Accueil / Actualités / Actu Maroc / Le climat doux du Maroc est bénéfique pour la culture des baies

Le climat doux du Maroc est bénéfique pour la culture des baies

La précocité de production des baies marocaines : clé de la compétitivité sur le marché international.

Selon BestBerry, une grande coopérative de producteurs de baies, le douceur du climat au Maroc présente un grand atout pour le pays. En effet, cela permet de capitaliser sur les prix tôt dans la saison

Le directeur général de BestBerry, Nabil Belmkaddem, a déclaré lors du congrès mondial des baies de la semaine dernière que la précocité est la clé, car c’est là que se trouvent les meilleurs prix sur leur principale destination en Europe.

M. Belmkaddem a ajouté que l’industrie envisage d’introduire plus de plantes et de variétés afin de prolonger la période en commençant plus tôt qu’actuellement, en septembre. Il poursuit : « Avant, nous n’avions que quelques variétés ; vous ne pouviez pas imaginer le large choix que nous avons aujourd’hui. Chaque année, de nouvelles variétés arrivent. Les producteurs peuvent conserver les anciennes, mais il y a maintenant un large choix en ce qui concerne les fraises. Le prix rendu au producteur diminue chaque année, de sorte qu’il doit devenir plus concurrentiel. C’est de plus en plus difficile parce qu’il faut beaucoup de travail pour créer la baie parfaite, sans les défauts, avec la bonne couleur, la bonne fermeté et tout… ».

Selon le directeur de BestBerry, le Maroc bénéficie de conditions climatiques favorables à la culture des baies, en particulier pendant la saison d’hiver, avec une superficie de baies qui s’étend sur 8 300 hectares.

Il poursuit : « C’est parce qu’il n’y a pas de gel, au Nord ou au Sud du Maroc, a-t-il dit. « Nous avons (d’autres) défis météorologiques, mais nous pouvons quand même produire un bon produit pendant les mois d’hiver. Nous pouvons produire des fruits de la mi-septembre à la mi-juin – il y a donc 10 mois par an des baies exportées du Maroc en Europe. Nous pouvons en faire une partie en hiver, ce qui est important. Nous pouvons aussi le faire à l’automne ou au printemps, mais nous sommes moins compétitifs pendant ces périodes. »

Il dit que les fraises sont la principale variété de petits fruits, mais que la production de myrtilles et de framboises a triplé au cours des trois dernières années.

« Lorsqu’il fait plus chaud au printemps, il est très difficile pour les fraises de se déplacer pendant cette période », a déclaré M. Belmkaddem. « Il y a deux zones principales pour la production de baies au Maroc – le nord et le sud. Nous voyons le Nord cultiver beaucoup de fraises, des framboises et des myrtilles. Mais c’est dans le sud que la production hivernale de baies a lieu, en raison des conditions climatiques hivernales extrêmement favorables. Nous obtenons maintenant des rendements et nous pouvons obtenir des températures douces, mais pas d’humidité ni de pluie, de sorte qu’il y a moins de pression des maladies que dans le Nord. Il y a aussi des myrtilles dans le sud à cause de la précocité. »

Le Maroc exporte vers 41 pays, mais la majorité va vers l’Europe ; 98 % des fraises, 99 % des framboises, et 89 % des myrtilles. Mais il admet que le modèle commercial est un peu plus complexe et qu’il est important que les acheteurs en Europe réalisent qu’il est basé sur l’investissement des producteurs et la sélection de la bonne variété.

« Tout est basé sur la rentabilité des producteurs », a déclaré M. Belmkaddem. « Tout s’effondre s’il n’y a pas de rentabilité pour les producteurs. Nous avons donc besoin d’investissements de la part des producteurs et c’est un secteur à forte intensité de capital. Nous avons une variété qui fonctionne – car toutes les variétés ne fonctionnent pas – et maintenant, pour être compétitifs, les producteurs nous disent de leur offrir une variété qui fonctionne. Il y a quelques années, vous pouviez peut-être travailler autour d’une variété. Il s’agit d’une augmentation constante en termes d’exportation, mais elle est principalement due à l’augmentation du nombre de myrtilles et de framboises. Mais pour les fraises, c’est stable. »

Il ajoute que les framboises ont connu une saison difficile cette année, avec des prix qui ont culminé tôt, puis sont tombés à des niveaux historiquement bas, ce qui pourrait avoir été causé par une période de faible consommation. Mais avant cette année, M. Belmkaddem indique que les prix étaient généralement orientés à la hausse.

Avec FreshPlaza

Regardez aussi

La DEPF publie une étude sur les enjeux et les perspectives de développement du secteur agricole marocain

La Direction des Etudes et des Prévisions Financières (DEPF) a publié récemment une étude approfondie sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *