Accueil / Actualités / Actu Maroc / Agriculture de conservation : en évolution à Fès-Meknès

Agriculture de conservation : en évolution à Fès-Meknès

L’agriculture de conservation est en constante évolution dans la région de Fès-Meknès.

La région de Fès-Meknès accorde une grande importance à cette forme de conservation. En effet, La superficie réservée à l’agriculture de conservation (AC) est en constante progression dans la dite région.

L’agriculture de Conservation (AC) est un système qui permet d’intensifier durablement la production agricole par des techniques respectueuses des ressources naturelles, principalement l’eau et le sol, et plus économes en énergie et temps de travail. Cette pratique permet l’adaptation de l’agriculture et l’atténuation des effets du changement climatique que connaît la Terre.

Le symposium international d’agriculture de conservation s’est tenu le 14 septembre 2017 au Qualipôle Alimentation de Meknès sur le thème « Les leviers d’adoption de l’Agriculture de Conservation ».

La région de Fès-Meknès accorde une grande imoportance à cette forme de conservation. En effet, La superficie réservée à l’agriculture de conservation (AC) est en constante progression dans la dite région.

Selon la direction régionale de l’agriculture (DRA Fès-Meknès), au cours de la campagne agricole 2018/2019, près de 1 798 hectares ont été programmés pour ce type d’agriculture au cours de la campagne agricole 2018/2019, en comparaison à la superficie enregistrée au cours de la campagne 2013/2014 et qui n’a pas dépassé les 660 Ha.

La province de Sefrou occupe la première place au niveau de la région en matière de superficie consacrée à l’agriculture en conservation avec 820 ha, suivie d’El Hajeb avec 678,5 ha, Taounate (205,33 ha), Taza (25 ha), Meknès (20 ha), Fès (20) et Ifrane (10 ha) et Boulemane (10 ha).

Pour mener à bien ce programme, il a été procédé à l’acquisition notamment de 8 semences de l’agriculture de conservation, huit machines d’irrigation par aspersion, 300 quintaux d’engrais DAP et autant d’engrais azotés, 248 quintaux de céréales et 200 litres d’herbicides pour lutter contre les « mauvaises herbes ».

Depuis quelques années, le département d’agriculture prône cette forme de conservation à travers notamment des projets d’adaptation aux changements climatiques, dans le cadre du Plan Maroc Vert (PMV) en collaboration avec des institutions internationales et une incitation financière à l’achat de semoir de semis direct, accessible via le Fonds de Développement Agricole.

Regardez aussi

La BM, l’ANDZOA et la FAO œuvrent pour le développement durable des Oasis

Cette rencontre s’inscrit dans le sillage de la Stratégie nationale de Développement Durable des Oasis …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *