Accueil / Actualités / Actu Maroc / L’abattoir de Rabat sera ouvert pour l’Aïd Al-Adha
newsletter agrimaroc.ma
L’abattoir de Rabat sera ouvert pour l’Aïd Al-Adha

L’abattoir de Rabat sera ouvert pour l’Aïd Al-Adha

Pour l’Aïd Al Adha, l’abattoir de Rabat ouvre ses portes aux citoyens.

L’abattoir de Rabat ouvrira ses portes aux citoyens afin qu’ils puissent accomplir l’abattage dans de bonnes conditions.

L’abattoir de Rabat ouvrira ses portes durant les deux jours de l’Aïd Al Adha aux citoyens souhaitant accomplir l’abattage dans de bonnes conditions, a indiqué Mohamed Taha El Ouadghiri, médecin vétérinaire inspecteur au service vétérinaire de la Capitale.

L’enceinte de l’abattoir municipal ainsi que des bouchers seront mis à la disposition des habitants en vue d’accomplir ce rituel religieux dans les meilleures conditions, surtout pour ceux qui ne disposent pas d’un espace suffisant dans leur demeure, a souligné Dr. Ouadghiri dans un entretien accordé à la MAP.

Evoquant les prix, Dr. Ouadghiri a noté que l’abattoir met gratuitement ses locaux à la disposition des citoyens, précisant que ces derniers doivent payer le service du boucher qui sera chargé de l’égorgement de la bête. Ce prix, résultat des négociations entre les deux parties commence à partir de 100 DH la tête, a-t-il dit.

L’état sanitaire du cheptel ovin et caprin est « satisfaisant » dans l’ensemble des régions du Royaume, à la faveur notamment des compagnes de vaccination contre les maladies contagieuses et le traitement des parasitoses des ovins et caprins, réalisées tout au long de l’année par les services vétérinaires de la Direction de la Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA), a noté le responsable.

Plusieurs mesures doivent être entreprises par les citoyens lors de d’achat de l’animal, son entretien, son abattage, ainsi que la conservation de ses viandes, a relevé le médecin vétérinaire, qui note qu’en sus des exigences de nature religieuse, la bête doit être vive et ne présentant aucun signe de maladies animales à l’instar de la toux, la diarrhée ou l’augmentation anormale du volume de l’abdomen (météorisme).

Pour que les opérations de préparation de viandes s’effectuent dans les meilleures conditions sanitaires et hygiéniques, il est conseillé de nourrir l’animal par la paille et l’eau propre et cesser de le faire 12h avant l’abattage, a recommandé Dr. El Ouadghiri.

Le lieu, les outils ainsi que la personne qui procède à l’égorgement doivent répondre aux exigences d’hygiène nécessaires, a recommandé le médecin vétérinaire, affirmant qu’après l’égorgement et l’enlèvement de la tête et des pattes antérieures, le dépouillement de l’animal doit se faire de manière à ce que les viandes ne soient pas souillées par la peau et en évitant le soufflage de l’animal par la bouche.

Arrivant à l’éviscération, qui constitue une étape très sensible sur le plan sanitaire les intestins doivent être tirés et coupés sans toucher les viandes et mis par la suite dans un récipient propre à part, avant de faire sortir par la suite, tout en veillant au lavage du couteau, les viscères restant (poumons, cœur et foie) , a-t-il affirmé.

Après l’éviscération, il est impératif de procéder à une inspection des viandes et des abats pour s’assurer qu’elles ne présentent pas une modification de couleur (rouge foncé ou jaunâtre), sinon les citoyens doivent saisir les services vétérinaires qui assurent une permanence les jours de l’Aïd.

Il a précisé dans ce cadre qu’une liste de numéros de téléphones des vétérinaires et techniciens concernés par la permanence d’Aïd Al Adha 1438Hegire a été mise en ligne sur le site internet de l’ONSSA.

S’agissant des maladies les plus connus qui touchent le cheptel il y’a lieu de citer les kystes hydatiques, la larve de tænia, la distomatose qui sont des maladies touchant généralement les organes vitaux des abats, a expliqué le médecin vétérinaire, indiquant qu’en cas d’infection légère, un épluchage sera suffisant contrairement à l’état où l’infection est généralisée, où la destruction de l’organe en entier s’avère nécessaire.

Les poumons sont eux aussi exposés à certaines maladies à l’instar du strongle des poumons et l’écophase (Contamination du poumon par le sang): dans ce cas, il est obligatoire d’éliminer la partie atteinte du poumon.

L’Oestrose quant à lui est une larve qui se trouve à l’ouverture de la tête le long des narines. Cette infection ne constitue pas un danger pour la santé du consommateur, mais il faut éliminer ces larves, a averti Dr. El Ouadghiri.

Il est recommandé de faire le ressuyage de la carcasse par sa mise dans un endroit frais et éloigné de toute contamination pendant 24 heures après l’abattage, avant le découpage de la viande et son stockage par réfrigération dans une température ne dépassant pas les 3 degrés, a-t-il dit.

Cette viande se conserve pendant 5 jours. Sinon, elle doit être congelé dans une température de -18°C, ou encore mélangée avec plusieurs épices plus une quantité importante du sel, et séchée au soleil, pour faire d’elle le délicieux  » keddid », a conclu Dr. El Ouadghiri.

Regardez aussi

Filière oléicole: Les bienfaits du PMV à Marrakech-Safi

Filière oléicole: Les bienfaits du PMV à Marrakech-Safi

Les bienfaits apportés par le PMV à la filière oléicole de Marrakech-Safi. La filière oléicole …

Chargement...