Accueil / Actualités / Cultures / Idyl s’engage pour la lutte biologique
Idyl s'engage pour la lutte biologique

Idyl s’engage pour la lutte biologique

Le spécialiste de la tomate au Maroc, Idyl, renouvelle son engagement pour la biodiversité. En effet dans un communiqué paru ce jour, jeudi 10 décembre 2015, Marie-Stéphane Tranier, étudiante en doctorat de Biotechnologies de l’Environnement en collaboration avec Idyl, a présenté le 4 décembre 2015 une thèse sur la production d’agents de lutte biologique destinés au contrôle des populations de nématodes à galles.

Fermentation en Milieu Solide (FMS) et pratiques culturales durables

Idyl s'engage pour la lutte biologiqueMarie-Stéphane Tranier, dans son projet pour le Groupe Idyl, s’est engagée conjointement avec Idyl dans la Recherche et le Développement d’agents de lutte biologique d’origine fongiques pour protéger les cultures, des ravageurs. En effet, le nématode du genre Meloidogyne (ravageur microscopique) colonise le sol et provoque indubitablement une importante perte de qualité des fruits, le calibre étant la partie la plus visible. L’objectif pour Idyl et Marie-Stéphane Tranier, a donc été d’élaborer un moyen de lutte alternatif, qui se veut respectueux de l’environnement afin de contrôler l’impact néfaste du nématode, principal ravageur des cultures de tomates.

Idyl s'engage pour la lutte biologique
Meloidogyne javanica piégé par Drechslerella sp. (Photos T. Kypriotis)

Le constat établi étant le suivant: l’utilisation d’organismes présents dans un écosystème respecte la diversité biologique du sol et ipso facto sa capacité de régénération, il était donc nécessaire de trouver pour Idyl et l’objectif qui était le sien, un nouveau moyen de lutte biologique, issu principalement de champignons filamenteux prélevés sur les lieux de cultures concernés.

La lutte biologique, qui se veut basée sur la compétition interspecifique permettait donc de contrôler les ravageurs, sans éradiquer complètement sa population totale (comme inéluctablement le ferait un produit chimique), mais en stabilisant la population à un niveau acceptable pour l’agriculteur. Afin d’obtenir la production de ces champignons filamenteux à une échelle suffisante pour l’expérience, le travail de Marie-Stéphane et d’Idyl s’est décomposé de la manière suivante:

1- L’isolement des souches de champignons filamenteux issues du sol dans lequel elles seront réintroduites, caractérisation physiologique des souches et enfin la détermination de l’efficacité nématicide in vitro et in vivo
2- La mise au point du mode de culture des champignons filamenteux, avec une sélection importante des meilleurs substrats écologiques sur lesquels ils peuvent être multipliés.
3- La fabrication de nouveaux types de fermenteurs à la Fermentation en Milieu Solide (FMS*) afin de permettre la culture et la multiplication des champignons filamenteux.
4- Et enfin la mise en place de campagnes d’essais agronomiques sur les sites visés.

Champignons auxiliaires: conception et réalisation d’un procédé de multiplication

Idyl s'engage pour la lutte biologiquePour Idyl, en route vers la lutte biologique, la mise au point d’un nouveau procédé de FMS a été une étape cruciale. En effet cette technique de culture des champignons filamenteux est la plus adaptée à leur biologie; par ailleurs économiquement, et écologiquement, les avantages étaient nombreux comme l’utilisation de sous-produits agro-industriels comme substrat de culture, le besoin faible en eau, ou encore l’intérêt écologique fort à développer. Marie-Stéphane Tranier  a donc été amenée à concevoir plusieurs prototypes, puis à les tester et enfin à les manipuler avant de finaliser un dispositif de fermenteur en milieu solide à usage unique, abouti et commercialisable.

De ce travaille, quatre prototypes protégés par trois brevets différents, ont été fabriqués et sont aujourd’hui en cours de valorisation commerciale par Idyl. Inutile de préciser que les essais agronomiques, suivant ces travaux ont démontré à la fois une efficacité importante au niveau de la multiplication des champignons filamenteux et l’efficacité elle-même des champignons filamenteux nématophages obtenus. A noter que d’importantes quantitées de biomasse et de biomolécules actives pourront désormais être produites grâce aux fermenteurs en Milieu Solide pour une utilisation nématicide efficiente, écologique et enfin économique.

Les essais réalisés, dans la quête d’une lutte biologique efficiente, qui peuvent être qualifiés de résultats positifs, concernant l’introduction régulière de champignons filamenteux produits par FMS*, jugulé à l’apport régulier de matières organiques d’origines végétale et animale, apportés aux cultures de tomates, ont confirmé que la gestion des communauté microbiennes du sol par apport de souches antagonistes du ravageur ciblé, étaient écologiquement viables.

Pour finir, les essais ont aussi montré que l’utilisation de matière organique avait un effet très positif sur la réduction de l’infestation en nématodes du genre Meloidogyne. Alors que nous savons depuis plusieurs années que, plus l’écosystème présente une biodiversité forte, moins les ravageurs les plus agressifs ne deviennent prédominants. L’apport de matière organique permet de maintenir une communauté microbienne diversifiée et large, induisant un temps faible de pathogénicité et un équilibre durable de la composition des sols. La lutte biologique est en marche!

*FMS: Fermentation en Milieu Solide
**Crédit photos: IDYL

Regardez aussi

Horticulture: la taxation de la tourbe fait mal aux producteurs de tomates

La taxation de la tourbe fait mal aux producteurs marocains de tomates. La tourbe est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *