agriaffaires
monsanto
informia
Accueil / Technique / L’éclaircissage des arbres fruitiers
L’éclaircissage des arbres fruitiers

L’éclaircissage des arbres fruitiers

Les avantages et les différents types de l’éclaircissage des arbres fruitiers.

L’éclaircissage des arbres fruitiers est une technique ancestrale et déterminante qui vise à ajuster la charge de production  des arbres : elle   demeure une opération indispensable et essentielle pour la garantie de la qualité de la récolte et du retour à fleur (Hugard, 1987 ; Thiérry, 1996). 

Cette technique  consiste à supprimer un certains nombre de fleurs ou de fruits qui sont les moins favorisés en nutriments tout le long des organes fruitiers afin d’obtenir une récolte  annuelle régulée, de meilleure qualité, et sans épuiser l’arbre.

Les avantages de l’éclaircissage

Le but recherché de l’éclaircissage est un déplacement de l’équilibre nutritionnel de l’arbre dans un sens plus favorable aux objectifs de l’arboriculteur (rendement et calibre). Pour un éclaircissage efficace, il est en effet indispensable de veiller d’une part à la période d’intervention, d’autre part à la sévérité de l’opération.

En plus des avantages pour le classement et la récolte, l’éclaircissage permet :

  • Le maintien d’un volume uniforme de récolte qui sera plus régulière d’une année à l’autre permettant d’éviter les récoltes excessives et d’assurer une bonne floraison l’année suivante (en évitant le phénomène de l’alternance qui consiste en  une année de grosse récolte suivie d’ une année de récolte dérisoire).
  • L’amélioration du calibre des fruits et la sélection des plus beaux fruits (élimination de fruits tâchés ou blessés mal pollinisés, pourvus de moins de pépins, portés à être difformes et moins aptes à une bonne conservation),les fruits conservés seront plus gros, de calibre plus régulier et plus savoureux . En outre, selon Geraud et al,  l’éclaircissage permet dʼ avoir un gain de précocité ainsi qu’une amélioration de couleur pour les variétés bicolores (Geraud, Crete, 1997).
  • Un contrôle plus facile de certains ravageurs, de plus,  les fruits seront  plus aérés, plus sains, moins contaminés par des maladies
  • Enfin, les arbres nouvellement plantés ne s’épuiseront pas à produire trop de fruits les premières années.

L’éclaircissage manuel

Traditionnellement, l’éclaircissage est pratiqué à la main. Il consiste à supprimer, manuellement, sur chaque rameau fruitier, un certain nombre de fruits parmi les moins favorisés sur le plan nutritif : petits fruits, doubles fruits et ceux portés par les organes faibles. L’opération permet de mieux organiser la charge de l’arbre de façon à laisser un nombre bien déterminé de fruits par rameau. Malgré ses avantages, l’éclaircissage manuel présente certaines contraintes. En effet, cette technique exige une main-d’œuvre abondante et habile. Cette exigence en main d’œuvre et la nécessité de réaliser l’éclaircissage dans des délais précis pour une meilleure efficacité font de cette opération une intervention coûteuse et difficile à réussir. Ainsi, lʼéclaircissage manuel est devenue une opération de finition permettant de compléter lʼéclaircissage chimique.

L’éclaircissage manuel est en général plus efficace tôt après la floraison, le plus souvent lorsque les fruits atteignent  10 à 12 mm de diamètre. Une intervention manuelle tardive (20 à 30 mm) sera de faible utilité quant à la réduction de l’alternance, mais elle permet cependant des gains remarquables du calibre.

Après  la chute physiologique (la chute naturelle des fruits en surnombre qui intervient naturellement en mai ou juin, selon les arbres fruitiers et le climat), on supprime les fruits en surnombre en coupant leur pédoncule avec un sécateur. On commence par supprimer tous les fruits mal formés, malades ou trop petits, voir aussi des fruits sains et bien formé. Il est aussi possible d’éclaircir les arbres en deux temps,  la première  intervention se fait lorsque les fruits mesurent de 10 à 15 mm en  supprimant  en priorité les fruits mal formés, malades ou trop petits. On peut  éclaircir éventuellement une seconde fois  les arbres très chargés lorsque les fruits mesurent 20 à 30 mm.

