Accueil / Technique / Cahier Technique / Fiche technique de la culture de la myrtille au Maroc
newsletter agrimaroc.ma

Fiche technique de la culture de la myrtille au Maroc

Méthode technique de la culture de la myrtille au Maroc.

Principalement cultivé dans le Loukkos, le myrtillier occupe une superficie totale de 800 hectares (ha), soit 10% des cultures de fruits rouges au Maroc. La production marocaine est estimée à 11 000 tonnes et atteint un rendement moyen de 10 tonnes/ha. La quasi-totalité de la production est destinée à l’export vers l’Europe et l’Amérique du Nord. Malgré un coût d’installation de la culture relativement élevé, la myrtille est un marché fructueux avec un prix de vente moyen de 71 Dh/kg.

Préférences pédo-climatiques : Le myrtillier est une plante de saison froide très exigeante. Un sol acide est nécessaire à la bonne croissance de cet arbuste : le pH optimum est compris entre 4,5 et 4,8. La salinité du sol est également un facteur important. Elle ne doit pas dépasser 800 ppm (0,8 dS/m). La myrtille a besoin d’un sol très bien drainé et riche en matière organique. A noter également : le myrtillier craint le stress hydrique.

Les différentes variétés : Le myrtillier appartient au genre Vaccinium et à la famille des Ericacées. Les deuxFiche technique de la culture de la myrtille au Maroc classes de myrtilles cultivées au Maroc sont les Southern Highbush et les Rabitteyes. Ces deux espèces sont capables de se développer dans des régions à hiver doux comme le Maroc. Toutefois, la variété Southern Highbush est généralement préférée pour son fruit de bonne qualité et sa précocité, qui permet d’étendre la saison de production de novembre jusqu’à mai. Les variétés de Rabbiteyes ont d’autres qualités puisqu’elles sont plus tolérantes à des niveaux de pH élevés et autres stress. En revanche, les Rabitteyes sont plus tardive, ne permettant pas de production hors saison.

La plantation : La plantation du myrtillier se fait d’octobre à mi-mars. A cause de leur système racinaire superficiel et de leur intolérance au mauvais drainage, les myrtilliers sont, la plupart du temps, plantés sur des billons. Sur un billon de 1 à 1,2 m de largeur, les plants sont espacés de 75 à 80 cm, l’espacement entre les billons doit être de 1,8 à 2,5 m. Les myrtilles sont plantées dans des trous de 30 cm de diamètre et de profondeur. Les racines doivent être écartées les unes des autres et aérées. Après plantation et tassement du sol mélangé avec de la tourbe (2 à 4 litres) sur les racines, il faut couvrir avec des débris de bois.

L’irrigation du sol: La myrtille a un besoin moyen en eau d’irrigation de 15 à 20 m3/ha/jour avec des pics pouvant aller jusqu’à 80 m3/ha/jour en période estivale. Attention, la myrtille est très sensible au stress hydrique lors de la floraison et de la nouaison des fruits. Les irrigations en goutte à goutte ont lieu 3 fois par semaine en moyenne pendant une heure à un débit de 5l/ml/h. La qualité de l’eau est un facteur critique pour la myrtille. L’eau d’irrigation est souvent acidifiée afin que le sol reste lui-même acide.

La fertilisation : Les éléments essentiels à apporter hebdomadairement en fertigation sont 40 U N/ha/an + 30 U P2O5/ha/an + 70 U K2O/ha/an + 20 U Mg/ha/an. A partir du début du cycle végétatif, des micro-éléments doivent être apportés par application radiculaire hebdomadairement, et foliaire une fois toutes les 2 semaines jusqu’à fructification. Les serres doivent être découvertes de novembre à janvier pour établir un équilibre ionique. Au mois de novembre, un ajout de soufre de 250 à 500 kg /ha en fonction du pH du sol est souhaitable.

myrtillierLa taille : La taille du myrtillier est nécessaire pour stimuler la production de nouvelles pousses et permettre une bonne récolte de fruits de calibre satisfaisant.

Les maladies : Les risques de maladie augmentent avec la température et l’humidité. La première maladie répandue dans la culture de la myrtille est la pourriture des racines. Causée par un mauvais drainage et une mauvaise aération du sol, elle provoque le jaunissement, la décoloration, le flétrissement du plant, l’absence de nouvelles pousses et la nécrose des racines. Cette maladie peut être traitée grâce à des produits phytosanitaires. L’autre maladie qui peut toucher le myrtillier est la pourriture grise qui apparaît sur les fleurs et les fruits. Elle peut être traitée avec des produits phytosanitaires.

La récolte : Les myrtilles doivent normalement être récoltées 3 à 5 jours après avoir acquis leur coloration bleue. Pour être certain de la maturité, il faut vérifier la couleur de la cicatrice de la tige qui est la dernière partie à changer de couleur. Pendant les 3 à 10 jours suivant l’assimilation de la couleur bleu, le taux de sucre et d’acidité des myrtilles augmentent jusqu’à 15%. Les fruits récoltés verts ou rouges, peuvent être stockés dans des chambres froides le temps de prendre la couleur bleu mais leurs teneurs en sucre et en acidité seront basses. La fréquence de la cueillette peut aller de 1 à 5 fois par semaine en fonction de la période.  La cueillette se fait très tôt le matin et les fruits doivent être immédiatement refroidis à 1 ou 2°C.

Propriétés et bienfaits de la myrtille

La myrtille est très appréciée par les consommateurs pour son goût mais aussi pour ses nombreux bienfaits sur la santé. En effet, la myrtille contient beaucoup de vitamines, sels minéraux, fibres, polyphénols (Oxoflavonoïdes et anthocyanes en particulier) ainsi que des qualités anti-oxydantes.également tous les fruits momifiés restant sur la ramure.

Source : Conduite technique de la Myrtille par Boughaleb FARAHAT LAROUSSI, Ahlam HAMIM, Nourdin EL MOURABIT, Mark GASKELL de INRA – Centre Régional de la Recherche Agronomique de Tanger et l’University of California Cooperative Extension.

Regardez aussi

Botrytis: Lutter contre la pourriture grise de la vigne

Botrytis: Lutter contre la pourriture grise de la vigne

Techniques de lutte contre la pourriture grise de la vigne (Botrytis). Le Botrytis, aussi appelé …

Chargement...