agriaffaires
monsanto
la référence de l’agriculture
Accueil / L'invité / Abdelkrim LOUKILI, agriculteur biologique à Benslimane

Abdelkrim LOUKILI, agriculteur biologique à Benslimane

L’Invité d’AgriMaroc.ma: Abdelkrim LOUKILI agriculteur à la « Ferme Biologique de Benslimane ». Spécialisé dans l’agriculture biologique depuis 2009.

Abdelkrim LOUKILI, agriculteur biologique de Benslimane.

AgriMaroc.ma : Pouvez-vous  présenter la Ferme Biologique de Benslimane?
Abdelkrim Loukili: La ferme biologique de Benslimane comme son nom l’indique est spécialisée dans l’agriculture biologique et se situe dans la région de Benslimane.

Nous produisons sur 6,5 ha des cultures biologiques, labellisées en IMC-CCPB, et nous fournissons La Vie Claire qui est présent sur Casablanca et Rabat. Pour quelques amis nous faisons également de la livraison  à domicile de paniers de fruits et légumes frais.

En terme de cultures, nous sommes diversifiés avec une prédominance dans le maraîchage et la céréaliculture (la pomme de terre, la tomate, les salades, l’aubergine, le concombre, le chou), mais nous produisons également des plantes aromatiques et médicinales (thym, romarin et armoise).

agriculture biologique LOUKILI Benslimane

nous nous sommes convertis au bio en 2009

AgriMaroc.ma : Pourquoi vous êtes vous tourné vers l’agriculture Bio?
Abdelkrim Loukili:
En fait, nous exploitions par le passé (pendant 4 ans) notre ferme en conventionnel.

Durant cette période, nous avions des difficultés de gestion des pathologies végétales. Pour la protection des plantes, nous utilisions des intrants chimiques qui ont endommagé le sol en rendant le substrat stérile. Par ailleurs l’utilisation de ces produits avait un effet toxique et dangereux sur la santé des ouvriers.

Nous avons remarqué également la perte en goût de certains légumes même si les calibres restaient les mêmes.

Toutes ces raisons nous ont poussé à choisir l’agriculture biologique. Un choix légitimé donc par notre conscience et aussi par le développement du bio en Europe. Toutes les informations « santé » qui circulent sur internet nous confortent dans notre approche.

Nous avons évidemment arrêté l’utilisation des intrants chimiques afin de sauvegarder la biodiversité surtout la faune auxiliaire qui est nécessaire pour la protection des plantes.

AgriMaroc.ma : Comment a été vos débuts ?
Abdelkrim LOUKILI, agriculteur biologique à BenslimaneAbdelkrim Loukili:
 Il faut savoir que nous nous sommes convertis en bio en 2009, et je vous avoue que c’était très difficile de réussir la conversion à l’agriculture biologique.

D’abord il y a un grand déficit en ressources humaines avec l’expérience du terrain en filière bio, et donc un manque significatif de maîtrise des techniques de désherbage mécanique ; et les outillages classiques du travail du sol sont incompatibles avec la culture biologique.

Donc nous avons commencé le travail sur de petites parcelles en utilisant du compost comme fertilisant et en respectant la rotation des cultures.

Nous avons évidemment arrêté l’utilisation des intrants chimiques afin de sauvegarder la biodiversité surtout la faune auxiliaire qui est nécessaire pour la protection des plantes.

des rendements très importants surtout pour la pomme de terre blanche et l’oignon

AgriMaroc.ma : Quelles différences depuis votre conversion au biologique?
Abdelkrim Loukili:
Avant tout, nous avons remarqué une amélioration significative de la qualité des sols et des produits eux-mêmes! Nous avons acquis également une maîtrise importante du fonctionnement des sols. Nous avons exploité un certain nombre de techniques alternatives qui ont donné de bons résultats au niveau de la conduite des cultures sans avoir le souci des problèmes phytosanitaires.

Autre bénéfice, nous avons maintenant une autonomie vis-à-vis des semences, une partie de nos récoltes est utilisée pour générer les graines. On a pu assurer durant ces dernières années des rendements très importants surtout pour la pomme de terre blanche et l’oignon.

Notre ferme s’appuie sur un équilibre biologique et un respect de l’écosystème qui a porté ses fruits avec le temps.

AgriMaroc.ma : D’après votre expérience, quelles sont les difficultés rencontrées ?
Abdelkrim Loukili: 
D’après moi la filière Bio est confrontée à plusieurs obstacles, d’un ordre agronomique, réglementaire et commercial.

cherté de la certification qui n’est pas encore subventionnée et qui coûte entre 6 000 et 10 000 DH

Abdelkrim LOUKILI, agriculteur biologique à BenslimaneSur le plan agronomique, comme je l’ai abordé tout à l’heure, il y a le manque de ressources humaines qui ne sont pas formées sur les techniques biologiques. Aujourd’hui, il est devenu indispensable que des formations de ce type soient mises en place pour les producteurs et les ouvriers.

Il y a également une absence de semence biologique et le coût des intrants organiques reste très élevé à mon avis, ce qui constitue un obstacle majeur pour le développement de la filière.

Au niveau réglementaire, il existe les problèmes d’encadrement au niveau de la filière bio, la cherté de la certification qui n’est pas encore subventionnée et qui coûte entre 6 000 et 10 000 DH est problématique pour les petits agriculteurs qui souhaitent se convertir en bio.

La loi 39-12 relative à l’agriculture a été adoptée en décembre 2012, mais les textes d’application ne sont toujours pas publiés, ce qui constitue un handicap dans la mesure où plusieurs dispositions ne peuvent être actionnées.

Enfin concernant la commercialisation, il existe une absence de circuits commerciaux et une difficulté de pénétrer le marché national. Le marché est encore jeune, il a donc besoin de se structurer.

penser à introduire une filière sur l’agriculture biologique dans les programmes d’enseignement des instituts de formation de techniciens et d’ingénieurs en agronomie

AgriMaroc.ma : Que pensez vous du développement du Bio au Maroc?
Abdelkrim Loukili:
Ces dernières années, la filière Bio a connu une progression au niveau national et international. L’organisation du secteur a été assurée par la présence des organisations: l’Organisation des Professionnels de la Filière Biologique(APFB), l’Association Maghrebio et l’Association Marocaine de l’Agriculture Biologique (AMABIO).

Trois fédérations ont été créées également pour développer la filière de l’agriculture biologique : Fédération des Producteurs, Fédération des Transformateurs et Fédération du Transport et de l’Export.

Ce secteur doit profiter des subventions et facilités pour l’importation des engrais organiques qui sont beaucoup plus chers que les produits conventionnels. 

Au niveau structurel, il faut  penser à introduire une filière sur l’agriculture biologique dans les programmes d’enseignement des instituts de formation de techniciens et d’ingénieurs en agronomie avec l’esprit du développement durable et du respect du consommateur.

AgriMaroc.ma : Quelles sont vos stratégies de commercialisation ?
Abdelkrim Loukili: 
La commercialisation de nos produits reste restreinte aux régions de Rabat, Casablanca et Marrakech. La Vie Claire reste notre partenaire principal sur l’axe Casablanca-Rabat. Le vrai problème c’est l’insuffisance de la production Bio, qui cause l’incapacité à satisfaire la demande. Le marché est là, nous devons y répondre.

AgriMaroc.ma : A court terme ou à moyen terme, quelles sont vos perspectives ?
Abdelkrim Loukili: A court terme, nous avons décidé de créer notre propre point de vente spécialisé dans le bio à Casablanca.

Pour élargir le réseau à moyen terme, en partenariat avec Amabio et la  Fondation SwissContact, nous visons à créer des groupements d’agriculteurs dans les régions pour la conversion aux cultures biologiques. C’est un chantier important qui passe par la sensibilisation des voisins agriculteurs et l’accompagnement des porteurs de projets qui nous rejoindrons à l’avenir, mais il est crucial pour le Bio au Maroc!

Merci à Monsieur Abdelkrim LOUKILI

* Ce contenu est la propriété d’AgriMaroc.ma. Toute demande de reproduction, partielle ou complète doit être formulée à contact@agrimaroc.ma
** Crédit photos: AgriMaroc.ma

Pour recevoir la Newsletter AgriMaroc.ma sur l’actualité des professionnels
Newsletter AgriMaroc.ma.

Regardez aussi

Une assurance crédit à l’export répond aux besoins de sécurisation

Tout savoir sur l’assurance à l’export des exportateurs agricoles

Une assurance-crédit à l’exportation couvre l’exportateur contre les risques à l’export, quelles sont les garanties? …

  • Bonjour je suis Paolo Mazzoni un Italien qui vit à Meknes.
    Vous pourriez me aider à entrer en contact avec monsieur Abdelkrim Loukili.
    Merci.

Chargement...