Accueil / Technique / Dossier / La Jaunisse nanisante de l’orge

La Jaunisse nanisante de l’orge

Jaunisse nanisante de l’orge (JNO) : définition, symptômes et techniques de lutte.

Définition ;

La jaunisse nanisante de l’orge (JNO) est une maladie virale végétale, mondialement répandue, qui s’attaque surtout aux céréales de la famille des graminées et en particulier : l’orge. Elle provoque une altération majeure et une perte de production qui peut arriver jusqu’à 30 à 40 quintaux par hectare.

Le virus responsable de cette maladie est uteovirus, de la famille des luteoviridae. Il est transmis par des pucerons appelés : rhopalosiphum padi. Ces pucerons piquent de façon alimentaire les feuilles pour en obtenir la sève. Ils se muent ainsi en agents transmetteurs de ce virus qui est aussi référencé comme BYDV, soit en anglais « barley yellow dwarf virus », littéralement virus de l’orge nain jaune.

Symptômes ;

Une fois dans l’orge, la contamination est en marche, le virus se multiplie. La plante va se nanifier et se dessécher.

Une fois la parcelle est contaminée par le virus, la plante jaunit au début de la montaison et se nanifie (la croissance de la plante est réduite). Dans les cas les plus graves, la tige et ses feuilles se dessèchent.

La JNO ne touche, généralement; qu’une partie de la parcelle. D’ailleurs, il faut s’assurer de ne pas confondre unisse nanisante de l’orge (JNO) avec une forte carence en phosphore ou en azote qui touche l’intégralité du champ.

Les pucerons responsables de cette maladie se développement dans les résidus des précédentes cultures ou dans des friches situées à proximité immédiate du champ.

Les mois d’automne qui prolongent la douceur de l’été sont favorables à la survie du Rhopalosiphum padi et donc à sa prolifération. Fraîcheur et soleil accélèrent le développement de la maladie implantée.

Enfin, il faut veiller à ne pas effectuer un semis trop précoce, car il serait alors plus sensible à l’attaque des pucerons.

Techniques de lutte ;

Il n’existe aucun traitement permettant de combattre le virus Luteovirus. Il faut donc se concentrer sur l’élimination des pucerons. Il existe deux types de lutte contre les pucerons :

La lutte agronomique : à travers l’élimination des résidus et des repousses. Il faut aussi éviter les semis trop précoces.

La lutte préventif : un traitement insecticide des semences pourra être effectué aux moyens de produits adaptés qui permettront de repousser les pucerons.

Le traitement curatif est possible dans certains cas en agissant sur l’élimination des pucerons présents sur les plants, généralement quand 10 % des plantes de la parcelle portent au moins un puceron.

Comment être sur que c’est bel et bien la JNO ?

Une analyse virologique peut être demandée pour obtenir une confirmation de la présence du virus BYDV. L’examen se fera par le biais d’un prélèvement effectué sur une feuille atteinte mais pas encore desséchée.

Parcourir régulièrement la parcelle est aussi un moyen de très vite s’apercevoir d’une possibilité de JNO : les pucerons sont visibles à l’œil nu, et le plus souvent à la mi-journée.

Avec Wikiagri

Regardez aussi

Les ravageurs responsables de la fumagine sur tomates

Les principales causes de la fumagine sur les plants de tomates et leurs impacts. La …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *