforcement des partenariats public-privé en Afrique

Renforcement des partenariats public-privé en Afrique

Le renforcement des partenariats public-privé en Afrique : clé du succès.

Le renforcement des partenariats public-privé est la clé du développement de l’agriculture africaine selon le rapport de l’AGRA.

L’AGRA a publié son rapport sur l’état de l’agriculture en Afrique (AASR) suite au Forum pour la révolution verte en Afrique (AGRF). Il en découle que le renforcement des partenariats public-privé (PPP) est la clé pour le développement de l’agriculture africaine. Les PPP sont une solution d’avenir et aideront à la réalisation du triple objectif : des emplois à haute productivité, une croissance économique durable et la production alimentaire en Afrique.

D’après le rapport, le secteur privé (PME et industries agroalimentaires) détient les solutions pour transformer le système alimentaire africain grâce à son engagement dans l’ensemble de la chaîne de valeur. En complément, le public a un rôle à jouer dans l’organisation en amont de ce processus dans le but de créer une atmosphère propice.

Dans ce sens, le secteur public s’engage à mettre en place certaines mesures comme : l’augmentation des investissements dans les infrastructures et dans les services de base (approvisionnement en énergie et en eau) ; l’amélioration du cadre législatif et réglementaire pour stimuler les échanges agricoles régionaux et l’adoption de l’assurance agricole pour renforcer la résilience des agriculteurs, notamment face au changement climatique.

Les partenariats public-privé pourrait amplifier la compétitivité des secteurs agricole et agroalimentaire, explique l’AgenceEcofin. De plus, ils pourront améliorer le secteur agroalimentaire, qui est doté d’un fort potentiel, en valorisant davantage les produits agricoles.

Selon la Banque Mondiale, le marché africain de l’agroalimentaire pourrait passer de 300 milliards de dollars (environ 2 800,5 milliards de Dh) actuellement à 1 000 milliards de dollars (9 335 MMDh) d’ici 2030.

Regardez aussi

Agroalimentaire: Le contrat-programme se fait attendre

Agroalimentaire: Le contrat-programme se fait attendre

Le contrat-programme de l’agroalimentaire est toujours à l’état d’étude. Plusieurs mois après sa signature, le …