Accueil / Cahier Technique / Feu Bactérien: Erwinia Amylovora
newsletter agrimaroc.ma
Feu Bactérien: Erwinia Amylovora

Feu Bactérien: Erwinia Amylovora

Feu Bactérien ou Erwinia Amylovora.

La bactérie Erwinia Amylovora, plus connue sous le nom de Feu Bactérien, est originaire d’Amérique du Nord. Elle a fait son apparition en Europe en 1957 avant de se répandre dans de nombreux pays à la fin du 20e siècle suite à la vulgarisation des échanges commerciaux à longue distance.

Erwinia Amylovora est capable d’infecter plus de 140 espèces végétales. Les plantes les plus sensibles à cette maladie sont le poirier, le pommier, le cognassier, le sorbier ainsi que le néflier ou encore certaines espèces d’arbres et arbustes sauvages ou d’ornement.

Si le Feu Bactérien est tant redouté par les agriculteurs c’est parce qu’il n’existe pas de produit phytosanitaire capable de l’éradiquer. Voici quelques conseils validés par l’Office Nationale de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires (ONSSA) pour bien appréhender le Feu Bactérien.

Les symptômes

Poire momifiée présentant de l’exsudat bactérien
Poire momifiée présentant de l’exsudat bactérien

Le Feu Bactérien peut provoquer de multiples dégâts sur les exploitations. Le pathogène peut toucher toutes les parties aériennes des plantes-hôtes : fleurs, feuilles, pousses, troncs, collets et porte-greffes. Les principaux symptômes se manifestent :

  • Sur les fleurs qui meurent puis se dessèchent avant de prendre une couleur brun/noir. Elles restent généralement attachées à la plante.
  • Sur les pousses et rameaux qui se flétrissent, brunissent et dont l’extrémité se recourbe en forme de crosse caractéristique.
  • Sur les feuilles qui, infectées, présentent un noircissement des pétioles et de la nervure principale. Le symptôme se généralise ensuite sur toute la feuille.
  • Sur le fruit qui brunit, voir noircit parfois, et se ratatine. Tout comme les fleurs, les fruits infectés restent suspendus à l’arbre et prennent un aspect momifié.
  • Sur les branches et le tronc qui présentent des brûlures. De plus, des chancres se forment au niveau des troncs et charpentières. De l’exsudat bactérien peut également être observé sur les fruits et pédoncules des feuilles et fleurs.
Feuilles noircies et flétries
Feuilles noircies et flétries

Les premiers symptômes apparaissent au printemps, après la floraison. Ils se manifestent d’abord sur les inflorescences, les feuilles et jeunes pousses puis ils s’atténuent, voir disparaissent pendant les fortes chaleurs.

Attention à ne pas confondre les symptômes du Feu Bactérien avec ceux d’autres maladies telles que : Pseudomonas syringae, la moniliose, le chancre du collet Phytophthora cactorum ou des insectes comme le cossus et la zeuzère ou encore les dégâts dus au froid.

Comportement et dissémination de la bactérie

Comme mentionné précédemment, Erwinia Amylovora fait son appariation lors de la floraison, c’est-à-dire lorsque les températures s’adoucissent. La deuxième vague de floraison du poirier explique la forte sensibilité de cet arbre fruitier à cette maladie. La température optimale à son développement est de 18°C. De fortes contaminations sont observées à des températures allant de 21 à 30°C par temps ensoleillé car cela favorise l’activité des insectes propagateurs. Un temps humide ou venteux favorise la dissémination par le biais des exsudats qui provoque la contamination des branches.

La bactérie passe l’hiver exclusivement dans des plantes-hôtes infectées. Les chancres qui persistent sont les sources d’inoculum primaire les plus importantes pour la contamination des fleurs au printemps. La bactérie pénètre dans la plante à travers les fleurs, les ouvertures naturelles (stomates, lenticelles, hydathodes) ou bien les plaies.

Le Feu Bactérien se répand facilement à travers plusieurs moyens naturels tels que : le vent, les insectes ou les oiseaux. Il peut également être disséminé par le biais de l’intervention de l’Homme via l’utilisation de matériel infecté.

La contamination n’a pas la même virulence chaque année, elle dépend beaucoup des conditions météorologiques durant la floraison.

Détection

Il est nécessaire d’inspecter visuellement et minutieusement les vergers et pépinières pour rechercher des symptômes. L’inspection visuelle se fait en période de végétation, et plus précisément à la floraison pour les symptômes sur fleurs, c’est-à-dire de début mars à fin juillet. Il est utile de répéter l’opération en période de dormance, c’est-à-dire en hiver, et avant la taille pour chercher les chancres.

En cas de doute quant à l’infection par le Feu Bactérien, il faut marquer le rameau pour pouvoir retrouver l’emplacement. Ensuite, il est impératif de prélever un échantillon qui doit être envoyé le plus rapidement possible en laboratoire pour une bonne conservation.

L’assainissement

Dès la confirmation de la contamination, il faut entamer la lutte. Le traitement se fait par temps sec. L’assainissement se déroule comme suit :

  • Identifier tous les arbres présentant les symptômes.
  • Marquer les arbres atteints.
  • Arracher et brûler tous les arbres trop atteints.
  • Couper à l’aide d’un sécateur tous les rameaux présentant les symptômes à 30 cm voir 1 m du foyer selon l’espèce et la variété.
  • Désinfecter les sécateurs et les scies entre chaque opération.
  • Protéger les plaies avec du mastic.
  • Ramasser les rameaux, les branches coupées et les fleurs secondaires dans des sacs en plastic et les brûler non loin de la parcelle.
  • Inspecter tous les arbres de manière régulière pour évaluer l’efficacité des assainissements.
  • Ne pas négliger la surveillance des aubépines qui peuvent constituer un réservoir de la bactérie.

Regardez aussi

La fusariose du melon

La fusariose du melon

La fusariose du melon La fusariose est provoquée par le champignon Fusarium Oxysporum f. sp. …

Chargement...