Accueil / Actualités / Actu Maroc / Oléiculture: Des Mâasras moins polluantes à Fès-Meknès
Oléiculture: Des Mâasras moins polluantes à Fès-Meknès
De nombreuses mesures ont été mises en place par les propriétaires des "Mâasras", afin de valoriser leur production - (ph:DR)

Oléiculture: Des Mâasras moins polluantes à Fès-Meknès

Les triturations des olives traditionnelles « Mâasras » mettent fin à la pollution par les margines dans la région de Fès-Meknès.

La saison de la trituration des olives est arrivée. Les unités de trituration des olives « Mâasras », qui ont adapté leurs processus de production aux normes de protection de l’environnement, tournent durant cette période de l’année à plein régime dans la région Fès-Meknès qui fournit, près de 36% de la production nationale d’huile d’olive.

Environ 1,000 « Mâasras » traditionnelles de la région ont connu, au cours des cinq dernières années, une grande amélioration en matière de production et de système d’extraction. Elles sont devenues beaucoup moins polluantes que par le passé.

Pour les spécialistes de la filière oléicole, les rejets des margines générées par le processus de trituration des olives, engendrent de graves problèmes environnementaux et techniques et peuvent atteindre annuellement entre 80,000 m3 et 160,000 m3.

De nombreuses mesures ont été mises en place par les propriétaires des « Mâasras », afin de réduire ce phénomène et valoriser leur production. Selon eux, l’évaporation naturelle, est la seule technique reconnue par les instances de tutelle et adoptée par les industriels pour le traitement des margines, qui a démontré ses limites tant au niveau du rendement qu’au niveau de sa faisabilité. D’où la nécessité de proposer de nouvelles technologies alternatives.

Mohamed Zehouani, propriétaire d’une unité de  trituration, a mis en avant les mesures initiées par le ministère de l’Agriculture et notamment le Plan Maroc-Vert,  permettant un programme pilote qui a offert aux petits agriculteurs et propriétaires de « mâasras » de développer les infrastructures de trituration et contribuer à  l’agrégation et la multiplicité des projets d’extension des plantations d’oliviers.

« Au niveau de la zone de Saïss, le secteur industriel de l’huile d’olive a enregistré un développement important et une modernisation des installations. Actuellement, la capacité de trituration dans la région atteint les 10,000 tonnes par jour. Ces unités utilisent les derniers techniques de trituration de l’huile d’olive », a-t-il déclaré à la MAP.

En effet, l’infrastructure de transformation est divisée en un secteur traditionnel composé de plus de 1,000 Mâasras et un secteur industriel composé d’une centaine d’unités modernes de trituration et de conserves d’olives. Selon l’agence autonome de contrôle et de coordination des exportations, ces infrastructures ont permis à la région d’exporter plus de 9,000 tonnes d’olives et d’huile d’olives, généralement vers les pays de l’Union Européenne et de l’Amérique du Nord.

La culture de l’olivier joue un rôle socio-économique primordial dans diverses régions agricoles du royaume. Elles ont permis de créer près de 55,000 postes permanents. Ainsi l’olivier constitue la principale espèce fruitière cultivée au Maroc avec 590,000 hectares, soit plus de 50% de la superficie arboricole nationale.

Regardez aussi

Région Casablanca-Settat : 1.250 coopératives agricoles seront créées à l’horizon 2023

« Les coopératives sont appelées à s’inscrire dans une nouvelle vision qui place l’entrepreneuriat et les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *