agriaffaires
monsanto
la référence de l’agriculture
Accueil / L'invité / Laila KHOUIMI: « sortir de sa zone de confort »

Laila KHOUIMI: « sortir de sa zone de confort »

Laila KHOUIMI: « important de donner du sens et de contribuer positivement ».

La crise des agrumes de 2013, la production d’auxiliaires, ses choix de carrière, ses réussites, ses apprentissages… Laila KHOUIMI se dévoile avec transparence, humilité et simplicité dans une interview exclusive pour AgriMaroc.ma. Itinéraire d’une ingénieur agronome citoyenne!

AgriMaroc.ma: En 2015, vous décidez de sortir de votre zone de confort en quittant la Pépinière Sapiama et le Groupe Kabbage, pourquoi ce choix?
Laila KHOUIMI:
L’expression est bien choisie : j’ai vraiment décidé de sortir de ma zone de confort, car c’est en allant vers une nouvelle zone qu’on peut développer nos compétences enfouies.

Laila KhouimiJe ne vous cacherai pas que c’était un déracinement (productrice de plants, ce mot est significatif pour moi). J’ai toujours considéré cette pépinière « Sapiama » comme un 3ème enfant, après mes 2 filles Selma & Ihssane, car je l’ai enfanté à la même période, avant mes filles même !  C’était une belle naissance. En 1999, j’ai été recrutée par le Groupe Kabbage pour la création d’une unité de production de plants, vu le grand besoin d’extension du groupe et vu la non disponibilité de plants d’agrumes de qualité aux délais souhaités, c’était un vrai défi pour moi, tant humain, technique que managérial. Nous avons pu créer l’une des plus grandes pépinières d’agrumes au monde, grâce à l’implication de tous les collaborateurs et à la cohésion d’équipe mise en place par Mr Tariq Kabbage, le PDG du groupe Kabbage.

Après 16 années de belles réalisations, avec des millions de plants vendus dans toutes les régions du Maroc et un taux de satisfaction élevé,  le marché des plants d’agrumes a connu une baisse fulgurante, à cause de la crise des agrumes de 2013. Femme de challenges et de défis, il était difficile pour moi de continuer, vu la baisse des commandes sur les plants. Mais, l’équipe que j’ai pu former durant ces 16 années de métier et avec l’organisation mise en place, je pouvais partir le cœur tranquille. Ils allaient pouvoir continuer sans moi, même si humainement, le déracinement était dur. Partir pour une nouvelle expérience, nourrir ma valeur « Accomplissement » et me sentir utile étaient les moteurs de ma décision.

AgriMaroc.ma: Depuis votre prise de fonction chez Biobest quels sont les chantiers prioritaires sur lesquels vous avez axé vos efforts ?
Laila KHOUIMI:
En effet, une annonce sur un site internet professionnel avait attiré mon attention : « Poste de Directeur de Production chez Biobest Maroc ». Sans hésiter j’ai postulé, une 1ère sélection,  puis une finale, le poste me revenait. Et voilà, une nouvelle fenêtre s’ouvrait à mes yeux, un nouveau monde que je ne connaissais que peu, mais qui me donnait l’occasion d’apprendre un nouveau métier de pointe. Je sentais que je pouvais apporter un plus à BIOBEST, vu mon expérience réussie qui me donnait confiance en mes compétences, mais, il me restait énormément à apprendre.

Les premiers mois étaient difficiles, car je passais d’un métier avec une maîtrise totale à un nouveau métier où j’avais tout à apprendre, une nouvelle culture d’entreprise à laquelle il faut s’adapter, de nouveaux collaborateurs qui avaient une meilleure connaissance du métier et que je devais manager. Un apprentissage rapide et une implication totale étaient la voie vers une bonne intégration. Mon but actuellement est de mener tous mes collaborateurs vers la voie de la performance, ce qui sera bénéfique aussi bien pour l’entreprise que pour les membres de l’équipe de production. La maîtrise et l’amélioration des techniques de production des auxiliaires fait partie de mes missions. Une bonne organisation en est la clé. Le rôle d’un bon manager est d’aider tous ses collaborateurs à faire sortir le meilleur d’eux-mêmes, c’est vraiment mon objectif, au sein de BIOBEST.

AgriMaroc.ma: Se tourner vers la production d’auxiliaires c’est aussi un acte militant ?
Laila KHOUIMI:
Il est certes important de donner du sens à ce que nous exerçons comme métier mais produire des millions d’arbres pour qu’ils soient plantés  sur cette terre a aussi été une vraie fierté pour moi.

Je reste très proche de notre mère « La Terre » en exerçant ce nouveau métier de production des auxiliaires. Je contribue ainsi à la préservation de la terre en diminuant l’utilisation des pesticides, grâce au contrôle des différents ennemis des cultures par les auxiliaires que nous produisons. En effet, on peut le considérer comme un acte militant, environnementalement parlant.

AgriMaroc.ma: Les agriculteurs y sont-ils de plus en plus sensibles ou reste-t-il du chemin à parcourir ?
Laila KHOUIMI:
L’utilisation des auxiliaires est un domaine qui est en développement permanent. Le besoin est de plus en plus important, mais il nécessite des agriculteurs qui soient conscients de l’intérêt de ces auxiliaires. Nous contribuons à cet éveil pour une agriculture respectueuse de l’environnement, aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale.

Par ailleurs, le développement du secteur des fruits rouges au Maroc offre une bonne opportunité aux producteurs des auxiliaires, vu l’exigence des marchés de l’export  en matières de résidus de pesticides.

AgriMaroc.ma: Sans rentrer dans les détails, quelle place occupe la R&D dans votre activité ?
Laila KHOUIMI:
Le département R&D occupe une place importante au sein de BIOBEST, vu que c’est un métier de pointe. Nous sommes dans un système de recherche continue, pour tous les auxiliaires produits. Une grande équipe de chercheurs internationale et locale, est dédiée à l’amélioration des techniques de production et à la recherche de souches performantes afin d’assurer un bon contrôle des ennemis naturels des cultures chez nos clients.

AgriMaroc.ma: Quels sont vos futurs projets/objectifs ?
Laila KHOUIMI:
Ingénieur agronome, diplômée  de l’institut agronomique et vétérinaire Hassan II, mon objectif est de pouvoir rendre à mon pays ce qu’il m’a donné comme formation, être une citoyenne utile, être une collaboratrice efficace au sein du groupe BIOBEST, partenaire du groupe AZURA. Je souhaite pouvoir contribuer significativement à l’amélioration de la performance de l’entreprise, quantitativement et qualitativement. J’ai également pour objectif le recrutement et la formation de jeunes techniciens et ingénieurs qui assureront la relève pour les années à venir.

Une belle expérience humaine et technique qui nécessite une grande implication et un vrai esprit de passionnée. La passion étant la clé de la réussite.

Merci à Madame Laila KHOUIMI

* Ce contenu est la propriété d’AgriMaroc.ma. Toute demande de reproduction, partielle ou complète doit être formulée à contact@agrimaroc.ma

Pour recevoir la Newsletter AgriMaroc.ma sur l’actualité des professionnels
Newsletter AgriMaroc.ma

Commentaires

Commentaire

Regardez aussi

Amine BENNANI: "Embellie des surfaces plantées en petits fruits rouges"

Amine BENNANI: « Embellie des surfaces plantées en petits fruits rouges »

Amine BENNANI: « Il y aura une embellie des surfaces plantées en petits fruits rouges ». Amine …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Chargement...