Accueil / Actualités / Actu Maroc / Le Maroc commence à produire du quinoa

Le Maroc commence à produire du quinoa

Le Maroc devient producteur de quinoa.

A l’issue de plusieurs années de recherches et d’expérimentations, le Maroc est devenu producteur de quinoa. Une expérience réussie à Rhamna reflète les énormes efforts fournis par les agriculteurs ainsi que les autorités locales.

La première expérience de la production du quinoa au Maroc, remonte à l’année 1999 au niveau de quelques terrains agricoles situés à Khénifra. Afin de trouver la variété qui s’adapte le plus à la nature des terres ainsi qu’au climat du territoire marocain, plusieurs études et tests ont été réalisés.

Le quinoa se caractérise par d’innombrables qualités nutritionnelles. C’est une graine qui pousse dans les sols secs contrairement aux autres céréales qui ont besoin d’une quantité importante d’eau. Cette plante pourrait donc être une solution face à la sécheresse et à la désertification qui touche certaines régions du Maroc.

Elle représente une culture prometteuse pour l’agriculture marocaine. Actuellement, cette plante occupe une superficie de 150 hectares avec des prévisions de production de 30 tonnes de quinoa. Le président de l’association des jeunes agriculteurs de Lamkhalif, Monsieur Abdelkader Andayt explique: «Aujourd’hui nous avons atteint les 150 hectares. Nous avons plus de tracteurs et plus de matériels pour travailler. Nous avons même créé une coopérative».

L’Initiative Nationale du Développement Humain (INDH) a joué un rôle central dans le soutien de la culture de quinoa au Maroc. Ghizlaine Naciri du service des affaires sociales de la préfecture de Rhamna explique: «Dans le cadre de son programme horizontal de 2013, l’INDH a pu financer le projet de production du quinoa créé par l’association Jeunesse Lamkhalif d’un montant global de 363 mille dirhams. Le but de ce projet est de fournir à l’association les engins agricoles nécessaires et d’augmenter la productivité de la culture du quinoa».

La culture de quinoa profite d’un circuit de commercialisation bien organisé grâce au savoir-faire des femmes de la région regroupées en coopératives et qui s’occupent du conditionnement ainsi que de la transformation des graines récoltées conformément aux normes fixées.

Au final, les consommateurs ont accès à des sacs de quinoa facilement cuisinés qui ont été acheminés via un circuit bien organisé de l’amont jusqu’à l’aval de la chaîne de valeur. «La valorisation de nos produits se fera grâce à la création de nouvelles unités dans le cadre du plan de l’INDH. Une action qui nous permettra de commercialiser nos produits dans le Royaume et à l’international», informe Fatima Zahra El Azouzi, coopératives Graines d’or de Rhamna.

Avec 2m.ma

Regardez aussi

Approbation de 64 projets de développement dans le cadre de la 3ème phase de l’INDH à Marrakech-Safi

Approbation de 64 projets de développement dans le cadre de la 3ème phase de l’INDH …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *