Accueil / Technique / La canne à sucre, une culture stratégique au Maroc
La canne à sucre, une culture stratégique au Maroc
la canne à sucre est une plante tropicale par excellence, elle aime la chaleur et l’humidité - (ph:DR)

La canne à sucre, une culture stratégique au Maroc

La culture de la canne à sucre, un acteur principal dans la production sucrière au Maroc.

Au Maroc, la Région du Gharb cherche à se positionner comme le plus grand producteur de sucre au Royaume. On peut constater que la canne à sucre est une culture stratégique, grâce aux moyens qui sont mis en œuvre dans le cadre du Plan Maroc Vert (PMV) pour le développement du secteur.

La nature de la canne à sucre

La canne à sucre fait partie de la famille botanique, où l’on retrouve le blé, le maïs, le seigle…La canne à sucre se caractérise par une écorce épaisse et cireuse. Sa couleur varie du jaune au violet selon les espèces. Divisée tous les 10 à 20 cm par des « nœuds », elle se termine par une panicule argentée et élancée qui porte des fleurs. Sa hauteur peut atteindre 5m.

En effet, il existe deux principales catégories de cannes à sucre : les cannes sauvages, qui donnent de meilleures repousses, elles sont plus rustiques et plus ligneuses, tandis que les cannes cultivées sont plus grosses, et s’avèrent être plus riches en sucre.

C’est une plante tropicale par excellence, elle aime la chaleur et l’humidité. Les principaux pays producteurs sont : le Brésil, l’Inde, la Chine, Cuba, l’Australie, le Mexique, l’Afrique du Sud, la Thaïlande et États-Unis. En Europe, on ne la trouve qu’à Madère et dans l’Espagne du Sud.

La récolte

La récolte de la canne à sucre se prolonge sur plusieurs mois, la rentabilité de sa culture, dépend aussi du climat, du terrain, de l’irrigation, de la variété et du degré de lutte contre les maladies et les parasites.

La canne doit nécessairement passer au moulin entre 12 et 36 heures après sa coupe. Le rendement moyen varie entre 60 et 100 tonnes/hectares. Une tonne de canne permet d’obtenir environ 115 kg de sucre. Les deux régions productrices au Maroc sont le Gharb et le Loukkos.

Les cannes sont souvent, coupées puis ramassées par des moyens mécaniques (tronçonneuses-chargeuses, chargeuses à grappins). Comme elles se détériorent très vite, camions et tracteurs les conduisent sans délai à l’usine.

Les maladies

Trois types de maladies sont susceptibles de contaminer la canne à sucre. Quelques-unes sont incitées par un champignon comme le mildiou, le charbon, la morve rouge ou la rouille, d’autres par des bactéries (la gommose, l’échaudure et le rabougrissement des repousses). Ou encore des maladies qui viennent de virus tels que la mosaïque, la maladie de Fidji et les stries chlorotiques.

De nouveaux types de cannes ont été créés dans le but d’intervenir contre ces maladies. A la fois, d’autres actions ont été mise en place (quarantaine, désinfection des couteaux…) afin d’éviter ou ralentir la propagation des maladies.

Plus, les produits chimiques et la chaleur qui sont pareillement appliqués pour protéger et guérir les boutures. Enfin, une épuration sanitaire des pépinières et éventuellement des champs peut être pratiqué si nécessaire.

Source : lesucre.com

Regardez aussi

Fiche Technique de la culture du piment rouge (niora) au Maroc

Fiche technique de la culture du piment rouge (niora) au Maroc

Méthode technique de la culture du piment rouge (niora) au Maroc. Originaire d’Amérique du Sud, …