Accueil / Actualités / Actu internationales / Corée du Sud: L’Afrique possède un avantage comparatif en agriculture

Corée du Sud: L’Afrique possède un avantage comparatif en agriculture

La Corée du Sud va investir 5 milliards de dollars en Afrique durant la période 2019-2020.

Un total de 5 milliards de dollars sera investi par la Corée du Sud en Afrique durant la période 2019-2020, a annoncé le gouvernement sud-coréen lors de la clôture de la table ronde ministérielle de la Conférence de coopération économique Corée-Afrique (KOAFEC), organisée en marges des Assemblées annuelles 2018 de la Banque africaine de développement (BAD).

Ce package financier, qui sera mis à disposition par le biais de partenariats avec divers organismes de développement, y compris la BAD, mobilisera des ressources provenant de plusieurs institutions et plateformes bilatéraux coréens, notamment le Programme de partage des connaissances (KSP), le Fonds de coopération pour le développement économique et la Banque import-export de Corée, a indiqué le vice-premier ministre et ministre de la stratégie et des finances de la Corée, Dong Yeon Kim lors de cette rencontre.

A cet effet, trois accords de coopération ont été signés par le président de la BAD, Akinwumi Adesina et M. Dong Yeon Kim.

Le premier accord porte sur l’extension de l’accord général de coopération rendant possible le réapprovisionnement du Fonds fiduciaire KOAFEC hébergé à la BAD, et ce grâce à un montant de 18 millions de dollars. Ce Fonds fiduciaire, dont le montant total s’élève maintenant à 93 millions de dollars, continuera à fournir des subventions pour le renforcement des capacités ainsi que des ressources pour la réalisation des études de faisabilité pour des projets.

S’agissant du deuxième accord, il vise à fournir jusqu’à 600 millions de dollars au secteur de l’énergie, tandis que le troisième est un protocole d’entente relatif au programme Tech Corps Corée-BAD qui permettra d’échanger de l’expertise technique et des ressources humaines, afin que les défis actuels du chômage des jeunes dans les deux régions soient relevés.

Au cours de cette conférence biennale, marquée également par l’approbation d’un plan d’action de 20 projets KOAFEC pour 2019-2020 qui concernent différents groupes de pays et de secteurs, M. Adessina a souligné que « l’Afrique doit bâtir, et nous allons bâtir des partenariats plus larges pour assurer le développement ». « Nous voulons construire des partenariats solides en matière d’investissement avec l’Asie en marchant vers l’avenir », a-t-il insisté.

Tenue sous le thème « L’Afrique et la quatrième révolution industrielle : un tremplin pour sauter des étapes ?« , cet événement a été une occasion pour les ministres y participant de mettre l’accent sur la nécessité d’établir une planification à long terme pour le développement industriel et l’exécution des projets, ainsi que d’accorder une attention particulière à l’ajout de valeur dans les secteurs où l’Afrique possède un avantage comparatif, en particulier en agriculture et ressources naturelles.

Les Assemblées annuelles 2018 de la BAD, dont les travaux se poursuivent jusqu’au 25 mai, se focalisent principalement sur l’accélération de l’industrialisation de l’Afrique, l’une des cinq priorités stratégiques de l’institution panafricaine, et constituent une occasion pour les responsables issus des différents pays du contient pour échanger entre eux et avec les responsables sud-coréens sur cette thématique.

Regardez aussi

Approbation de 64 projets de développement dans le cadre de la 3ème phase de l’INDH à Marrakech-Safi

Approbation de 64 projets de développement dans le cadre de la 3ème phase de l’INDH …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *