Accueil / L'invité / Akinwumi Adesina: l’Afrique possède 65 % des terres arables non exploitées dans le monde
Akinwumi Adesina: l'Afrique possède 65 % des terres arables non exploitées dans le monde
Interview de Akinwumi Adesina Directeur de la BAD: l'Afrique doit nourrir le monde - ph:DR

Akinwumi Adesina: l’Afrique possède 65 % des terres arables non exploitées dans le monde

Akinwumi Adesina croit en l’agriculture, et en l’Afrique:  « l’Afrique possède 65 % des terres arables non exploitées dans le monde ».

Le directeur de la Banque africaine de développement mise sur l’agriculture et rappelle que le continent possède 65 % des terres arables non exploitées dans le monde.

L’interview de Akinwumi Adesina, Directeur de la BAD (Banque Africaine de Développement).

Face à la résurgence des crises alimentaires en Afrique, dues aux conflits et aux sécheresses, pensez-vous toujours pouvoir atteindre votre objectif de « nourrir l’Afrique » avant 2025, l’une des cinq priorités de votre programme ?
Akinwumi Adesina : Nous le comptons bien. Nous nous sommes engagés à investir 24 milliards de dollars (près de 21,5 milliards d’euros) sur dix ans dans le secteur de l’agriculture en Afrique. L’objectif est de réduire drastiquement notre niveau d’importation de produits alimentaires et d’augmenter la productivité du continent.

Aujourd’hui, l’Afrique consacre 35 milliards de dollars à l’importation d’aliments. Et si on ne fait rien, d’ici à 2025, ce chiffre fera plus que tripler. Une charge qui empêche la stabilité macroéconomique et fiscale de nos pays. Or, en réalité, l’Afrique n’a pas besoin de ces importations alimentaires, elle a tellement de potentialités agricoles, de terres disponibles. Elle détient même 65 % des terres arables non exploitées du monde. C’est l’Afrique qui devrait nourrir le monde, pas l’inverse.

Comment comptez-vous y arriver ?
Akinwumi Adesina : Il faut d’abord rendre l’agriculture plus « sexy », si je puis dire. Auprès des banques, qui n’aiment généralement pas prêter aux agriculteurs, en réduisant leurs risques. Mais surtout auprès des jeunes qui doivent massivement intégrer le secteur.

L’âge moyen actuel des cultivateurs africains est trop élevé. Par exemple, le programme Enable Youth, que nous avons débuté en Côte d’ivoire, au Kenya, au Congo, au Nigeria, au Malawiet en Zambie, et qui devrait s’étendre au total à trente pays, vise à créer cette nouvelle génération « d’agripreneurs », dont nous avons tant besoin.

Vous misez aussi beaucoup sur les zones agro-industrielles, les « agropoles », sur les terres à forts potentiels…
Akinwumi Adesina : Les agropoles permettent aux entreprises de s’établir dans des zones rurales. La BAD, elle, investit dans des infrastructures pour diminuer le coût d’installation et de fonctionnement desdites entreprises. Il ne s’agit pas forcément de multinationales, mais souvent de sociétés locales qui se contentent de faire de la transformation de matières premières ou intermédiaires importées. Sans que cela ne crée d’emploi ou ne profite aux producteurs locaux.

Dans ces agropoles, on développe des chaînes de valeurs. Le paysan a quant à lui aussitôt accès aux entreprises, aux marchés, aux infrastructures. Ce qui permet également de réduire le niveau de pertes après récoltes, encore considérables aujourd’hui. Car en réalité les paysans peuvent produire beaucoup, mais il n’y a souvent personne pour acheter leurs récoltes. Donc ils produisent et prient, pour trouver des clients. Il faut sortir de ce schéma, réorganiser les filières.

Des agropoles, qui sont pourtant critiquées par plusieurs ONG, telles qu’Action contre la faim (ACF) ou Oxfam France, qui les accusent de concurrence déloyale envers les petits agriculteurs. Que leur répondez-vous ?
Akinwumi Adesina : Je pense qu’elles n’ont pas compris notre démarche. Vous savez, lorsqu’on est face à une personne qui est au fond d’un puits, on peut adopter deux attitudes : on la laisse essayer de grimper ou on prend une corde pour la faire sortir au plus vite. C’est cette seconde option que nous avons choisi pour les agriculteurs africains, en leur donnant accès au marché.

Moi je suis né dans la pauvreté, ce n’est pas quelque chose de théorique pour moi, je connais. Et je n’ai jamais rencontré un agriculteur qui voulait être pauvre. Jamais. La vérité aujourd’hui, c’est qu’ils souffrent et qu’il faut les sortir de là.

Vous avez tenu les dernières assemblées générales de la BAD en Inde. Les prochaines se dérouleront en Corée du Sud. Que peut apprendre l’Afrique de l’Asie sur le plan agricole ?
Akinwumi Adesina : L’Inde et sa révolution verte des années 1960 est à elle seule une source d’inspiration. En trois ans seulement, grâce à une volonté politique, des investissements dans le secteur agricole, la vulgarisation de certaines technologies chez les paysans, l’Inde a connu des progrès spectaculaires, passant de pays importateur à exportateur d’aliments.

Cela prouve qu’il ne faut pas des décennies pour transformer une agriculture. La volonté politique est primordiale. Je suis content de ce que je vois aujourd’hui en Côte d’Ivoire, en Guinée, au Mali, au Sénégal, au Bénin, où les chefs d’Etats me disent que le temps de l’agriculture est venu. Nos leaders changent de position sur la question agricole.

Et pourtant, seuls cinq pays de l’Union africaine (UA) respectent aujourd’hui la promesse de Maputo, faite en 2003, de consacrer au moins 10 % du budget annuel à l’agriculture. Manque de volonté politique ou de moyens ?
Akinwumi Adesina : Parfois, clairement, la volonté politique manque. D’autres fois, c’est une question de perspective. Pour certains, le secteur agricole est un secteur social, comme la santé, l’éducation, etc. Ils n’ont pas compris à quel point il était vital à l’économie, à la fiscalité, l’emploi.

Certains économistes, au sein de la Banque mondiale notamment, s’inquiètent des nombreux prêts accordés par la Chine aux pays africains et donc, du poids de leur dette envers elle. Est-ce une crainte que vous partagez ?
Akinwumi Adesina : L’Afrique n’est pas dans une situation de surendettement. Il faut être clair là-dessus. Pour les pays en développement, le ratio moyen dette/PIB est aux alentours de 40 %, ce qui est vraiment très soutenable. Le problème ce n’est pas tant la dette que ce que l’on en fait.

Si on l’utilise juste pour de la consommation, effectivement c’est un mauvais signe, mais si on l’utilise pour investir dans des secteurs cruciaux, comme l’électricité, cela peut être très efficace, notamment en termes de croissance.

Lors des derniers G7 et G20, vous avez rencontré Emmanuel Macron et Donald Trump. Qu’en est-il sorti ?
Akinwumi Adesina : J’ai eu une discussion avec Emmanuel Macron. J’ai été impressionné, il est jeune, dynamique. Je pense que nous allons travailler à renforcer notre collaboration.

Avec Monsieur Trump, nous avons eu un dialogue franc et positif, sur l’importance de faire de l’Afrique une destination d’investissement. Et c’est le plus important pour moi : toujours placerles intérêts de l’Afrique au premier plan, tout comme le font ces leaders avec leurs pays, en France, aux Etats-Unis ou ailleurs. Là est mon devoir, ma responsabilité.

Urgence du développement en Afrique et lutte contre le réchauffement climatique sont-elles compatibles ? A l’heure où les Etats-Unis se retirent de l’Accord de Paris sur le climat pour redresser leur économie.
Akinwumi Adesina : Au-delà des Etats-Unis, ce qui est essentiel pour l’Afrique, c’est que tous les autres pays ont décidé de tenir les engagements pris lors de cette COP21. Il n’est pas acceptable que l’Afrique subisse de plein fouet l’impact du réchauffement climatique alors qu’elle contribue peu aux émissions de polluants. Il faut que chacun soit responsable et respecte l’accord signé.

Quant à l’Afrique, il ne faut pas qu’elle se retire de ces accords, car elle ne peut échapper aux effets du réchauffement climatique.

Vous venez du milieu rural, êtes devenu agroéconomiste, ministre de l’agriculture. Depuis deux ans, vous êtes… banquier. Ce rapport au monde agricole vous manque-t-il ?
Akinwumi Adesina : Je continue d’aller sur le terrain, car il faut que les choses que nous entreprenons répondent aux besoins véritables. Et quand j’y suis, plus de nœud papillon. Je suis à l’aise partout. Ce que je retiens du terrain, c’est qu’il faut créer de l’espoir pour les paysans, les fermiers, leur dire qu’ils peuvent faire du business là où ils sont et avec ce qu’ils ont.

En parlant de nœud papillon… Est-ce que vous pouvez enfin nous expliquer votre histoire d’amour avec cet accessoire ?
Akinwumi Adesina : Très tôt dans ma carrière, je me suis rendu compte qu’il était essentiel de changer l’image qu’avaient les gens, et surtout les jeunes, de l’agriculture. Je voulais qu’ils sachent que celle-ci ne rimait pas forcément avec passé et pauvreté, que l’on pouvait être cool et agriculteur, que l’on pouvait, comme on le dit ici en Côte d’Ivoire, être « choco » et agriculteur. (Rires)

Et lorsque je vois aujourd’hui des industriels tels que Aliko Dangoté, des médecins, des architectes ou des ingénieurs, faire des investissements massifs dans la production locale, grâce aux politiques que j’ai mises en place à l’époque, et faire fortune, je me dis que le changement de perception y a aussi contribué.

Source: Haby Niakate (Contributrice Le Monde Afrique, Abidjan)

Regardez aussi

Amine BENNANI: "Embellie des surfaces plantées en petits fruits rouges"

Amine BENNANI: « Embellie des surfaces plantées en petits fruits rouges »

Amine BENNANI: « Il y aura une embellie des surfaces plantées en petits fruits rouges ». Amine …

Chargement...