Accueil / Actualités / Actu Maroc / Fruits et légumes: Le froid perturbe les producteurs
newsletter agrimaroc.ma
Fruits et légumes : Le froid perturbe les producteurs
Le froid bloque le processus de maturation, ce qui réduit la croissance végétale et l’évolution des cultures - (ph:DR)

Fruits et légumes: Le froid perturbe les producteurs

Le marché des fruits et légumes a été touché par la vague de froid qui freine la maturité des cultures.

Les producteurs-exportateurs de fruits et légumes au Maroc devront encore patienter avant la fin de ce pic de froid. D’après Saâd Soulaimani, secrétaire général de l’Association des Producteurs et Exportateurs des Fruits et Légumes (APEFEL),  «On devrait, en effet, revenir à des températures normales, à partir de février, alors que le temps se radoucira, d’ici la fin de cette semaine».

Cette année la baisse de température a perturbé le développement de la production maraîchère, même si les producteurs-exportateurs sont habitués à ce climat chaque année en hiver. «Le froid bloque le processus de maturation, ce qui réduit la croissance végétale et l’évolution des cultures», souligne Lhoucine Aderdour, président de la Fédération Interprofessionnelle de Production et d’Exportation des Fruits et Légumes (FIFEL).

Pour Ahmed Mouflih, directeur de la FIFEL, toutes les cultures, sont confrontées à ce frein de production, que ce soient les maraîchers ou les arboricoles, nous rapporte lesEco.

Les prix des tomates, produit vedette de la région du Souss, ont enregistré une hausse remarquable suite à une réduction de l’offre sur le marché marocain. En effet le prix d’un kilo de tomate a été vendu à 3 DH au marché d’où la problématique des intermédiaires, pointés toujours du doigt par les producteurs-exportateurs. Le prix des agrumes lui aussi a connu une augmentation, il est passé de 40 centimes à 4 DH le kilo, d’après la même source, ce qui a poussé les producteurs à révéler la situation du marché national.

Pour certains professionnels, la production des clémentines vendues cette année, à des prix très bas, aurait dû être écrasée afin d’être transformée en jus, étant donné que la production des pays en Amérique du Sud a elle aussi été touchée par les derniers changements climatiques.

 «Alors qu’on récoltait 1.200 kilos/ha, actuellement, la production oscille entre 600 et 800 kilos/ha. C’est pourquoi, on n’arrive pas à honorer nos engagements vis-à-vis de nos partenaires malgré l’augmentation minime du tonnage avec la dernière pleine lune», ajoute Saâd Soulaimani.

Regardez aussi

La saison des coings débute !

La saison des coings débute !

La récolte de coing a débuté. La récolte des coings, fruits d’automne appréciés des consommateurs, …

Chargement...