Accueil / Actualités / Actu Maroc / Essaouira : Nécessité de préserver la qualité des produits du terroir

Essaouira : Nécessité de préserver la qualité des produits du terroir

Les intervenants ont estimé indispensable de renforcer les capacités des coopératives opérant dans le domaine des produits du terroir, notamment en approvisionnant les circuits de la Grande et Moyenne Surface (GMS).

Les participants à un séminaire dédié à la commercialisation moderne des produits du terroir, ont plaidé vendredi à Essaouira, en faveur de la fédération des efforts de tous en vue de la préservation de la qualité de ces produits.

La préservation de la qualité des produits du terroir ainsi que des spécificités et caractéristiques qui leur sont intrinsèques d’un point de vue culturel, social et historique s’avère une nécessité impérieuse et permettra de faciliter leur accès aux circuits de la commercialisation moderne, ont-il souligné à la clôture d’un séminaire organisé par l’Agence pour le Développement Agricole (ADA) autour du thème « le terroir dans les circuits de la commercialisation moderne: Réalités et Perspectives ».

Dans ce cadre, les différents intervenants ont estimé indispensable de renforcer les capacités des coopératives opérant dans le domaine des produits du terroir notamment en ce qui concerne l’approvisionnement des circuits de la Grande et Moyenne Surface (GMS), tout en les faisant bénéficier d’un meilleur accompagnement en matière de qualité.

Ils ont, dans ce sens, suggéré le renforcement et la promotion de la qualification de ces coopératives et ce, à différents niveaux et durant les différentes étapes de la chaîne de production, se disant, en outre, en faveur de l’encouragement de la formation en matière de circuits de la commercialisation moderne (encadrement, étiquetage des produits, packaging…etc).

Les conférenciers ont également souligné l’importance de veiller à l’élargissement de la base des coopératives bénéficiaires des différents programmes et actions en matière de promotion et de valorisation des produits du terroir, notamment en ce qui concerne l’amélioration de l’accès à la GMS.

Ils ont, en outre, estimé indispensable d’oeuvrer en vue de la diversification des circuits de commercialisation moderne de ces produits en s’ouvrant également sur de nouveaux créneaux tels que les CHR (Cafés, Hôtels, et Restaurants), les circuits dédiés à l’agro-tourisme et l’éco-tourisme ainsi qu’aux plateformes régionales dédiées à cette fin.

La diversification des circuits de la commercialisation moderne notamment les CHR, à l’instar de la GMS, est de nature à donner aux produits du terroir plus de visibilité notamment, auprès des touristes étrangers, ont-ils expliqué, insistant également sur la nécessité de renforcer l’approche genre en ce qui concerne ces produits.

Toujours dans le cadre des actions à entreprendre, les séminaristes ont jugé indispensable de tirer profit des technologies de l’information et de la communication en oeuvrant pour la promotion de la commercialisation électronique des produits du terroir, insistant sur la nécessité de s’ouvrir davantage sur l’international via une participation massive aux différents Salons et expositions internationaux.

Dans ce cadre, ils ont insisté sur la nécessité de s’ouvrir davantage sur les marchés africains, où un intérêt grandissant pour les produits du terroir marocains se fait de plus en plus sentir, louant au passage les différentes opportunités offertes, ces dernières années, grâce aux Salons et expositions internationaux auxquels les coopératives prenaient part.

Les séminaristes ont estimé également indispensable de promouvoir la communication et la promotion en matière de commercialisation des produits du terroir, tout en focalisant sur les  »succes-stories » dans ce domaine, préconisant, en outre, d’oeuvrer pour assurer de manière pérenne et pragmatique le suivi et l’analyse des avis et remarques des consommateurs afin d’avoir un  »feed-back » à même d’aider à mieux les fidéliser et les inciter davatange à consommer ces produits.

Ils ont relevé l’importance de favoriser la coordination entre l’ensemble des intervenants et partenaires concernés par la commercialisation des produits du terroir, tout en veillant à créer entre eux des synergies et ce, compte tenu des tâches difficiles à remplir pour une commercialisation optimale de ces produits sur les circuits modernes de la distribution entre autres, le contrôle de qualité des produits destinés à la GMS, la gestion des stocks, l’établissement d’analyses des échantillons, et la programmation des actions promotionnelles…etc.

A ce propos, les divers intervenants ont estimé indispensable de jeter des passerelles de communication entre les GMS et les unités de promotion et de valorisation des produits du terroir situées dans les zones de production, insistant sur la nécessité par exemple de garantir les conditions de conditionnement de ces produits depuis les zones de production jusqu’à leur arrivée sur les étalages des GMS.

Sur un autre volet, ils ont plaidé en faveur d’une augmentation du montant des subventions allouées à la réalisation d’analyses des échantillons des produits du terroir au niveau des laboratoires dédiés, soulignant la nécessité d’agir pour faire face à certaines anomalies pouvant surgir au niveau des produits du terroir dédiés à la cosmétique.

Enfin, ils ont plaidé en faveur de la promotion et de l’encouragement de la recherche scientifique et de l’innovation à tous les niveaux de la chaîne de production des produits du terroir, se disant en faveur de l’établissement de partenariats édifiants entre les universités et centres de recherches et les coopératives spécialisées.

Regardez aussi

Akhannouch visite plusieurs projets agricoles à Taza

Akhannouch visite plusieurs projets agricoles à Taza en marge des journées « Gouts et saveurs de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *