agriaffaires
monsanto
la référence de l’agriculture
Accueil / Cahier Technique / La casside de la betterave sucrière
La casside de la betterave sucrière
Au Maroc, cet insecte provoque chaque année des dégâts très importants - (ph:DR)

La casside de la betterave sucrière

Stratégie de lutte contre la casside de la betterave. 

Le Maroc cultive, l’une à côté de l’autre, les deux plantes sucrières: la betterave et la canne à sucre. Au plan phytosanitaire, si la canne à sucre est affectée d’un nombre de maladies et de ravageurs assez restreint, la betterave est sujette à une multitude d’attaques relativement importantes et diversifiées limitant sérieusement son niveau de production.

La casside de la betterave (Cassida vittata) est considérée comme étant un ravageur redoutable de la culture de la betterave sucrière. Au Maroc, cet insecte provoque chaque année des dégâts très importants, notamment dans la région du Rharb, principale zone de production de la betterave à sucre et de la canne à sucre sur-laquelle la casside trouve éventuellement refuge.

Les dommages de la casside sont toujours observés d’une manière permanente et préjudiciable. Les larves des cassides occasionnent le plus de dégâts sur la culture, des stigmates typiques sous forme de trous sont formés sur la face inférieure de feuilles de la plante. Lorsque l’infestation est majeure, toutes les betteraves sont complètement forées et pourvues de fenêtres. Elles jaunissent, deviennent brunes et la plante par la suite dépérit.

Une lutte préventive peut être utile pour la lutte contre la betterave sucrière. Une irrigation régulière en période de sécheresse a démontré une efficacité sur la réduction des dégâts du ravageur sur les feuilles. Des pulvérisations de bouillie bordelaise doivent être effectuées avant l’apparition des adultes de la casside.

Le ravageur semble souvent échapper à la lutte chimique réalisée par les agriculteurs. Le cycle de développement de la casside comprend deux générations annuelles dont les adultes de la dernière génération hivernent sur d’autres cultures avoisinantes (canne à sucre). L’hypothèse la plus favorable est deux traitements correspondant à deux périodes. La première est dirigée contre les larves de la 1ère génération (avril et début mai), et la deuxième contre celle de la 2ème génération (début juin).

 

 

Regardez aussi

Les techniques de séchage d’abricot

Les techniques de séchage d’abricot

Les différentes techniques de séchage de l’abricot. Depuis des milliers d’années l’homme a séché les …

Chargement...