Accueil / Actualités / Cultures / Caractéristiques de la culture hors-sol au Maroc

Caractéristiques de la culture hors-sol au Maroc

La culture hors-sol, levier de développement de la culture de tomate sous serre au Maroc.

Les techniques de production hors-sol ont été adoptées par les producteurs du nord de l’Europe (Pays-bas, Nord de la France …) depuis au moins 3 décennies. Ce sont donc des techniques très bien maîtrisées et qui sont en constante amélioration.

Dans les bassins de production méditerranéens et particulièrement au Maroc le hors-sol, pour diverses raisons, a tardé à être adopté par les producteurs. Aujourd’hui, cette technique s’impose non seulement comme alternative à la désinfection chimique du sol au bromure de méthyl ou  à toute autre substance chimique tôt ou tard vouée à l’élimination ; mais surtout comme un moyen technique d’amélioration de la qualité et des rendements.

Qu’est ce que le Hors- Sol ?

La culture hors-sol permet comme son nom l’indique de cultiver des plantes en dehors du sol dans un substrat ou hors substrat (cas de l’aéroponie), lequel substrat servant de réceptacle pour la solution nutritive qui fournit à la plante les éléments nutritifs dont elle a besoin pour sa croissance.

En général, la culture hors sol est utilisée pour faciliter la production dans des environnements hostiles : salinité excessive, toxicité, pathogènes …

Un grand nombre de maraîchers marocains, sans modifier forcément l’outil serre et dans le but de dépasser les problèmes liés aux maladies du sol et d’améliorer quantitativement et qualitativement leur production, ont opté pour une évolution raisonnée de leurs équipements. Cette évolution commence par l’amélioration du circuit et des installations d’irrigation afin de mieux contrôler la fertilisation, ensuite vient le choix du substrat et des installations censés accueillir ce substrat en serre.

Choix des substrats

La culture hors sol permet l’utilisation d’une grande variété de substrats ( fibre de coco, sable+gravier, laine de roche, perlite …). Chacun de ces substrats se caractérise par des spécificités, des  avantages et des limites.

La qualité et la composition du substrat de culture constituent un facteur déterminant puisque le substrat se substitue au sol pour jouer le rôle de support à la plante.

Le substrat idéal n’existe pas, et souvent, les exigences économiques interviennent de façon prioritaire. Certains utilisateurs optent pour des produits locaux tels que le mélange sable + gravier pour son coût moins élevé mais également pour certaines de ses qualités proches du sol.

Hors -sol : avantages – inconvénients

Avantages Inconvénients
  • Meilleure utilisation de l’eau et des engrais
  • Coût élevé
  • Moins de maladies du sol (moins de pesticides)
  • Qualité d’eau supérieure requise
  • Meilleure maîtrise de la fertilisation
  • Consommation en énergie plus élevée
  • Meilleure qualité de fruit
  • Instabilité thermique du substrat
  • Coût des analyses
  • Exigences techniques plus importantes

 

La culture hors-sol représente à présent un puissant levier d’amélioration des performances techniques des exploitations de primeurs sous serre. Le Maroc est d’ailleurs en train de combler son retard dans l’adoption de cette technique, principalement en culture de tomate sous serre essentiellement pratiquée dans la région du Souss.

C’est l’innovation technique qui a permis à la région du Souss de se hisser au premier rang de la production de tomate sous serre au Maroc et de faire de notre pays l’un des premiers exportateurs de tomate fraîche sur l’union européenne.

Le passage à la culture hors sol ne se fera pas sans efforts mais ce n’est qu’à ce prix que notre pays gardera sa place sur des marchés de plus en plus exigeants.

Si l’investissement requis pour une conversion au hors-sol est lourd, il n’en permettra pas moins au producteur de réaliser un saut qualitatif dans l’amélioration technique et la maîtrise de certains paramètres de production, difficiles à atteindre en culture traditionnelle en sol.

Le hors-sol permettra une meilleure qualité de production. Il offrira en outre une protection certaine contre les maladies telluriques. Néanmoins, il exigera du producteur une expertise technique plus pointue et un suivi permanent de l’état de sa culture ainsi qu’à terme, une mise à niveau de son outil de production principale, à savoir: la serre.

Avec Siham Zahidi

Regardez aussi

Campagne agricole 2018: Production record en betterave sucrière

Une production record en betterave sucrière attendue pour la campagne en cours. Les premières quantités …