L’éclaircissage chimique

L’éclaircissage chimique est l’une des principales mesures en arboriculture qui permettent d’influencer la formation des bourgeons floraux et d’obtenir des fruits de bonne qualité. Il existe plusieurs produits d’éclaircissage traditionnels tel que le NAD (naphthylacétamide) et l’ANA (acide naphthylacétique), qui donnent de bons résultats, mais leur efficacité peut varier selon les conditions météorologiques et le déroulement de la floraison. Dans ce cadre, des travaux ont été menés sur  pommier (Malus domestica L. Borkh) dans la région de Meknès au Maroc et ont permis de tester différents traitements d’éclaircissage chimique adaptés aux conditions marocaines. Deux produits chimiques ont été testés à deux concentrations différentes : l’acide naphtalène acétique (ANA) et le carbaryl, sur deux variétés de pommier couramment cultivées au Maroc : ‘Golden Smoothee’ et ‘Ozark Gold’. Les résultats d’éclaircissage ont montré une variation  avec la variété, le produit utilisé et sa concentration. L’éclaircissage a été plus satisfaisant pour ‘Ozark Gold’ que pour ‘Golden Smoothee’ et pour le carbaryl que pour l’ANA. Le carbaryl à 100 g.100 L–1 a donné de très bons résultats, notamment sur ‘Ozark Gold’. Il a permis d’obtenir des taux de chute de fruits, des proportions de corymbes à peu de fruits et de fruits de calibre supérieur.

Afin d’assurer un éclaircissage chimique efficace, il est important d’appliquer le produits  à des moments plus ou moins favorables à l’absorption, pour cela, on traite  par temps calme, de préférence le soir, lorsque les températures sont supérieures à 15 °C et l’humidité élevée à 80 %. Si le traitement suit une période de précipitation, on laisse au moins une journée d’intervalle de temps plus sec avant d’effectuer le traitement d’éclaircissage afin de favoriser l’absorption du produit. Il est aussi important d’ajuster  la dose, le nombre de traitements et l’intervalle entre deux traitements.

Les facteurs influençant l’éclaircissage

Avant de prendre la décision d’éclaircir les fruits pour chacun des cultivars, il est important  de faire les observations qui s’imposent et de les consigner dans un registre (les conditions météorologiques pour chaque traitement d’éclaircissage : les journées précédentes, la journée du traitement) et cela afin de  mieux ajuster les types de traitements à effectuer en fonction des objectifs de qualité des fruits. Il est important également de garder  des arbres témoins (non éclaircis) pour connaître l’effet réel du traitement.

En outre, pour assurer lʼefficacité de lʼéclaircissage, il est indispensable de cerner plusieurs facteurs et paramètres principalement  la période dʼintervention et lʼintensité de lʼopération.

En effet, les  conditions météorologiques nuageuses ou pluvieuses diminuent le taux de nouaison et rendent l’éclaircissage plus facile, un temps ensoleillé, des températures fraîches et une humidité relative faible au moment de l’éclaircissage ainsi que durant les 5 jours suivants réduisent l’effet des produits utilisés pour l’éclaircissage. À l’inverse, des conditions météorologiques nuageuses, chaudes et humides amplifient l’effet des produits utilisés pour l’éclaircissage. Des essais à l’Université Cornell ont montré que les périodes où le pommier a un surplus ou un déficit en hydrates de carbone sont déterminantes pour l’efficacité des traitements d’éclaircissage. La sensibilité à l’éclaircissage chimique des fruits varie selon le cultivar. Les arbres affaiblis par une récolte excessive la saison précédente ou par le gel hivernal et/ou les arbres trop vigoureux réagiront plus à l’éclaircissage.

Il est à noter que  tous les arbres fruitiers ne nécessitent pas d’être éclaircis : on éclaircit  en priorité le pommier et le poirier, également le cognassier, le pêcher et l’abricotier.

L’éclaircissage peut être préparé ou facilité par une taille permettant d’agir sur le nombre de boutons à fruits. L’opération doit être ajustée à ce que l’arbre peut supporter sans entraver  la formation des bourgeons floraux pour l’année suivante.

Regardez aussi

La biofumigation, une méthode de lutte contre les maladies du sol

La biofumigation, une méthode de lutte contre les maladies du sol

La biofumigation: Une technique fiable pour nettoyer le sol via des plantes. La biofumigation est une méthode …

Chargement...