Accueil / L'invité / Loubna Amhaïr: « La politique doit servir l’agriculture »

Loubna Amhaïr: « La politique doit servir l’agriculture »

La politique et l’agriculture, deux faces d’une même pièce.

Loubna Amhair, agro-écologiste et politicienne, nous parle de l’importance de la politique dans l’agriculture. Les programmes agricoles marocains se sont beaucoup développés et améliorés au fil des années. La politique est un mode de gestion et de gouvernance, un moyen d’avoir des visions pour le Maroc de demain…Loubna Amhair: « La politique doit servir l’agriculture »

AgriMaroc.ma : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
Loubna Amhaïr
: Tout d’abord, j’ai le plaisir de me présenter aux lecteurs d’AgriMaroc.ma, je suis une agro-écologiste, lauréate de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, promotion 2002, en écologie végétale et aménagement des ressources naturelles. Mon mémoire d’études a porté sur l’état sanitaire du Cèdre de l’Atlas, un arbre majestueux qui constitue l’une de nos principales richesses forestières.

L’agro-écologie est une discipline qui étudie  principalement les écosystèmes agro-pastoraux. En production agricole, elle vise à diminuer les pressions sur l’environnement et à maintenir l’équilibre des écosystèmes, tout en optimisant l’utilisation des ressources naturelles. Le choix de cette discipline en spécialité vient d’ailleurs de mon amour pour la nature.

J’ai rejoint le Ministère de l’agriculture et de la pêche maritime en 2004 et j’ai débuté ma carrière à la Direction Provinciale de l’Agriculture d’El Hajeb, la terre de mes origines.

AgriMaroc.ma : En tant qu’agro-écologiste, qu’est-ce qui vous a poussé vers la politique ?
Loubna Amhaïr: 
Après une formation au Japon sur le renforcement des capacités des femmes rurales en 2006, j’ai rejoint le Cabinet du Secrétaire d’Etat chargé du développement rural. C’est là que j’ai commencé à m’intéresser à la politique et à découvrir à quel point elle est importante dans l’élaboration des politiques publiques.

La politique permet de donner une vision globale des systèmes de gouvernance, de prendre conscience des enjeux globaux et spécifiques et permet à chacun de jouer un rôle dans le processus de prise de décision selon le degré de son implication.

AgriMaroc.ma : Quelles sont les réalisations que vous menez en tant que députée ?
Loubna Amhaïr: 
Mon passage au parlement fût une expérience très riche pour moi en tant que femme politicienne mais aussi en tant qu’ingénieure.

Je suis ainsi passée de la militante au sein du parti, principalement en tant que membre fondatrice de sa jeunesse, à la représentante de la Nation, un rôle qui se joue à différents niveaux.

Etre députée c’est d’abord porter la voix des citoyens au parlement et les représenter devant le gouvernement, c’est transformer leurs attentes par le travail législatif à travers l’élaboration des lois, un travail également de contrôle du pouvoir exécutif et suivi des programmes et plans stratégiques des différents secteurs et enfin un rôle aussi de diplomate et de relations avec les différentes institutions et leurs représentants à travers le monde pour défendre les intérêts de notre pays et présenter ses expériences et accomplissements dans différents domaines.

J’étais, au début de mon mandat, membre de la Commission des Finances et du développement économique. C’est une commission qui se penche essentiellement sur les lois de finance, la budgétisation détaillée après la discussion des différentes stratégies sectorielles. Le secteur agricole étant bien entendu un secteur stratégique dans l’économie nationale.

Ensuite j’ai intégré la Commission des affaires étrangères où sont discutés les différents accords et conventions du Royaume avec ses partenaires internationaux, notamment l’accord agricole du Maroc avec l’Union Européenne et l’orientation des exportations nationales avec d’autres marchés en émergence.

AgriMaroc.ma : Pourquoi les agriculteurs sont détachés de la politique ?
Loubna Amhaïr: 
Je ne pense pas que les agriculteurs soient loin de la politique ou des politiciens. Au contraire, dans un pays qui reste fortement rural, les agriculteurs participent au processus démocratique électoral par le choix de leurs élus mais aussi en étant eux-mêmes des élus.  Ils sont proches aussi de la politique agricole et de ses programmes,  le Ministère de l’Agriculture, étant le plus représenté géographiquement après le Ministère de l’Intérieur bien entendu.

AgriMaroc.ma : Que pensez-vous de la politique agricole menée actuellement au Maroc ?
Loubna Amhaïr: 
La politique agricole marocaine s’est beaucoup développée et améliorée au fil des années. L’agriculture représente toujours le principal levier de l’économie nationale, un secteur qui produit pour le marché national et exporte à l’international, qui emploie et qui permet non seulement le développement économique mais aussi social. L’Etat investit beaucoup en agriculture et offre plusieurs incitations aux producteurs et aux éleveurs, cependant la population rurale qui est le socle de la production agricole connaît toujours des retards en développement, notamment humain. La politique agricole devra d’ailleurs être un axe fondateur du développement rural vu que les deux sont étroitement liés.

Les plans et les stratégies ont tous une durée de vie déterminée car les contextes changent et évoluent. Il est toujours important de faire un bilan d’évaluation des différents programmes réalisés et énumérer les contraintes rencontrées, tout en tenant compte des équilibres macro-économiques, le bien-être des ménages et surtout l’équilibre économie-environnement afin d’éviter les pénuries et la surexploitation des ressources naturelles.

AgriMaroc.ma : Quels sont vos futurs projets ?
Loubna Amhaïr: 
Je n’ai jamais oublié le monde agricole en m’engageant en politique! La politique est un mode de gestion et de gouvernance, un moyen d’avoir des visions pour le Maroc de demain, avec sa société et ses systèmes de production, y compris l’agriculture. Je suis donc liée aux deux de manière spécifique et au développement de mon pays et au militantisme pour les droits et libertés des citoyens et des citoyennes de manière générale.

Merci à Madame Loubna Amhaïr. Propos recueillis.

* Ce contenu est la propriété d’AgriMaroc.ma. Toute demande de reproduction, partielle ou complète doit être formulée à contact@agrimaroc.ma

Pour recevoir la Newsletter AgriMaroc.ma sur l’actualité des professionnels
Newsletter AgriMaroc.ma

Regardez aussi

Mohammed BOUHSASS: «Le porte-greffe donne de la vigueur aux plants de tomate.»

Mohammed BOUHSASS: le porte-greffe de la tomate en détails

Mohammed BOUHSASS: «Via son système radiculaire robuste et puissant, le porte-greffe donne de la vigueur …