elephant_vert
la référence de l’agriculture
Accueil / Technique / La prêle commune: Un excellent fongicide
La prêle commune: Un excellent fongicide
La prêle commune pousse spontanément, elle est présente un peu partout dans la nature principalement sur les terrains acides et humides - (ph:DR)

La prêle commune: Un excellent fongicide

Qu’est-ce que la prêle commune ?

La prêle commune est une plante aux vertus extraordinaires, elle est également appelée « queue de cheval », « queue de renard » ou aussi « queue de rat »  grâce à l’aspect filiforme de son rameau. Cette plante vient du latin Equisetum Arvense. Comme la salicorne, la prêle est une plante sauvage très ancienne, connue par les hommes depuis les premiers âges de la terre, soit depuis 250 millions d’années.  C’est une plante vivace des sols humides et sablonneux d’Europe, d’Afrique du Nord et du nord de l’Asie. Grâce à sa structure particulière, elle est facilement reconnaissable et peut mesurer 20 à 60 cm de hauteur. Cette plante sans fleur apparaît au printemps (mars-avril) sous la forme d’une tige brune (de 20 cm de haut environ). Entre mai et juin, des tiges vertes et ramifiées de 30 à 60 cm environ apparaissent. La prêle commune pousse spontanément, elle est présente un peu partout dans la nature principalement sur les terrains acides et humides, souvent dans les sols sablo-limoneux, notamment en bordure des chemins et dans les champs. Sa récolte peut se faire à partir d’avril/mai  jusqu’en juillet. Il est cependant très déconseillé de transplanter la prêle dans les jardins puisqu’elle est très envahissante et peut se comporter comme un véritable chiendent.

commune-prele

Les vertus de la prêle

En plus de ses vertus médicinales (plante médicinale diurétique et capable de reminéraliser les os), la prêle commune est connue comme un excellent fongicide naturel. En effet, ses tiges stériles sont très riches en matières minérales avec une teneur exceptionnelle en silicium: Près de 80% de ses cendres contiennent de la silice ce qui permet de renforcer  les parois cellulaires des plantes et d’améliorer la résistance contre les maladies. Cette plante contient également du calcium (sous forme de phosphate et surtout de carbonate), du potassium (sous forme de chlorure et de sulfate), du  fer, du manganèse du sodium et du souffre. Plusieurs variétés existent, mais selon plusieurs ouvrages, c’est la prêle des champs (Equisetum arvense) qui est la plus efficace.

Utilisée en décoction ou en purin, la prêle s’avère être un excellent fongicide naturel contre les maladies cryptogamiques telles que le mildiou, la rouille, la tavelure, la cloque du pêcher ou encore la septoriose …. et renforce les défenses des plantes. Grâce à sa forte odeur, elle repousserait également certains insectes comme les pucerons et  les acariens, dont l’araignée rouge.

Selon le livre « Purin d’ortie et cie. », la prêle agit également comme un accélérateur de croissance.

Les méthodes de préparation

La décoction de prêle: La préparation de la décoction de prêle est simple et rapide. Elle peut se faire avec de la prêle fraîche ou séchée, selon les étapes suivantes: Commencez par couper grossièrement les tiges de prêle. Mélangez par la suite, dans un seau, 100 g de prêle fraîche ou 20 g de prêle séchée avec 1 litre d’eau (de préférence de l’eau de pluie). Couvrez le récipient et laissez le mélange macérer pendant 24 heures. Puis faites bouillir 30 minutes à feu doux et laissez refroidir avant de filtrer avec un filtre à café ou un vieux collant. Une fois prête, il est recommandé de stocker la décoction dans des bouteilles fermées hermétiquement en verre ou en plastique (le métal est à proscrire puisqu’il peut oxyder la préparation) à l’abri de la chaleur et de la lumière. Contrairement à d’autres préparations, la décoction de prêle ne se conserve que 15 jours environs même si elle a été stockée dans de bonnes conditions. On peut reconnaître facilement la décoction périmée grâce à son odeur. Pour en avoir à disposition toute l’année, il est préférable de faire sécher les tiges en l’étalant simplement sur un papier journal et en les séchant dans un endroit sec et aéré. Elles se conservent ainsi plusieurs mois dans le noir et au sec.

De plus et dans le but de renforcer son action et améliorer l’efficacité du traitement, il est conseillé de rajouter 50 à 100 grammes de silicate de soude ou 2 à 3% de savon noir.

Le purin de prêle: Pour la préparation du purin de prêle, laissez fermenter 1 kg de feuilles fraîches (ou 150 g de plante sèche) dans 10L d’eau de pluie pendant 2 semaines environ (la préparation est prête lorsqu’il n’y a plus de mousse à la surface du liquide). Filtrez par la suite et versez dans un bidon.

1_prele-communeUtilisations

Avant toutes utilisations, il est impératif de procéder à la dilution. Il est, en outre, déconseillé de traiter par temps froid avec une température inférieur à 15°C. Pour être efficace, ces préparations naturelles doivent être appliquées régulièrement.

Ces préparations peuvent être utilisées comme un traitement préventif, ou curatif lors de faibles attaques des maladies cryptogamiques. En préventif, il est ainsi conseillé d’incorporer la décoction de prêle (après l’avoir dilué à 20%: 1 litre dans 4 litres d’eau de pluie) au terreau du semis ou bien d’arroser le sol lors des plantations ou des repiquages. Pour que l’action de la prêle soit efficace, il est également nécessaire de traiter les plants dès le début de leur croissance en pulvérisant une fois tous les 15 jours du mois d’avril au mois de juillet environ.

En curatif (en cas de faibles attaques puisqu’il est souvent difficile de vaincre les maladies cryptogamiques déjà installées), on utilise le purin de prêle, en le pulvérisant après dilutions à raison de 10 fois. D’après certains sites, il est conseillé de traiter deux fois par mois à une semaine d’intervalle. Pour arrêter le mildiou par exemple, la pulvérisation sur le sol serait la plus efficace. Il est également très recommandé de le combiner avec d’autres préparations comme l’extrait d’ortie, de consoude ou de fougère selon les besoins des plantes.

Regardez aussi

La carence en Potassium des agrumes

La carence en Potassium des agrumes

Quel rôle a la présence de Potassium dans les agrumes ? Les agrumes comme tous …

la référence de l’agriculture
Chargement...