Accueil / Actualités / Actu Maroc / Le Maroc va produire des patates douces in vitro

Le Maroc va produire des patates douces in vitro

Un laboratoire marocain s’intéresse à la culture in vitro des plants de patates douces.

Un laboratoire marocain s’apprête à cultiver des patates douces exemptes de maladies et de meilleure qualité grâce à la culture in vitro.

La patate douce n’est pas une culture méconnue au Maroc. Depuis des années, ces tubercules sont cultivées dans le pays et destinés au marché local. Cependant, les plants cultivés sont de variétés et d’origines méconnues et donc de qualité variable.

Cette culture présente de bonnes perspectives au Maroc mais nécessite une meilleure organisation de la filière. En effet, d’après, Ton de Leeuw d’AGF Fresh, «Il est très possible de cultiver des patates douces au Maroc toute l’année. En été, les régions proches de Larache, sur la côte nord du Maroc, conviennent bien à la culture de patates douces et, en hiver, celles autour d’Agadir sont adaptées à la production de cette culture».

Il ajoute également que «le pays a beaucoup de bons sols, les températures annuelles moyennes sont suffisamment élevées et l’irrigation est disponible. De plus, la main d’oeuvre est abordable au Maroc.”

Ton de Leeuw tente d’élaborer un plan de production en coopération avec les producteurs locaux. Un laboratoire marocain commence à cultiver des plants in vitro, exempts de virus et de bactéries et de variétés très demandées en Europe. Des accords ont été conclus avec un certain nombre de coopératives de producteurs. Les membres de ces coopératives sont généralement de petits producteurs qui produisent de manière naturelle en recourant à beaucoup de travail manuel et peu de produits chimiques. Selon Ton, cette façon particulière de travailler ensemble permettra de produire de la patate douce au Maroc de manière compétitive.

Avec Freshplaza

Regardez aussi

Valorisation de la filière pommier à Taroudant

Lancement de plusieurs projets de valorisation de la filière pommier à Taroudant. En marge de …