Accueil / Actualités / Actu Maroc / Les jeunes ruraux, un potentiel pour le développement
4 conventions pour la réhabilitation du monde rural

Les jeunes ruraux, un potentiel pour le développement

Les jeunes dans le monde rural, un vrai potentiel à développer. 

La 14ème édition du SIAM qui s’ouvre à Meknès dans quelques jours sous le thème « L’agriculture, levier d’emploi et avenir du monde rural » traduit encore une fois la pleine prise en compte par les organisateurs, le département de l’agriculture en l’occurrence, des chantiers structurants du développement agricole et rural de notre pays. Les zones rurales sont en effet contraintes d’innover et de s’adapter en permanence pour offrir une bonne qualité de vie à leurs habitants.

Pour survivre dans un monde qui se transforme de plus en plus vite, ces régions ont besoin de l’énergie et des idées des jeunes. Les jeunes ruraux représentent un capital humain considérable, dont la valorisation constitue un défi crucial à l’échelle nationale et notamment pour les collectivités locales. Paradoxalement, ce potentiel d’avenir est peu étudié et donc peu connu.

Dans les zones agricoles et rurales, les jeunes ruraux sont considérés comme étant les plus pauvres et les plus vulnérables et représentent de ce fait une contrainte majeure pour le développement rural. Ils survivent, essentiellement grâce à la pluriactivité et au travail temporaire dans l’agriculture, dans les villes et dans les chantiers des travaux publics. Ils ont un accès très limité à la terre agricole, leurs exploitations familiales n’offrent pratiquement pas de potentiel de développement et leur poids économique dans la production agricole reste par conséquent marginal.

Les jeunes ruraux d’aujourd’hui sont généralement mieux instruits et peuvent jouer un rôle plus important dans l’amélioration de la production par l’adoption de pratiques innovantes et de modes de production et de gestion plus performants. Pour cela, ils devraient avoir accès à toutes les chances dont ils ont besoin pour s’établir et s’épanouir dans leurs régions d’origine. Ils doivent, en plus pouvoir participer activement à la construction du monde rural, en proposant des alternatives tant à l’échelle locale que régional et même nationale. Il est donc important de connaitre ces jeunes leurs besoins, leurs contraintes, leurs attentes et leurs priorités.

Dr Abderrahim Bentaïbi, Chef du CRRA Meknès

Regardez aussi

Expropriation de plus de 1000 terres agricoles à Al Hoceïma

Un système satellitaire pour améliorer les rendements

Un système satellitaire pour améliorer les rendements agricoles. Un système satellitaire pour enregistrer depuis l’espace …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *