Accueil / Actualités / Actu internationales / Les drones pollinisateurs vont bientôt remplacer les abeilles

Les drones pollinisateurs vont bientôt remplacer les abeilles

Des chercheurs inventent des drones pollinisateurs pour faire face au manque d’abeilles.

Une équipe de chercheurs japonais a réussi à se servir d’un drone miniature pour polliniser des fleurs. Un tel engin pourrait travailler aux côtés des abeilles et des autres insectes pollinisateurs, dont les populations sont en déclin.

Les abeilles, qu’elles soient sauvages ou domestiques, meurent massivement depuis plusieurs années. Une situation alarmante eu égard au rôle crucial de pollinisateur que jouent ces insectes et les conséquences potentiellement désastreuses sur la production agricole et la biodiversité.

Les pesticides néonicotinoïdes sont les principaux suspects pour la surmortalité des abeilles sauvages. Cependant, les causes exactes de ce phénomène sont toujours sujettes à études et débats.

Face à cette situation, certains chercheurs ont choisi d’explorer des solutions technologiques susceptibles de pallier ce problème, à défaut de le résoudre. Ainsi, une équipe du National Institute of Advanced Industrial Science (AIST) de Tsukuba (Japon) a conçu un drone pollinisateur qu’elle a testé avec un certain succès. Il s’agit d’un quadricoptère télécommandé miniature acheté dans le commerce pour une centaine de dollars.

Le drone pollinisateur a démontré sa capacité à collecter du pollen sur la partie mâle d’une fleur de lys puis à le déposer sur la partie femelle.

Sous le ventre de l’appareil, les scientifiques ont collé une bande recouverte de crin de cheval afin de reproduire les poils minuscules qui recouvrent les pattes des abeilles et leur servent à collecter le pollen. Cette surface a été enduite d’un gel ionique offrant une propriété adhésive comparable à celle d’une colle repositionnable. Ensuite, l’équipe de l’AIST a fait voler son drone de sorte à ce qu’il vienne effleurer la partie mâle puis la partie femelle de fleurs de lys japonais rose et blanc afin de collecter et redéposer le pollen.

Selon le professeur Eijiro Miyako, auteur de cette étude publiée dans la revue Chem, cette démonstration pourrait mener à la création de pollinisateurs artificiels qui viendraient non pas remplacer mais épauler les insectes.

Ce procédé reste tout de même très loin de l’efficacité de ces animaux, et même de celle d’humains qui pratiquent la pollinisation manuelle à l’aide de pinceaux comme cela se fait notamment en Chine. Pour le moment, les chercheurs de l’AIST tentent de rendre leur drone autonome de  sorte qu’il puisse accomplir cette tâche en se basant sur de la géolocalisation et de l’intelligence artificielle.

Aux États-Unis, la société Dronecopter expérimente des drones pour aider la pollinisation d’exploitations produisant des amandes, des cerises et des pommiers. Infatigable et précis, le drone fait mieux que les abeilles, qui connaissent un déclin important ces dernières années.

Avec Futura Science

Regardez aussi

Agriculture : L’Oriental attire les chinois

Un grand projet agricole est annoncé dans la région de l’Oriental. Le Conseil de la …