Accueil / Actu Entreprises / La race ovine D’man au cœur d’un ambitieux programme de production d’agneaux d’abattage
Agneau: La race endémique D'man devient rentable

La race ovine D’man au cœur d’un ambitieux programme de production d’agneaux d’abattage

La race D’man devient rentable grâce à un projet de mise en valeur.

La race D’man est une race endémique du Maroc. Déjà connue pour être l’une des races les plus prolifiques, elle pourrait devenir plus rentable que jamais grâce à l’aboutissement d’un projet de mise en valeur.

Leader marocain dans le domaine de la recherche appliquée agricole, Les Domaines Agricoles (LDA) annoncent l’aboutissement d’un projet de recherche plaçant la race ovine D’man au cœur d’un ambitieux programme de production d’agneaux d’abattage. Le projet pilote mené par LDA a démontré la haute productivité de la race en viande destinée à la consommation. Les retombées escomptées sont nombreuses grâce, notamment, à la démocratisation attendue du processus par l’Association Nationale Ovine et Caprine. En effet, la demande suscitée par le projet de mise en valeur donnera un nouveau souffle aux éleveurs de cette race considérée comme endémique.

Connue pour ses qualités intrinsèques que sont sa grande prolificité (2 à 3 agneaux par mise bas et deux luttes par an) et sa capacité à se reproduire durant une grande partie de l’année, la race D’man a déjà fait l’objet d’expériences réussies à partir de croisements à double étage : « C’est-à-dire que l’agneaux d’abattage était obtenu par croisement de la race D’man et une autre race locale dans un premier temps et ensuite par le croisement de cette dernière et une race bouchère en viande », explique M. Said Mihi, responsable des Projets et Coopération au sein de l’Association Nationale Ovine et Caprine (ANOC).

Le projet mené par LDA qui en est à sa quatrième année a permis de viabiliser industriellement à des fins de production d’agneaux d’abattage un élevage de 641 brebis de la race D’ma par reproduction directe avec les races Mérinos et Île de France. « En sautant un étage, le croisement se faisant désormais directement entre une brebis de la race D’man et un mâle d’une autre race à viande, le projet des Domaines Agricoles donne une meilleure visibilité aux éleveurs sur la rentabilité de leurs élevages. Il intéressera particulièrement ceux proches des grandes villes ou la demande des consommateurs est orientée vers des carcasses bien conformées et à faible poids (9-14 kg) », s’enthousiaste M. Mihi dont l’association encourage et assiste les éleveurs ovins et caprins au Maroc.

D’autres retombées positives sur la qualité et la sécurité de l’approvisionnement du marché en viandes ovines de qualité sont attendues. Les Domaines Agricoles s’engagent à accompagner l’ANOC afin de faire profiter un maximum d’éleveurs des résultats prometteurs de son projet.

agneau-dman-rentable-elevage

Les Domaines Agricoles attachent une importance particulière à la recherche appliquée à travers des laboratoires associés à chacun de ses Business Unit. En plus du projet impliquant la race D’man, LDA compte à son actif des prouesses reconnues dans le monde entier parmi lesquelles :

  • Le développement de la variété Nadorcott et la détermination des conditions de sa mise à fruit pour une production sans pépins.
  • Le développement de la variété de blé Tigre ayant permis d’atteindre des rendements record,
  • L’introduction et la maîtrise de l’Insémination in vitro & greffage d’embryons pour la gestation des races améliorées de vaches laitières.
  • Les applications de la culture in vitro pour le développement de l’agriculture,
  • Propagation en masse d’espèces fruitières de grandes importances pour la restauration des écosystèmes fragiles et menacées telles que les oasis avec le palmier dattier,
  • Assainissement d’espèces fruitières par thérapie thermique en culture in vitro pour l’élimination des viroses des plantes pour les agrumes et les rosacées fruitières,
  • Production d’anticorps monoclonaux et optimisation locales des nouvelles technologies pour le diagnostic rapide de maladies menaçantes et émergentes,
  • Production d’auxiliaires pour la lutte biologique contre les principaux ravageurs des cultures. Le dernier exemple en date est l’élevage de la coccinelle Cryptolaemus utilisée pour lutter contre la cochenille du cactus,
  • Sélection d’une variété de cactus à haute qualité fruitière ayant une grande résistance à la cochenille ravageuse.

Regardez aussi

Syngenta Maroc, partenaire fidèle des producteurs du pommier et de la vigne 

Syngenta Maroc accompagne le développement des producteurs de pommier et de vigne. Depuis sa mise …