Accueil / Technique / Cahier Technique / Limiter les maladies fongiques du blé
Limiter les maladies fongiques du blé
Maladies fongiques du blé - photo:DR

Limiter les maladies fongiques du blé

Maladies fongiques du blé : Anticiper pour limiter le risque.

Pour lutter efficacement contre les maladies des céréales, la prophylaxie est essentielle dans certains cas où la lutte chimique n’est pas l’unique solution. Pensez à des successions de cultures.

Pour la plupart des parasites, une succession de blé favorise le développement.

Pour la plupart des parasites, une succession de blé favorise le développement. L’enfouissement des résidus de culture après récolte limite aussi le développement des maladies. Le choix des variétés est également important du fait que certaines variétés sont plus résistantes aux maladies. En dernier lieu, il est à signaler que plus la dose d’azote est forte, plus le niveau de la maladie sera élevé. Un équilibre est à trouver.

il est à signaler que plus la dose d’azote est forte, plus le niveau de la maladie sera élevé

La fusariose se cache dans les résidus végétaux.

Fusariose du blé - photo:DR
Fusariose du blé – photo:DR

La rotation culturale a une grande importance dans la maîtrise du risque d’infection

La rotation culturale a une grande importance dans la maîtrise du risque d’infection. Les précédents sensibles, laissant place aux résidus contaminés, sont à éviter. Le choix variétal est l’autre levier majeur pour lutter contre les fusarioses de l’épi. Si la résistance n’est pas totale, il est possible de lutter efficacement contre la maladie en choisissant des variétés adaptées.

Le piétin-verse apprécie les rotations chargées en blé.

Cette maladie est endémique, inféodée à la parcelle et dépendante de son histoire culturale. Les successions de blé favorisent la maladie qui se maintient d’une saison à l’autre sur les résidus de culture. Leur enfouissement pourra être bénéfique en éloignant en fond de labour les résidus infectés. Les fortes doses d’azote favorisent le développement de cette maladie aussi.

on constate généralement moins de septoriose sur les semis tardifs

Le choix variétal améliore le contrôle de la septoriose.

 Septoriose et rouille brune sur blé - photo:DR
Septoriose et rouille brune sur blé – photo:DR

La présence de résidus pourrait participer à l’initiation de l’épidémie. Mais à la différence du piétin-verse, la septoriose n’est pas une maladie à caractère parcellaire. L’inoculum initial n’est pas limitant.

S’agissant de la date de semis, on constate généralement moins de septoriose sur les semis tardifs. Quant à la résistance variétale, des solutions existent, y compris parmi les variétés les plus cultivées. Mais l’efficacité n’est que partielle et la résistance, comme pour d’autres pathogènes, est sujette au développement. L’intérêt des mélanges variétaux continue à être évalué.

La rouille brune se conserve en été sur les repousses de céréales

La rouille brune est arrêtée par temps froid.

La rouille brune se conserve en été sur les repousses de céréales. Une canicule estivale peut alors réduire considérablement le niveau d’inoculum. Les semis tardifs sont moins touchés par la maladie, mais des densités de semis élevées seraient plus favorables à la maladie. Le choix variétal reste la valeur la plus sûre pour lutter efficacement contre la maladie. Les mélanges variétaux s’avèrent efficaces sur des pathogènes comme les rouilles.

Récapitulons.

Pour lutter efficacement contre les maladies des céréales, la gestion des résistances et des intrants implique une bonne  protection en amont du semis. La prise en compte de certaines données parcellaires (gestion des résidus, rotation, variété) contribue énormément dans la prévention. La lutte chimique, ayant une part considérable dans le schéma de protection, ne doit pas être le seul recours.

L’utilité de ces « bonnes pratiques prophylactiques », qui visent à prévenir l’apparition ou la propagation d’une maladie fongique sur céréales, ne sont pas toujours perçues par l’agriculteur et elles sont parfois oubliées, voire négligées, au profit d’une lutte chimique à  laquelle une grande confiance est accordée.

Regardez aussi

Véronique des champs : cultures touchées, dégâts et lutte

Tout savoir sur la véronique des champs. On distingue trois variétés principales de véroniques, très proches …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *