Accueil / Actualités / Actu internationales / L’embargo russe bénéfique pour le Maroc

L’embargo russe bénéfique pour le Maroc

Quatre ans d’embargo russe: la Chine, l’Egypte et le Maroc, grands bénéficiaires.

Quatre ans après la mise en place de l’embargo russe sur les produits agroalimentaires, la Chine, l’Egypte et le Maroc sont les plus grands bénéficiaires alors que la Turquie, les Pays-Bas et l’Espagne ont subi des pertes conséquentes.

Le 6 août 2018, quatre ans se sont écoulés depuis que le président de la Russie, Vladimir Poutine, a signé le décret par lequel les importations de certains produits agroalimentaires, des pays ayant soutenu les sanctions contre la Russie pour son rôle dans le conflit ukrainien, étaient interdits ou limités pendant une année (prolongée par la suite).

Dans les années qui ont suivi, la Chine, l’Égypte et le Maroc ont été les pays qui ont le plus bénéficié de cette situation.

Cela ressort clairement des données sur les importations de légumes établies par la Russie à partir de l’année précédant l’interdiction d’importer (2013) jusqu’en 2017, obtenues par Hortoinfo par l’intermédiaire de la Division de statistique des Nations Unies (ONU), COMTRADE, à son tour basé sur les statistiques du Service fédéral des douanes de Russie.

Les légumes

En 2013, la Russie a importé des légumes pour une valeur de 2 169,6 millions d’euros, qui sont tombés à 1 588,7 millions d’euros en 2017, grâce à la politique de promotion de la production propre menée par le gouvernement de la Fédération de Russie avec une incidence particulière de la construction de grandes extensions de serres.

En 2013, l’année précédant l’entrée en vigueur de l’embargo, les principaux fournisseurs de légumes en Russie étaient la Turquie avec 430’38 millions d’euros, suivie par la Chine avec 291’41 millions, la Hollande avec 206’64, la Pologne avec 188 ’16, Israël 181’24 et l’Espagne avec 180’96 millions d’euros.

Selon les données de Comtrade, la Chine est devenue en 2017 le principal fournisseur russe de légumes avec 439’81 millions d’euros, suivie par l’Azerbaïdjan à la deuxième place avec 183’64 millions, Israël avec 160’35, l’Egypte avec 159’06, le Maroc avec 130’27 et la Biélorussie avec 120’23 millions d’euros.

Parmi ces pays, l’Azerbaïdjan a augmenté son pourcentage de ventes de légumes en Russie de 184,84%, suivi par l’Égypte avec 108,66%, la Biélorussie avec 74,22%, le Maroc avec un 57’41% et la Chine avec un 50’92 pour cent. Pour Israël, bien qu’il ait augmenté ses ventes pour certains produits, son pourcentage de ventes a chuté de 11,53% entre 2013 et 2017 pour la majorité des légumes.

Les ventes espagnoles de légumes à la Russie sont tombées à 19 000 euros en 2017.

Tomates

En 2013, la Russie a acheté des tomates pour un montant de 831,51 millions d’euros. En 2017, ce chiffre est passé à 494,6 millions d’euros.

Le principal fournisseur de tomates en Russie en 2013 était la Turquie avec 339’39 millions d’euros, suivi de l’Espagne avec 82’8, la Chine avec 79’47, la Hollande 76’77, le Maroc 76’26 et la Pologne avec 39’55 millions d’euros.

En 2017, le plus grand fournisseur de tomates de Russie était l’Azerbaïdjan avec 137,35 millions d’euros (+ 343,9%), suivi par la Chine avec 120,06 millions (+ 51,07%), le Maroc 117,21 millions (+ 53’68) et la Biélorussie avec 49’31 millions d’euros et une augmentation de 55’57%.

En 2017, la valeur des ventes de tomates espagnoles à la Russie était de zéro euro.

Poivrons

En 2013, la Russie a importé des poivrons pour une valeur de 183’57 millions d’euros contre une baisse à 143’62 millions d’euros en 2017 .

Israël a été en 2013 le plus grand fournisseur de poivrons à la Russie avec 84’4 millions d’euros. La Hollande a vendu 32 millions d’euros de ce légume au pays, la Chine en a vendu 23’9, l’Espagne 15’47 et la Turquie 10’89. En 2017, Israël a continué d’être le premier fournisseur de poivrons en Russie, mais il est tombé à 143,62 millions d’euros (-10,23%), suivi de la Chine avec 43,11 millions (+ 80,68), le Maroc étant le troisième le plus gros fournisseur et celui qui augmente le plus ses ventes, avec 9’43 millions d’euros et une augmentation de 280’24% par rapport à 2013.

En 2017, l’Espagne n’a vendu aucune quantité de ce légume à la Russie.

Concombre

Les importations russes de concombres en 2013 étaient de 219,6 millions d’euros contre 129,67 millions seulement en 2017.

En 2013, l’Iran a été le plus grand fournisseur de concombre pour la Russie avec 63’72 millions d’euros. La Turquie vient par la suite avec 45’28, puis l’Espagne avec 30’73, la Chine avec 29’15, la Biélorussie avec 11’59, l’Ukraine et l’Azerbaïdjan avec 11’11 et 10’19 millions d’euros respectivement.

En 2017, l’Iran reste le pays qui vend le plus de concombre à la Russie avec 55’43 millions d’euros, suivi par la Chine avec 27’9 millions, la Biélorussie avec 19’13, la Turquie avec 9’9, l’Azerbaïdjan avec 9’6 et le Kazakhstan 5’11 millions d’euros. L’Espagne n’a par contre rien vendu de ce légume à la Russie.

Aubergine

En ce qui concerne les aubergines, la Russie a réalisé en 2013 des achats à l’étranger de ce légume pour une valeur de 37’92 millions d’euros, qui sont réduits en 2017 à moins de la moitié, à 14’96 millions d’euros.

En 2013, l’Espagne occupait la première place parmi les fournisseurs d’aubergines en Russie, avec une valeur de 17’76 millions d’euros. Viennent ensuite les Pays-Bas avec 6,81 millions, la Turquie avec 5’12, la Chine avec 4,44 et la Biélorussie avec 1,05 million d’euros. En 2017, la Chine a pris la première place avec un chiffre d’affaires de 5’42 millions d’euros, suivie par Israël avec 2’22, la Guinée avec 1’36 et l’Iran avec 946.000 euros.

L’Espagne est tombée à zéro euro en ventes d’aubergines à la Russie en 2017.

Courgette

En 2013, la Russie a importé des courgettes pour une valeur de 25’599 millions d’euros. Ce chiffre tombe à 10’88 millions en 2017.

En 2013, la Turquie  a vendu 17’82 millions d’euros de courgettes à la Russie. Les ventes de l’Espagne ont atteint 5’35 millions d’euros. Les principaux fournisseurs de courgettes en Russie en 2017 étaient la Chine avec 6’22 millions d’euros et la Turquie avec 2,81 millions d’euros, le reste correspondant à de petites quantités provenant de différents pays.

En 2017, les ventes de courgettes espagnoles ont été de zéro euro.

Laitue

La Russie a acheté des laitues à l’étranger en 2013 pour une valeur de 37’51 millions d’euros contre 22’94 millions d’euros en 2017.

L’Espagne était en 2013 le premier fournisseur de laitue en Russie avec un chiffre d’affaires de 19’99 millions d’euros, suivie des Pays-Bas avec 10’08 et de l’Italie avec 4’3 millions d’euros. En 2017, la première position est occupée par l’Iran avec un chiffre d’affaires de 7’03 millions d’euro, suivi de l’Egypte à la deuxième place avec 4’71 millions, suivie par la Chine avec 3’2 millions, l’Ouzbékistan avec 2’6 et la Tunisie avec 1 ‘ 88 millions d’euros.

L’Espagne n’a pas vendu de de laitue à la Russie en 2017.

Regardez aussi

L’expert agronome marocain Abdelouahab Zaid reçoit la médaille d’or de la FAO

FAO: L’expert agronome marocain Abdelouahab Zaid reçoit la médaille d’or de la FAO. Abu Dhabi- …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *