Accueil / Actualités / Actu Maroc / Évolution de la production d’huile d’olive au Maroc
newsletter agrimaroc.ma
Évolution de la production d’huile d’olive au Maroc
Selon Rachida Banali, le secteur connaît une dynamique, notamment depuis le lancement du contrat-programme signé avec le gouvernement en 2009. - (ph:DR)

Évolution de la production d’huile d’olive au Maroc

Une grande partie de la production d’huile d’olive au Maroc est vendue en vrac.

Le secteur oléicole au Maroc a connu une évolution marquante au cours des dernières années. 85% de l’huile d’olive est vendue en vrac, alors que 15% seulement de la production est conditionnée. C’est ce qu’a précisé Rachida Benali, présidente de l’Interprofession Marocaine de l’Olive, lors de la présentation du Premier Programme de Promotion des Huiles d’Olive de Qualité sur le Marché Intérieur, Mercredi dernier à Rabat, en collaboration avec le Ministère de l’Agriculture.

Selon Rachida Benali, la filière oléicole est importante dans la sécurité alimentaire, la balance commerciale extérieure, l’adaptation aux changements climatiques et dans la contribution au développement économique et social des régions oléicoles. Le secteur connaît une dynamique, notamment depuis le lancement du contrat-programme signé avec le gouvernement en 2009.

«L’interprofession considère que la qualité des produits joue un rôle primordial pour une valorisation forte et pérenne conformément aux ambitions fixées par la stratégie, notamment en termes de chiffres d’affaires», ajoute-elle.

Rappelons que ce programme sera accompagné par une campagne de sensibilisation afin d’attirer l’attention sur les risques sanitaires et sur les dangers liés à la consommation d’huile d’olive ne répondant pas aux normes de qualité, et particulièrement, la commercialisation de produits en vrac. Il s’agit également de rassurer le consommateur sur l’authenticité, la neutralité et le profil gustatif de l’huile d’olive marocaine conditionnée. En outre, il reste d’autres points à améliorer, tels que l’amélioration du niveau de rendement qui n’atteint pas celui des pays méditerranéens, et la question des exportations qui restent loin des objectifs espérés. En effet, les exportations d’huile d’olive conditionnée sont faibles et ne dépassent que 10% du total exporté. Il faut noter que ce point n’a pas été amélioré, car la production d’huile d’olive marocaine est destinée principalement au marché intérieur, qui consomme environ 97% de cette production.

 «Cette conférence de presse s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la convention de partenariat entre le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, à travers ses structures et l’Association Interprofessionnelle de l’Olive (Interprolive). Cet événement a pour objectif d’informer et de sensibiliser le consommateur pour s’approvisionner en huile d’olive de qualité. Celle-ci doit répondre aux exigences de qualité et de sécurité sanitaire, c’est-à-dire qu’elle émane des établissements qui sont autorisés sur le plan sanitaire par l’ONSSA. Cette huile d’olive doit également répondre aux spécifications physico-chimiques organoleptiques et spécifications techniques qui sont fixées par la réglementation en vigueur. Cette dernière réglementation régissant le secteur de l’huile d’olive est actualisée, et elle est en vigueur depuis février 2016. Cette réglementation est en conformité avec les standards internationaux. Elle permet la classification de l’huile d’olive selon le pourcentage d’acidité ainsi que l’indice de peroxyde dans les caractéristiques organoleptiques de l’huile », a affirmé Amina Hajjab, chef de division du contrôle des produits végétaux et d’origine végétale au sein de l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA).

Regardez aussi

Projet de développement des produits du terroir à Draâ-Tafilalet

Projet de développement des produits du terroir à Draâ-Tafilalet

Un projet pour le développement des produits du terroir à Draâ-Tafilalet. Un projet pour le …

Chargement...