Accueil / Technique / Cahier Technique / Olivier: Les besoins en eau d’irrigation
Olivier: Les besoins en eau d’irrigation

Olivier: Les besoins en eau d’irrigation

Tout savoir des besoins en eau d’irrigation de l’olivier.

La culture de l’olivier est ancestrale au Maroc. Avec 1 million d’hectares répartis entre 400 000 exploitations, l’olivier est une filière vaste et importante. Coup d’œil sur les techniques de culture de l’olivier au Maroc et plus précisément, sur ses besoins en eau d’irrigation.

L’olivier est un arbre relativement résistant au stress hydrique. Toutefois, cela ne l’empêche pas d’apprécier les apports en eau d’irrigation. Au Maroc, les défis liés à la disponibilité des ressources hydriques imposent une certaine stratégie lors de l’irrigation. Parmi ces méthodes, on trouve « l’irrigation localisées » dont les investissements de départ sont subventionnés par l’Etat.

Une autre technique moins répandue et pourtant très efficace est le « déficit hydrique contrôlé ». Cette méthode consiste à réduire au maximum les apports en eaux d’irrigation aux stades phénologiques les moins critiques en termes de production. Ensuite, pendant les stades les plus critiques, il faut faire un apport suffisant. Rappelons que les phases les plus critiques sont la floraison, la nouaison et la première phase de développement des fruits.

Pour bien gérer l’irrigation de l’olivier, il est primordial de bien connaître les caractéristiques du sol (éléments minéraux, oligo-éléments, etc) et le climat. En milieu semi-aride, les besoins de l’olivier sont de l’ordre de 65% de l’évapotranspiration potentielle (ETP) soit 4000 à 5000 m3/hectare répartis en 15 à 20 irrigations par cycle.

Salinité de l’eau

L’olivier est une plante moyennement tolérante à la salinité de l’eau d’irrigation. Les symptômes et dégâts sur l’arbre varient selon les cultivars. Les plantes les plus sensibles commenceront à montrer leur intolérance à partir d’une conductivité électrique (CE) de 2,5 et à 4 dS/m-1.

Pour éviter tout problème lié à la salinité de l’eau, il est important d’avoir un bon drainage. Celui-ci permet d’éloigner les sels transportés en profondeur par le lessivage. Il favorise également le lessivage pendant les moments de faible évaporation. Une autre solution pour contrôler la salinité est de jouer avec l’acidité de l’eau. Par exemple, il est possible d’ajouter de l’acide sulfurique pour solubiliser les sels de calcium et faciliter le lessivage des sels de sodium.

Avec l’INRA

Regardez aussi

Courges et courgettes: Les maladies non-parasitaires sur fruit

Courges et courgettes: Les maladies non-parasitaires sur fruit

Les maladies non-parasitaires des courges et courgettes sur fruit. Il existe de nombreux virus et …