Accueil / Actualités / Actu internationales / Herbicide : une étude pour déterminer la dangerosité du glyphosate

Herbicide : une étude pour déterminer la dangerosité du glyphosate

Herbicide : une étude pour déterminer la dangerosité du glyphosate.

Une étude indépendante sera menée prochainement en France en vue de trancher sur la dangerosité du glyphosate, notamment sur son caractère cancérogène, a annoncé l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).

L’agriculture représente 76% de l’utilisation mondiale de cet herbicide qu’une agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait catégorisé, dès 2015, comme «probablement cancérigène».

La dangerosité de ce produit avait cependant été remise en question par la suite par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) et l’Agence européenne des produits chimiques (Echa) qui estiment «improbable» que ce désherbant «à large spectre», utilisé également dans la sylviculture, l’aménagement urbain et l’horticulture, puisse présenter un danger cancérogène pour l’homme.

Dénonçant une évaluation «biaisée» car basée sur des rapports fournis par les industriels, des scientifiques et ONG ont fini par annoncer le lancement de la nouvelle étude «pour essayer de trancher cette controverse sur les dangers du glyphosate et en particulier sa cancérogénicité».

L’Anses a été saisie de la question par les ministres de l’Agriculture, de la Santé et de l’Environnement.

Le président Emmanuel Macron avait pris l’engagement d’une sortie du glyphosate avant d’assouplir sa position en évoquant des dérogations.

Samedi, lors de l’inauguration du Salon international de l’agriculture (SIA) de Paris, il a formé le voeu que la France fasse de son vignoble «le premier vignoble sans glyphosate du monde».

Regardez aussi

Fraises: Huleva profite des saisonnières marocaines

Fraises: Huleva profite des saisonnières marocaines selon les médias espagnols. C’est la période de la …

Un commentaire

  1. même si le glyphosate n’est peut-être pas cancérogène, la prévention des risques professionnels des herbicides est indispensable : Si les herbicides sont moins toxiques que les insecticides, les effets aigus et chroniques associés aux herbicides sont néanmoins souvent à la base de troubles cutanés, ophtalmologiques, digestifs et neuromusculaires et certains sont allergisants. De plus, plusieurs herbicides sont classés comme cancérogènes probables ou possibles et aussi comme perturbateurs endocriniens : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=533

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *